Home » Bassin aux Nymphéas » Le jardin japonais de Monet

Le jardin japonais de Monet

Le jardin japonais de MonetLe jardin de Monet est-il un jardin japonais ? A l’évidence, la réponse est non. Le jardin japonais ignore la profusion de fleurs, la symétrie du clos normand, les allées bien visibles.

Mais de façon tout aussi évidente, et bien qu’il n’ait jamais quitté l’Europe, Monet s’est inspiré des jardins japonais. Rechercher les éléments japonisants qu’il a adoptés rend la visite de Giverny aussi amusante qu’un jeu de piste, à condition d’avoir un peu révisé les bases du jardin japonais auparavant.
Près de la maison, les pommiers et cerisiers du Japon ne se laissent pas ignorer ces derniers temps. Dans le clos, cherchez bien : vous remarquerez les iris et les pivoines, deux favoris des jardins japonais.

Mais c’est du côté du jardin d’eau que la ressemblance saute aux yeux. Vous franchissez le « pont japonais » – peint en vert, il est vrai, alors qu’il est traditionnellement rouge – vous passez sous la glycine, vous contournez les bambous, vous flânez le long de l’étang aux nymphéas, vous arrivez près des rhododendrons et des azalées : autant de fleurs et de plantes fétiches des jardins nippons. Ici plus de symétrie, mais une nature évoquée.
Le jardin japonais est un lieu de méditation. N’était-ce pas ce que faisait Monet quand il contemplait et peignait à l’infini ses nymphéas ?



Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives