Home » Peinture » Léon Bonvin

Léon Bonvin

Léon Bonvin
Léon Bonvin, Autoportrait, 19 janvier 1866 – Plume et encre brune, aquarelle et rehauts de gouache blanche – 136 x 110 mm – Paris, Fondation Custodia

Léon Bonvin est l’un de ces personnages qui ont frôlé la vie de Claude Monet, sans qu’on sache vraiment à quel point les deux artistes se connaissaient. La biographie Wildenstein consacrée à Monet ne mentionne le nom de Bonvin qu’une seule fois, citant l’article de Thiébault-Sisson paru dans Le Temps en 1900, où Monet se rappelle avoir retrouvé « Bonvin, Pissarro » en arrivant à Londres en 1870. Encore s’agit-il ici du demi-frère aîné de Léon, le peintre académique François Bonvin, car à cette date Léon était mort depuis 4 ans.

Léon Bonvin
Léon Bonvin, Chardonnerets, 1864 – 244 x 185 mm – Plume et encre brune, aquarelle et gouache sur un tracé au graphite, rehauts de gomme arabique – Baltimore, The Walters Art Museum

Monet a donc tout juste 25 ans quand Léon Bonvin se donne la mort à 31 ans à la fin janvier 1866. Et pourtant, il était suffisamment lié à l’un des deux frères au moins pour participer à la vente organisée afin de venir en aide à la veuve et aux trois jeunes enfants du peintre de Vaugirard. Le catalogue de la vente aux enchères cite le nom de Monet parmi les donateurs d’une œuvre, sans doute un pastel. Ce détail a pour une fois échappé à l’équipe d’enquêteurs de l’Institut Wildenstein, et aucun pastel de Monet n’est indiqué avec cette provenance, soit que l’information ait été ignorée par le propriétaire, soit que le pastel ait disparu, tout comme la probable correspondance entre Monet et Bonvin.

Léon Bonvin
Léon Bonvin, Nature morte avec un pichet et un verre, aquarelle et gouache sur un tracé au graphite, 154 x 225 mm – Musée d’Orsay, Paris

Monet était en bonne compagnie parmi les donateurs : la vente proposait aussi des œuvres de Courbet, Daubigny, Bracquemond, Boudin, Fantin-Latour, Whistler…

Léon Bonvin
Léon Bonvin, Bouton de rose devant un paysage, 1863 – 246 x 186 mm – Plume et encre brune, aquarelle et gouache sur un tracé au graphite, rehauts de gomme arabique – Baltimore, The Walters Art Museum

J’espère que Monet a pu voir le travail de Léon Bonvin, et pas seulement les scènes de genre et les natures mortes appréciées du Salon de son frère François. S’il a vu les aquarelles époustouflantes de délicatesse de Léon, de véritables miniatures, Monet n’a pu qu’en être touché. Elles démontrent un profond amour pour la nature dans ses moindres manifestations, et un goût pour les atmosphères brumeuses dont Monet se ferait plus tard une spécialité.

Léon Bonvin
Léon Bonvin, Tanacetum en fleurs devant un paysage, Issy-les-Moulineaux ? (détail) – 243 x 186 mm – 1863 – Plume et encre brune, aquarelle et gouache – Baltimore, The Walters Art Museum

Ces œuvres d’une beauté surréelle, incroyables de précision, d’une virtuosité impressionnante, viennent de faire l’objet d’une exposition à la fondation Custodia à Paris. Léon Bonvin se place au plus près des herbes sauvages pour nous en faire admirer la finesse. Mais il ne manque jamais d’intégrer discrètement un personnage à ses dessins.

Léon Bonvin
Léon Bonvin, Rosier devant un paysage, (détail) 1863 – 243 x 187 mm – Plume et encre brune, aquarelle sur un tracé au graphite – Baltimore, The Walters Art Museum

Chaque petite scène est un hymne à la beauté du monde, baigné d’intériorité et peut-être, oui, d’une certaine tristesse. A l’heure où l’espèce humaine est en train d’organiser son propre suicide en détruisant la flore et la faune, la poésie naturaliste et désespérée de Léon Bonvin prend une résonance tout particulière.


3 commentaires

  1. Merci Ariane de ce post.
    Époustouflant.
    Je ne connaissais pas sa production.
    Et puis voilà matière à enquête…
    J’adhère complètement à l’ensemble de votre texte, et spécialement au dernier paragraphe.
    Tous mes vœux
    P.S. Les chardonnerets…Les mots me manquent

    • Oui, c’est encore bien plus beau en vrai, évidemment, la photo avec un portable a ses limites. J’ai été voir l’expo encouragée par une personne qui en avait été subjuguée, et juste avant la fermeture ce dimanche. La fondation Custodia organisait cette expo à l’occasion de l’édition du catalogue raisonné de Léon Bonvin.

  2. Un peintre que je ne connaissais pas…et qui s’en est allé bien trop tôt!
    Qulle beauté dans ces oeuvres que ce soit nature morte ou spectacle de la nature,un véritable artiste,les chardonnerets sont magnifiques!
    Merci Ariane pour ce partage.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories