giverny

Giverny News

Le Blog d'Ariane,

lundi 30 avril 2007

Monet et les caricatures

Caricature d'un homme à la tabatière, par Claude Oscar Monet vers 1858, fusain et craie blanche, Sterling and Francine Clark Institute, Williamstown, MassachusettsCaricature d'un homme à la tabatière, par Claude Oscar Monet vers 1858, fusain et craie blanche, Sterling and Francine Clark Institute, Williamstown, Massachusetts

Claude Monet s'est beaucoup vanté d'avoir commencé sa carrière en tant que caricaturiste. Il est vrai que les premiers dessins qu'il ait vendus sont des portraits-charges.
La caricature connaît une véritable vogue au 19e siècle. Les journaux de tous bords sont friands d'illustrations, et certains dessinateurs humoristiques comme Honoré Daumier parviennent à se faire un nom dans ce domaine. Le jeune Monet a certainement vu beaucoup de caricatures dans les journaux qu'on lisait chez lui, le Figaro, le Gaulois et le Journal amusant. Il s'est amusé à en copier certaines.
Qu'il ait eu envie de s'essayer à son tour à ce genre n'a rien d'étonnant. D'autres peintres de sa génération en ont fait autant. Cela est attesté pour plusieurs de ses amis, Courbet et Pissarro notamment.
Selon ses dires, Claude Monet s'ennuyait ferme en classe, il a donc commencé par des dessins peu flatteurs de ses professeurs qui ont eu un succès certain auprès de ses camarades.

"J'enguirlandais la marge de mes livres, je décorais le papier bleu de mes cahiers d'ornements ultra-fantaisistes, et j'y représentais, de la façon la plus irrévérencieuse, en les déformant le plus possible, la face ou le profil de mes maîtres. Je devins vite à ce jeu d'une belle force. A quinze ans, j'étais connu de tout le Havre comme caricaturiste." Thiébault-Sisson, le Temps, 26.11.1900
De fil en aiguille, il se met à caricaturer des notables du Havre et à vendre ces portraits, d'abord 10 puis 20 francs, une somme qui lui paraît considérable. Sa petite affaire marche si bien qu'il réussit à économiser 2000 francs, ce qui laisse supposer une production conséquente.
Les caricatures de Monet sont en vente, encadrées, dans la boutique du papetier Gravier où elles voisinent avec les huiles d'Eugène Boudin. C'est dans cette boutique que les deux peintres finissent par se rencontrer, une rencontre décisive pour Monet. Car Boudin va l'inciter à peindre, en plein air, des paysages, tels que son oeil les voit.

Les caricatures ont permis à Monet de se constituer un pécule, mais elles lui ont coûté la bourse municipale. La ville du Havre octroyait 1200 francs annuels à un artiste pour aller étudier à Paris. Boudin avait justement profité quelques années plus tôt de cette largesse. Mais quand papa Monet la sollicite pour Claude, il s'attire une réponse mielleuse du conseil municipal :
Monnet (Oscar) (...) présente avec sa demande un tableau de nature morte qui ferait mal juger de son talent s'il n'était pas si complètement révélé par ces spirituelles esquisses que nous connaissons tous. Dans la voie où l'ont entraîné jusqu'ici de remarquables dispositions naturelles, dans la caricature puisqu'il faut l'appeler par son nom, Oscar Monnet a déjà trouvé la popularité si lente à venir aux oeuvres sérieuses. Mais n'y a-t-il pas dans ces précoces succès, dans la direction jusqu'ici donnée à ce crayon si facile, un danger, celui de tenir le jeune artiste en dehors des études plus sérieuses mais plus ingrates qui seules ont droit aux libéralités municipales ? L'avenir nous répondra." (Archives municipales du Havre).
L'avenir a répondu. En octroyant la bourse au sculpteur Aimable-Edmond Peau et à l'architecte Anthime-Marin Delarocque, les édiles du Havre n'ont pas misé sur le bon cheval.


Copyright :

Cher lecteur,
ces textes et ces photos
ne sont pas libres de droits.

Merci
de respecter mon travail
en ne les copiant pas
sans mon accord.
Ariane.

Références :

Ma Page Google plus

Syndication