Home » Jardin d’eau

Category Archives: Jardin d’eau

Itinéraire bis dans les jardins de Monet

Itinéraire bis dans les jardins de Monet

Au bout du bassin aux nymphéas de Giverny s’ouvre une petite allée qui contourne elle aussi l’étang, mais d’un peu plus loin. Cet itinéraire bis n’offre pas de vue sur le plan d’eau cher à Monet, il est donc un peu moins fréquenté. C’est par là que le Ru, le petit bras de l’Epte, entre dans la propriété. Un beau gunnera y prospère, avec ses feuilles surdimensionnées. Il aime avoir les pieds humides.

Itinéraire bis dans les jardins de Monet

Le cours d’eau serpente entre des massifs d’hémérocalles à fleurs orange et les larges feuilles rondes des pétasites. Les jardiniers se sont amusés à faire un arceau avec une branche de ce jeune saule.

Itinéraire bis dans les jardins de Monet

Au sud, face à la prairie où un troupeau de vaches vit sa vie, un magnifique aulne dresse sa fière silhouette. C’est un arbre local qui se plaît au bord de l’eau. Je ne sais pas s’il a été planté. Il a très bien pu s’installer tout seul et trouver la place bonne.

Itinéraire bis dans les jardins de Monet

Le chemin passe sous un « vieux » saule pleureur, qui date des années soixante-dix, dont les rameaux viennent chatouiller cette touffe de lis d’un jour. Je crois que c’est le nouveau doyen parmi les saules.

Itinéraire bis dans les jardins de Monet

On débouche sur les arceaux de roses où se mêlent trois couleurs de fleurs. Les plus sombres sont des American pillar, robustes, au beau feuillage luisant.

Itinéraire bis dans les jardins de Monet

Les voici d’un peu plus près. A droite, la jeune fille est assise sur le banc de Monet. A l’origine, il se trouvait au bord de l’eau, près de l’embarcadère, là où les visiteurs aiment se prendre en photos.

Au jardin d’eau

Au jardin d'eau

Dans le jardin d’eau de Claude Monet, le soleil du petit matin éclaire la berge sud, qui ne tardera pas à se trouver à l’ombre des grands arbres. Les azalées ont fini de fleurir, mais les différents feuillages apportent leurs couleurs et leurs contrastes. Le vert anis du gleditsia, le pourpre des cotinus ressortent devant les masses vertes des trois étages de plantations, arbres, arbustes et fleurs, doublées par leur reflet.

Au jardin d'eau

Quand il n’y a personne, mon plaisir est de prendre les allées à contre-sens. Le jardin prend un autre aspect, la lumière et les reflets ne sont pas les mêmes.
Avançons un peu. Cette fois, le hêtre pourpre se dévoile dans toute sa majesté. Au premier plan, les iris des marais sont en fleurs. Selon la légende, c’est Clovis qui le premier en fit « la fleur de lys » royale, peut-être en raison du symbole de la Trinité. Mais j’aime bien l’histoire qui veut que Clovis

encore païen mais vaillant soldat encerclé par une terrible armée de Goths sur les bords du Rhin, aurait dû son salut à ses connaissances botaniques. Remarquant que des touffes d’iris jaunes s’étendaient loin dans le fleuve, il en déduisit que là se trouvait un gué et y fit échapper son armée.

(Source : Fleurs sauvages de l’Yonne)
Au jardin d'eau

Près du petit pont la glycine embaume, tandis que les digitales commencent tout juste à s’ouvrir.

Au jardin d'eau

Derrière le petit pont, un chemin le plus souvent ignoré du public fait une boucle qui enjambe le Ru par un petit pont droit. Au bord du ruisseau, un gunnera se prépare à devenir énorme. Son étrange fleur pointe déjà à son pied.

Au jardin d'eau

Revenons au bord du bassin pour admirer les iris de Sibérie, si jolis, qui offrent une apaisante harmonie mauve et verte sur fond bleu.

Au jardin d'eau

Bouclons la boucle. Depuis le hêtre pourpre, la colline de Giverny s’invite dans le paysage du jardin de Claude Monet. D’ici, le bassin est curieusement invisible. Seul le pont laisse présumer la présence de l’eau.

Reflets

Reflets

Mi-avril à Giverny. Dans le reflet du ciel, de petits nuages triangulaires à la Hiramatsu. On retrouvera avec bonheur le monde rêvé de l’artiste japonais amoureux de Giverny au musée des impressionnismes à partir du 12 juillet et jusqu’au 3 novembre 2024, à travers une exposition de paravents sur le thème des Nymphéas.

A Giverny avec Forestier – 6

A Giverny avec Forestier - 6

Revue Fermes et Châteaux de septembre 1908 (N° 37), p 16. Article « Le jardin de M. Claude Monet » par J.-C.-N. Forestier. La photo est légendée :
Le bassin de Nénuphars, la bordure d’Iris, les Saules autrefois taillés en têtards qui bordent la petite rivière de l’Epte que traverse un pont avec deux arceaux de Rosiers Crimson Rambler.

En 1908, le jardin d’eau a une quinzaine d’années d’existence mais n’est pas envahi d’ombre. Les grands saules laissés libres de pousser forment un arrière-plan argenté au jardin, tandis que la crête de colline du val de Seine se profile derrière eux. L’embarcadère n’a pas encore pris sa forme définitive, et il est intéressant de voir que Monet en a amélioré la forme progressivement. Il lui a paru nécessaire d’ajouter des arceaux de roses dans le sens perpendiculaire, pour fleurir la promenade le long des berges.

Tout comme pour les glaïeuls, la quantité d’iris cultivés par Monet a frappé ses contemporains, de Forestier à Truffaut.

A Giverny avec Forestier - 6

Giverny, une fenêtre sur la nature

Giverny, une fenêtre sur la nature
Giverny, 1er novembre 2021 : Vue sur le bassin aux nymphéas dans ses couleurs d’automne

Dans son jardin d’eau, Monet a aménagé des vues qui ressemblent à des fenêtres. Le regard y est cadré, borné, conduit vers ce qui s’offre à l’oeil au-delà de la fenêtre.

Nous voici face à un paysage organisé par un peintre comme un tableau, un motif mis à disposition de toute envie de peindre qui saisirait son propriétaire ou ses visiteurs.

Et en même temps, sans aller si loin, c’est aussi un petit bout de nature qui présente un joyeux mélange de plantes très variées, une riche vie sauvage, et nous offre tous les plaisirs du ressourcement.

Du soleil sur la berge

Du soleil sur la berge

Ce jeune saule est le dernier rescapé d’un groupe de trois qui ombrageaient la rive de l’étang aux nymphéas de Monet, du côté du pont japonais. Ses deux voisins, un peu plus grands, ont dû être abattus pour cause de maladie.
C’est une toute autre lumière, soudain, dans ce coin du jardin de Giverny qui était toujours à l’ombre. Mais il y a aussi comme un manque, une absence, une présence en creux, une tristesse. Et cette prise de conscience qu’un jardin sans ses arbres a bien moins d’intérêt. Les fleurs ne font pas tout, si belles soient-elles.
J’espère que l’absence de concurrence donnera de l’élan à ce jeune saule pour croître à toute allure et acquérir la belle majesté de celui qui résiste au passage du temps depuis un siècle, à l’autre bout du bassin.

Les grands moyens

Les grands moyens
Demain il n’y paraîtra plus. Les jardiniers de la Fondation Monet ont procédé ce matin à une opération d’entretien du bassin aux nymphéas. Objectif : replanter une soixantaine de nénuphars nouveaux, en diviser certains, retirer les algues…
Les grands moyens
Pour cela, le niveau du bassin a été baissé d’une quarantaine de centimètres et les jardiniers étaient nombreux à racler, arracher, planter…
Les grands moyens
Les nénuphars commandés chez Latour-Marliac avaient été préparés à l’avance. On les plante trois par trois en « taches », selon l’expression des jardiniers, pour faire plus d’effet.
Les grands moyens
Dès 7 heures du matin, toute l’équipe a pataugé dans l’eau froide en une course contre la montre. Les nénuphars ne supportent pas bien d’être au sec quand le soleil chauffe. Il fallait avoir fini le plus vite possible pour remettre en eau en début d’après-midi.
Les grands moyens
Selon les experts es nymphéas de la Fondation Monet, le résultat de tout ce travail devrait pouvoir s’apprécier dans une huitaine de jours déjà, et certainement tout l’été.

Résilience

Résilience
Giverny, le bassin de Claude Monet

Enfin le premier nymphéa. Il s’est ouvert hier matin ; année après année il s’agit toujours du même nénuphar blanc à petite fleur non loin de l’embarcadère. Les nymphéas ont une semaine de retard suite au coup de froid de début avril qui les a ralenti dans leur élan, mais ils récupèrent. Selon Emmanuel Porc, le jardinier en charge du jardin d’eau, ils fleuriront simplement un peu plus tard, sans aucun dommage.

Les plantes font souvent preuve de résilience. Elles s’adaptent aux conditions climatiques, elles ont des ressources étonnantes. Cette fois, c’est la glycine qui m’a épatée. La toute vieille, celle plantée par Claude Monet lui-même au 19e siècle, qui fleurit mauve au-dessus du pont japonais, et un peu au-dessous.

Résilience
La glycine tardive à gauche, la précoce à droite

C’est la plus précoce des glycines qui se succèdent sur la passerelle emblématique du jardin de Giverny. En mars, une météo très douce avait accéléré le développement de ses boutons tandis que les autres glycines, plus tardives, attendaient avec prudence. Hélas, la douceur a fait place à un temps glacé dans les premiers jours d’avril, brûlant de froid les fragiles boutons. Le pont est resté nu pendant plusieurs semaines. Enfin, début mai, les glycines tardives se sont ouvertes, ornant la passerelle de leurs longues inflorescences bleues ou blanches.

Et voilà qu’à l’instant où elles fanent, la vieille glycine prend le relais ! Elle a compris que ses premiers boutons avaient grillé et elle s’est dépêchée d’en fabriquer d’autres, pendant qu’on est encore à la saison des glycines. La première se retrouve la dernière, mais quelle joie, après la désolation de ne pas la voir fleurir, de recevoir le cadeau de cette floraison de la dernière chance !

Nymphéa

Nymphéa
A l’ombre des bambous, les nymphéas ne sont pas nombreux. Ils aiment le soleil et la chaleur et ils ont du mal à se contenter de trouées de lumière. Celui-ci est l’un des rares que l’on aperçoit en ce moment depuis le pont japonais de Monet. Au milieu des feuilles de bambou, il apporte une petite touche exotique à ce coin du jardin de Giverny.

Jardinage en bateau

Jardinage en bateau
La pluie ne décourage pas les jardiniers de Giverny, qui continuent de planter les fleurs d’été. Certains massifs ne peuvent être atteints qu’en barque, et il faut une bonne dose d’équilibre pour travailler depuis un esquif mouvant.
J’ai pris cette photo mercredi dernier en pleine après-midi, dans le grand calme de ce printemps 2021… Seuls les week-ends sont animés.

Reflets impressionnistes

Reflets impressionnistes
Reflet de saule pleureur dans l’étang de Monet à Giverny (4 décembre)
Reflets impressionnistes
Reflets dans le Ru, jardin de Monet à Giverny (8 octobre)
Reflets impressionnistes
Reflets de bambous dans le Ru, Giverny (28 août)
Reflets impressionnistes
Reflets de nymphéas et saules, Giverny (30 octobre)

Les iris du Japon

Les iris du Japon

Les derniers iris du Japon sont encore en fleur à Giverny, bien après que leurs cousins germains les iris barbus ont achevé leur floraison. Ce décalage dans le temps est peut-être un peu causé par la différence de température entre leurs terrains préférés respectifs. L’iris germanica adore le plein soleil du clos normand, l’iris ensata préfère la mi-ombre du jardin d’eau. Il aime être planté sur la berge en terrain frais.

L’iris du Japon se reconnaît à ses gros sépales ronds qui retombent avec un délicieux abandon. Au milieu, les pétales dressés sont petits et discrets. En raison de ses goûts pour les sols humides, il n’est pas de culture courante, et a de ce fait le charme de la rareté.

Dans le jardin de Monet, les iris ensata renforcent l’aspect japonisant du bassin. Le peintre adorait les iris. Il en possédait une collection si large qu’elle a attiré l’attention de Georges Truffaut. A sa demande, le jardinier chef de Monet a rédigé un article dédié aux iris pour la revue Jardinage dont Truffaut était le créateur : “Les Iris aux bords des eaux.” Il est paru en octobre 1913.

Au bord du Ru de Giverny

Le Ru à Giverny, jardins de Monet
Le Ru de Giverny dans sa traversée du jardin de Monet

Après avoir laissé à sa gauche le cours principal de l’Epte, passé le moulin de Cossy (alias moulin Balkany) et longé la prairie, le Ru de Giverny entre dans le jardin aquatique de Claude Monet. Il ne ralentit pas pour autant son cours rapide. Sans flâner, il fait le tour du bassin, ignorant superbement les nénufars chers au peintre.

Ce sont des fleurs vivaces qui bordent ses berges. Le long du Ru poussent des lis d’un jour, des rhododendrons, des iris des marais ou des pétasites – impossible de toutes les citer. Si le bassin offre des reflets somptueux, l’eau courante répond à l’eau dormante. Le Ru apporte son mouvement.

Premiers nymphéas

Premiers nymphéas
L’étang aux nymphéas de Claude Monet à Giverny

Après un début mai bien frileux, les premiers nymphéas viennent de s’ouvrir à la surface du bassin de Monet. Le plus audacieux a pointé le bout de ses pétales dès le 14 mai. Leur nombre se multiplie de jour en jour. Pour l’instant ils sont tous blancs, comme toujours, les colorés suivront.

Sur les berges et dans les reflets, la symphonie des verts joue sa mélodie apaisante et joyeuse. Les fleurs et leurs couleurs se cachent dans les bordures. Elles pétillent d’orange, de rose ou de violet.

Premiers nymphéas

C’est l’époque délicieuse de la floraison des glycines, plus tardives ici qu’en ville. Tous les jours quelqu’un me confie : « j’adore la glycine ! » C’est si joli et si bref, il faut être là au bon moment.

Des berges au point

Berge du bassin de Monet, Giverny

Du temps de Claude Monet, les berges de son bassin aux nymphéas étaient ornées de différents iris, de papyrus et autres plantes aquatiques. En haut, près du chemin, le peintre faisait pousser des pivoines arbustives, des rosiers, des hémérocalles ou des agapanthes.  

Les jardiniers d’aujourd’hui ont densifié les plantations des berges, avec l’idée d’embellir le bassin, d’empêcher qu’on tombe dans l’eau et peut-être aussi de masquer un peu les visiteurs. Les plantations d’été déclinent les tons de rose, de rouge et de blanc, qui vont si bien avec le vert des feuillages. 

Les hydrangeas sont en pleine floraison. Dans ce coin du jardin d’eau, ils tiennent compagnie à des phlox roses et fuchsia, dont le parfum diffuse parfois à plusieurs mètres. « Des phlox ! c’est donc ça ! «  s’exclame une visiteuse ravie. « Je les connais par le Scrabble, mais je ne savais pas à quoi ils ressemblaient ! »
Je n’avais jamais considéré les phlox sous leur potentiel scrabblique, mais maintenant qu’elle en parle, il est clair que c’est un mot qui vaut de l’or : 19 points en seulement cinq lettres, et plutôt facile à caser pour tenter le mot compte double, voire triple. 

Madame est une championne. Nous oublions les fleurs et discutons de son jeu favori – un jeu de points et non un jeu de lettres, dit-elle. Si vous avez l’intention de mettre à profit votre science botanique pour enfler votre score, attention quand même : bien peu de fleurs ont l’honneur des pages du petit Robert.

Si vous êtes embarassé d’un h, vous pouvez tenter hosta, ces feuilles bordées de blanc qui poussent au ras de l’eau et dressent en ce moment leurs longues hampes de fleurs bleu pâle. Mais je ne suis pas sûre qu’hydrangea (22 points) soit valide : Larousse propose à la place hortensia, son nom commun en français. 

Giverny ou les couleurs de l’hiver

Giverny Bassin de Monet en janvier

 Ni fleurs ni feuilles, et pourtant c’est si beau ! Voilà à quoi ressemble le jardin d’eau créé par Claude Monet à Giverny en ce début janvier. 

Soleil rose à Giverny

Soleil rose à Giverny

Il paraît que ce sont des nuées de sable venues du Sahara qui ont donné cette couleur étrange au ciel en début de semaine. Une lumière de soleil couchant baignait Giverny dès cinq heures de l’après-midi et teignait le jardin de Monet d’un drôle de rose. L’air exceptionnellement doux prolongeait la sensation d’été. 

(suite…)

Du noir chez Monet

noir-et-couleurs

Quand le soleil se lève sur le bassin de Claude Monet à Giverny, ses rayons touchent d’abord le haut des arbres. 

Des reflets aux tons chauds apparaissent sur la pièce d’eau encore dans l’ombre.

Ils viennent éclabousser de lumière les nénuphars couleur de nuit. 

Paré de pourpre

Jardin d'eau de Monet
Les plantes à feuilles sombres sont une des merveilles du jardin d'eau de Monet.

En mai, quand toutes les feuilles sont ouvertes, on voit ressortir les nuances pourpres du cotinus, de l'érable du Japon, des berbéris… Ils créent des contrastes qui mettent en valeur les plantes voisines à feuillage clair. Imaginez cette même vue avec du vert et rien que du vert… Un peu monotone, non ?

bassin de Monet

Monet le savait bien. Avec toute la générosité de qui oeuvre pour les générations futures, il a planté le magnifique hêtre pourpre qui domine le jardin du côté des bambous.

Vision et prévision. Tandis qu'il supervisait le travail de ses jardiniers en train de creuser le trou de plantation, il devait sourire dans sa barbe en pensant à la tête que nous ferions, un bon siècle plus tard, devant l'arbre devenu adulte. En peintre, il devait déjà s'imaginer le contraste du sombre sur le clair, du pourpre sur le vert. Et les nouveaux reflets.

La chaleur des couleurs

Giverny

Hier à Giverny vers 16 heures, dans le jardin désert…
Quand la température baisse, il reste, pour quelques semaines encore, la chaleur des couleurs.

Reflets

Bassin de Monet à Giverny

En automne, les massifs qui bordent le bassin aux Nymphéas ont pris de l’ampleur.
Ils reflètent leurs différents tons de vert dans l’étang, tout autour des radeaux de Nymphéas.
Tout ce vert est réveillé par les petites touches de couleur des fleurs : mauve des asters, blanc des anémones du Japon, qui font écho au rose des nénuphars.
C’est un « bassin aux Nymphéas, harmonie verte » traité en petites touches vibrantes et variées, pour un rendu très impressionniste.

Arrêt sur image

Glycines chez Monet
C’est le temps si court où les trois glycines qui ornent le pont japonais de Claude Monet sont en fleurs, en même temps. La précoce et les deux tardives se rencontrent à la façon de l’équipe de nuit relayée par l’équipe de jour (ou l’inverse). Le chassé-croisé des juillettistes et des aoûtiens.
On voudrait faire durer l’instant, s’éterniser sur cette image. Mais la nature tourne les pages du livre à notre place et à son rythme à elle, trop lentement à notre goût en hiver, bien trop vite à la belle saison.
C’est un peu triste de voir les moments les plus magiques s’effacer, mais c’est toujours pour laisser la place à d’autres. Et l’avantage de ce livre-là, c’est qu’on le relit chaque année.
Le texte est le même et pourtant changé. 2015 aura été une très belle année pour la floraison des arbres, par exemple. Qui sait si 2016 sera aussi généreuse ?
Le texte est le même mais la pièce est interprétée par une troupe différente, parfois brillante et parfois décevante, à l’image de la météo.

La bambouseraie de Monet

La bambouseraie de Monet La bambouseraie plantée par Claude Monet, captive sur son île, a subi une cure de jouvence cet hiver.
Un fort éclaircissage a ouvert des perspectives nouvelles dans le jardin d’eau de Giverny.
Les visiteurs qui entraient dans le jardin en cheminant le long du Ru étaient face à un imposant mur de verdure à travers lequel on ne distinguait rien.
Ce printemps, ils pourront voir à travers les bambous jusqu’au pont japonais.
C’est le pouvoir du jardinier de modeler les opacités et les transparences.
Quant aux bambous, ils sont par nature coriaces, et si on les laisse faire, il reprendront vite le dessus.
Au printemps, la croissance des tiges qui sortent de terre est impressionnante, digne d’une époque où les plantes géantes étaient dans l’air du temps.

Photo avril 2009

La lutte contre les taches

Le bassin de Monet sous la pluieIl a fait un temps superbe aujourd’hui à Giverny, et comme d’habitude les visiteurs étaient nombreux à se photographier sur le pont du bassin aux nymphéas.
Au milieu d’eux, accoudé au parapet, j’ai été surprise d’apercevoir l’un des jardiniers de la Fondation Monet. S’était-il subitement métamorphosé en touriste ? Les apparences étaient trompeuses : en réalité, il était en plein boulot.
De cette position en surplomb, le jardinier évaluait la disposition des îlots de nénuphars à la surface de l’étang. Ce n’est pas simple d’obtenir une impression de naturel, tout en contrôlant la prolifération des plantes.
Les jardiniers du bassin se préoccupent constamment de la taille de ce qu’ils nomment « les taches » de nymphéas.
Il faut retirer des feuilles presque tous les jours pour éviter l’envahissement.
C’est mieux si les radeaux restent détachés, bien formés, ne se mélangent pas.
Et puis, il faut respecter l’alignement.
Là, j’ai ouvert de grands yeux. Un alignement ? Où donc ? J’avais en mémoire une photo des débuts du jardin, où les nymphéas étaient rangés comme à la bataille, et je trouve cela tellement plus joli qu’il n’y en ait pas, d’alignement…
Eh bien si, voyez-vous ! Il est en diagonale ! Un rangement tout en rondeur, comme le reste du jardin d’eau…
« Ça a l’air naturel, mais rien n’est laissé au hasard ! » a souri le jardinier avant de retourner à son bateau, les défauts qu’il est le seul à voir enregistrés dans sa tête.

Complémentaires

Tulipes rouges au jardin d'eau de MonetLes dernières tulipes sont en fleurs à Giverny.
Du côté du jardin d’eau, quelques-unes percent les pelouses qui bordent le bassin.
Au milieu de l’harmonie de tons de verts qui règne autour de l’étang, leur rouge éclate, plus radiant que jamais.
C’est l’effet des couleurs complémentaires, qui se font vibrer réciproquement jusqu’à la stridence.
On pense à Camille Corot, qui disait qu’il faut toujours un accent rouge dans un tableau.
Les petites tulipes aux pieds des grands arbres verts jouent ce rôle de réveiller les tons apaisants des feuillages.

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories