Home » Posts tagged 'jardin d’eau'

Tag Archives: jardin d’eau

Giverny cet après-midi

Giverny

Giverny avait un air de printemps aujourd'hui sous un soleil radieux et des températures très douces.

Magnolias et prunus sont déjà en fleurs, et les saules ne perdent pas une minute pour bourgeonner.

Dans les massifs, narcisses et pensées lancent le bal.

Les jardins de Monet rouvrent la semaine prochaine, le vendredi 24 mars. C'est la date la plus précoce jamais tentée, mais le pari est gagné. Grâce à la tiédeur de ces derniers jours, il y aura des fleurs dès l'ouverture.  

A feu doux

giverny-bassin-automne

L'automne s'invite tout en douceur dans le jardin d'eau de Claude Monet. Les feuillages ont perdu leurs verts de l'été pour

(suite…)

Du noir chez Monet

noir-et-couleurs

Quand le soleil se lève sur le bassin de Claude Monet à Giverny, ses rayons touchent d'abord le haut des arbres. 

Des reflets aux tons chauds apparaissent sur la pièce d'eau encore dans l'ombre.

Ils viennent éclabousser de lumière les nénuphars couleur de nuit. 

Quoi de neuf à Giverny ?

ru-giverny

Le compte à rebours est lancé pour les jardiniers, le personnel de la boutique et pour de nombreuses personnes en lien avec le tourisme dans la région : la Fondation Monet rouvrira ses portes vendredi prochain, le 25 mars 2016, pour le week-end de Pâques.

(suite…)

Paré de pourpre

Jardin d'eau de Monet
Les plantes à feuilles sombres sont une des merveilles du jardin d'eau de Monet.

En mai, quand toutes les feuilles sont ouvertes, on voit ressortir les nuances pourpres du cotinus, de l'érable du Japon, des berbéris… Ils créent des contrastes qui mettent en valeur les plantes voisines à feuillage clair. Imaginez cette même vue avec du vert et rien que du vert… Un peu monotone, non ?

bassin de Monet

Monet le savait bien. Avec toute la générosité de qui oeuvre pour les générations futures, il a planté le magnifique hêtre pourpre qui domine le jardin du côté des bambous.

Vision et prévision. Tandis qu'il supervisait le travail de ses jardiniers en train de creuser le trou de plantation, il devait sourire dans sa barbe en pensant à la tête que nous ferions, un bon siècle plus tard, devant l'arbre devenu adulte. En peintre, il devait déjà s'imaginer le contraste du sombre sur le clair, du pourpre sur le vert. Et les nouveaux reflets.

Les bancs blancs

Giverny sous la neige

Est-ce qu'un jour le réchauffement climatique sera tel qu'il ne neigera plus jamais à Giverny ?

(suite…)

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives