Home » Bassin aux Nymphéas

Category Archives: Bassin aux Nymphéas

Du noir chez Monet

noir-et-couleurs

Quand le soleil se lève sur le bassin de Claude Monet à Giverny, ses rayons touchent d'abord le haut des arbres. 

Des reflets aux tons chauds apparaissent sur la pièce d'eau encore dans l'ombre.

Ils viennent éclabousser de lumière les nénuphars couleur de nuit. 

Premiers nymphéas

Nenufars Giverny

Les premiers nénufars sont éclos à Giverny. Les voyez-vous ? Ils sont blancs et assez petits. Ce sont toujours les mêmes qui ouvrent le bal, les plus robustes, les moins exigeants sur la température de l'eau.

(suite…)

En bateau

Reflet dans le bassin aux Nympheas
En photo comme en peinture, cadrer, c’est limiter. Ce n’est pas seulement choisir. Souvent, aussi, c’est couper.
Dans la vraie vie, face au motif, l’oeil balaie le paysage et analyse ce qu’il voit grâce à tous les éléments à sa disposition, tellement vite qu’on ne s’en rend même pas compte.
En revanche, quand nous percevons la réalité à travers le regard subjectif de quelqu’un d’autre, regard qui en a volontairement subtilisé des morceaux, il nous faut nous servir d’indices pour compenser ce qui se dérobe hors du cadre.
Je parie que sur la photo ci-dessus, la mince zone floue qui figure la barque, c’est ce que vous avez repéré en dernier. C’est pourtant elle qui vous a révélé la clé de l’énigme : il s’agit du reflet d’un jeune jardinier de la Fondation Monet debout sur la barque au milieu des nénuphars du bassin, et qui se sert de son épuisette pour avancer. Il s’en va couper l’herbe, comme il dit, c’est à dire les plantes aquatiques autres que les Nymphéas, sous ses pieds. Si j’ai eu la malice de ne cadrer que le reflet, c’était pour vous mener un tout petit peu en bateau…

Pendule

Giverny, jardin d'eau

Depuis que les visiteurs l’ont déserté, le jardin d’eau de Monet poursuit son rêve intime.
La vie continue de battre à l’insu.
Le vent arrache les feuilles une à une, ça bruisse et ça souffle.
Les frondaisons plient et ploient.
Les bambous s’entrechoquent.
Les étoiles rouges des liquidambars, les lanières dorées des saules, les petites flèches des peupliers dégringolent de leurs cimes et finissent leur course, parfois, à la surface du bassin.
Elles hésitent un instant, comme étonnées d’être là, puis le vent s’en saisit à nouveau et les fait glisser, frêles esquifs, au ras de l’eau.
Il arrive qu’elles tournoient dans une chorégraphie inattendue, en artistiques patineuses.
Elles finissent par s’accrocher quelque part, dans des ports insoupçonnés où elles s’entassent par centaines.
A la limite entre l’air et l’eau, là où les nuages viennent se mirer en rose et gris, les rameaux du saule s’entêtent à dessiner des calligraphies secrètes.
Leur stylet griffe la surface qui aussitôt se referme, effaçant le message au fur et à mesure.
Tel un pendule, la pointe du saule passe et repasse.
Le regard se laisse happer par cette correspondance mystérieuse, questionner par l’indéchiffrable.
Devant cette cible mouvante, on oublie le temps.
Le pendule a gommé la pendule.

Comme un Monet

Nymphea, Giverny
Il reste une dizaine de nymphéas en fleurs sur l’étang de Monet.
Si tard dans la saison, c’est presque un exploit, favorisé par la douceur du dernier week-end.
Dans les reflets dorés des frênes et des noisetiers, leur rose fait une apparition à contre saison.
La brise d’automne vient brouiller la surface pour y tracer des coups de brosse.
Les feuilles de nénuphar, comme des coupelles, recueillent assez d’eau pour que les arbres s’y mirent, mais trop peu pour que le vent y soulève des vaguelettes.
Comme à l’accoutumée, les qualités picturales du bassin frappent les visiteurs.
Si on avait des pinceaux, on se mettrait à peindre.
On se croirait devant un Monet.

Le bassin à la Toussaint

Bassin de Monet à Giverny

Voici l’aspect du bassin de Monet ce matin.
En cette saison où le soleil est bas, l’étang a gagné une lumière nouvelle depuis la disparition de deux arbres le mois dernier.
Ce nouvel ensoleillement pourrait favoriser une floraison plus tardive des nymphéas.
A voir l’année prochaine, car en matière de microclimat dans les jardins, il est bien difficile de faire des pronostics.

Le bassin aux nymphéas

Le bassin aux nymphéas, GivernyA titre de comparaison avec la photo de l’Illustration, voici le bassin aux nymphéas de Monet vu depuis le pont japonais, le 25 mai 2011.
En six ans de blog, je n’ai presque jamais publié de photo prise sous cet angle.
Banalité d’un cliché que tout le monde prend ?
Problème de contraste quasi insoluble ?
Inconfort de stationner sur le pont et de gêner les autres photographes ?
Je n’arrive pas à savoir vraiment la raison.
On constate que malgré les apports colorés des massifs, c’est toujours le vert des feuillages qui domine de ce côté du jardin.
L’impression d’exubérance est, au jardin d’eau, une interprétation contemporaine, moins présente dans le jardin originel.

Coucher de soleil à Giverny

Coucher de soleil à Giverny Autant les levers de soleil sont somptueux à Giverny, autant les crépuscules font dans la retenue, du moins en ce moment proche de l’équinoxe où le soleil se couche vraiment à l’ouest.
C’était une lubie, un rêve, un fantasme, voir le soleil descendre de plus en plus orange à l’horizon, et se refléter en éclats d’or entre les nymphéas, comme sur les tableaux de Monet.
Pour confronter la réalité avec cette vision imaginaire, la semaine dernière je suis restée un peu tard dans les jardins de Giverny.
Et tandis que je patientais en attendant la tombée du jour, il devenait de plus en plus évident que le soleil piquait tout droit… derrière le massif de bambous plantés on ne sait pourquoi pile dans l’axe par Monet.
Un peu de poussière dorée sous le pont japonais, des feuillages plus gris que verts, voilà tout le spectacle offert par l’astre du jour sur le déclin.
Il faudra que je revienne à une autre période de l’année, quand le soleil finit sa course plus au nord ou plus au sud, et que le crépuscule magnifie le ciel à gauche ou à droite de la bambouseraie.

Lever de soleil sous la glycine

Le pont de Monet à GivernySept heures du matin.
Entre l’aube et l’aurore, le bassin de Monet souffle son haleine fraîche et humide en exhalaisons de brumes.
Leurs lentes évolutions donnent vie à la surface.
Des volutes vaporeux s’élèvent.
Leurs formes évanescentes vacillent, vont et viennent au gré d’un souffle de vent.

A sept heures vingt, le soleil surgit derrière la colline, lance ses rayons roses, s’empare des brumes, les empoigne, les fait danser.
Leur valse s’accélère, l’or du ciel les embrase, tout flamboie dans le grand chaudron du bassin de Giverny.

Abstraction faite du motif

reflets d'automne à Giverny
Par temps calme à Giverny, la surface de l’eau est un miroir parfait qui dédouble les formes, entre les îlots de nymphéas.
Mais si le vent vient brouiller la surface du bassin de Monet, le motif disparaît.
Il ne reste que la couleur qui éclate en fragments juxtaposés. On dirait des coups de pinceaux sur la toile.
Ce qui était le reflet de l’embarcadère aux roses et du liquidambar rougeoyant devient un tapis de taches à l’harmonie subtile, mélange de tons chauds et froids.
Claude Monet a passé des années de sa vie à scruter la surface de son étang.
Rien d’étonnant à ce qu’il soit arrivé de la sorte aux confins de l’abstraction.
La nature lui offrait sans cesse le spectacle du passage du motif au non-motif, du figuratif à l’abstrait.

Aurore

Lever du jour à GivernyC’était l’heure qu’aimait Monet. Debout avant l’aube, il était à pied d’oeuvre pour voir se lever la brume sur le fleuve ou sur son bassin, dans cette caresse orangée et rose des premiers rayons du soleil.
J’ai eu la chance la semaine dernière de pouvoir venir photographier les jardins de Claude Monet dès sept heures du matin.
Dans la lumière mauve de l’aube, l’étang semblait une cassolette fumante d’où s’échappaient des vapeurs fantomatiques. Les arbres inversés dessinaient des ogives dans les reflets argentés.
Puis le soleil est arrivé, et la brume s’est mise à danser, mue par d’insensibles courants de l’air.
J’avais le souffle coupé. Ce jardin réserve des beautés à l’infini.
On comprend que Monet n’ait plus eu envie de chercher ailleurs.

Pas japonais

Giverny
La clarté printanière donne à l’étang de Claude Monet des reflets soyeux.
A la surface du bassin tiré à quatre épingles, les feuilles des nymphéas nouvellement ouvertes dessinent des chemins virtuels sur l’eau.
L’oeil saute de feuille en feuille, tel une grenouille, zigzagant à travers l’étendue bleue et verte grâce au soutien de ce fragile support.

Dans un gazon, les pierres plates affleurant le sol qui jouent ce rôle de repose-pied sont nommées des pas japonais.
Voici donc les nymphéas élevés au rang de pas japonais dans un jardin japonais pas si japonais que ça.

Brume à Giverny

Brume à GivernyL’automne est plus qu’une autre la saison de la brume.
Le matin elle s’accroche à la vallée de la Seine, paresseuse, jusqu’à ce que le soleil la tire du lit du fleuve.
Elle est chez elle dans le jardin d’eau de Claude Monet.
Sur l’étang aux nymphéas, la brume voile les formes, trouble les contours, dissout les couleurs.
Elle joue, taquine, aux devinettes. Qu’aperçoit-on là-bas, en écarquillant les yeux ? Un petit pont à cheval sur le ruisseau, la barque du jardinier ?
Indécis, on tourne au milieu de ce monde qui flotte. Où aller ?
La brume ferait perdre le nord, à escamoter les lointains.

Des nuages dans l’azur

Giverny, le jardin de Claude MonetSi les accumulations de cumulus jouent avec les nerfs des photographes, les journées nuageuses sont aussi l’occasion d’observer des reflets magnifiques à la surface du bassin aux Nymphéas de Claude Monet.
J’ai un faible pour les effets de barbe à papa des gros nuages blancs qui se détachent sur fond de ciel bleu, cet archétype de ciel, tel que le dessinent les enfants. A mon avis c’est le plus joli temps pour venir admirer le jardin d’eau de Monet.
Souvent, les entrées maritimes s’accompagnent d’une brise qui joue dans les rameaux des saules pleureurs. Les vieux arbres d’habitude si prostrés se dérident, ils secouent leurs interminables queues de cheval dans le vent. Cependant, l’étang se ride, les images se brouillent dans son miroir déformant.
L’instant suivant, le vent tombe, le reflet retrouve sa netteté vertigineuse.
C’est le royaume de l’illusion insaisissable.

Le débit de l’eau

Le Ru, GivernyDEVOIR DE VACANCES

Soit un bassin d’une superficie de x m2 et de y cm de profondeur. Ce bassin est alimenté par un captage d’eau souterrain d’un débit de z litres par minute.

1/ Calculer le temps caractéristique de renouvellement de l’eau du bassin. On pourra négliger les infiltrations.

Le jardinier plante des nénuphars, qui apprécient la chaleur et les nitrates (on trouvera en annexe un graphe de l’influence de la température et de la concentration en nitrates sur la croissance des nénuphars). Sachant que l’eau souterraine est à une température T0 très inférieure à la température extérieure, et d’une concentration C en nitrates :

2/ Établir si un apport continu de cette eau a une incidence positive ou négative sur le développement des feuilles de nénuphars.
3/ Déterminer la date d’apparition des premières fleurs en conditions normales de température et de pression.

La richesse en nitrates de l’eau souterraine et la clarté de l’eau du bassin entretenue par son renouvellement permanent favorisent la prolifération des algues.

4/ Représenter le graphe du temps nécessaire à l’entretien du bassin en fonction du débit d’eau souterraine. En déduire s’il sera ou non nécessaire d’embaucher un jardinier supplémentaire.

Pour hâter la floraison, le jardinier décide de stopper l’arrivée d’eau froide et de laisser le bassin se réchauffer. La prolifération des algues se poursuit jusqu’à ce que l’eau de l’étang se trouble à la température T1. Puis le manque de lumière stoppe la croissance des algues.

5/ Combien de jours le jardinier peut-il espérer gagner sur l’apparition des premières fleurs ?

6/ Sachant que le jardin est visité par des touristes qui apprécient l’eau claire et les nénuphars en fleurs, démontrer par l’absurde qu’il est impossible de satisfaire la totalité des touristes. Déterminer le débit que le jardinier doit laisser à l’arrivée d’eau pour obtenir une satisfaction optimale des touristes en fonction des données du problème.

Video du bassin de Monet à Giverny

Le bassin aux Nymphéas de Claude Monet à Giverny le 15 août, tandis que de gros nuages argentés se reflètent à la surface et matérialisent le ciel normand.

Le jardin d’eau de Monet en hiver

Giverny en hiverLe bassin aux nymphéas du jardin de Claude Monet à Giverny, sous le pâle soleil de décembre.
Le givre poudre les pelouses de blanc, mais l’étang n’est pas pris en glace, sans doute grâce au courant qui le traverse.
Que le printemps paraît loin ! Et qu’il faudra de métamorphose avant la réouverture en avril prochain !

Effet de soleil

Jardin de MonetDébut octobre dans le jardin de Claude Monet à Giverny.
Quand l’étang est déjà envahi d’ombres en fin d’après-midi, le soleil s’attarde encore à la cime des arbres.
Leur reflet vient éclabousser de lumière dorée la fraîcheur ombreuse du bassin aux nénuphars.

Automne à Giverny

Etang de MonetVoilà à quoi ressemblait l’étang du jardin de Claude Monet fin octobre à la veille de la fermeture.
Les plantes n’ont pas toutes les mêmes réactions face à l’arrivée de la fraîcheur et à la baisse de la luminosité. Chacune a son rythme pour piger que c’est l’automne.
Le liquidambar répond tout feu tout flamme ; les rosiers rosissent ; les saules pleureurs poursuivent leurs lamentations ; la glycine se sent encore pleine de verdeur.
Et le petit chemin chemine de pont en pont, à la jonction des végétaux et de leurs reflets.

La magie du jardin

Hêtre pourpre dans le jardin de Monet à GivernyCe n’est pas à cause de la parution toute récente du dernier volume d’Harry Potter, mais il y a quelque chose de magique dans le jardin d’eau de Claude Monet.
Pour le visiter, on longe un cours d’eau, le Ru, on traverse la bambouseraie et on débouche au pied de ce hêtre pourpre centenaire.
On le voyait très bien de loin, tant il est grand. Depuis la fenêtre de la chambre de Monet, il apparaît à l’arrière-plan, immanquable avec son rouge bien foncé. Mais une fois que l’on est dessous, quel est ce sortilège ? Si on lève les yeux vers lui, les feuilles paraissent vertes !
Il doit y avoir une explication scientifique des plus rationnelles, mais j’espère que personne ne va se mettre en tête de me la livrer. Vous aimez bien qu’on vous explique les tours de prestidigitation, vous ?

Un autre sort opère au même endroit, c’est très curieux. De là, on ne voit pas l’étang aux nymphéas. On aperçoit tout juste un coin du pont, un bout de pelouse, quelques arbustes. Mais c’est toujours à cet endroit que les visiteurs se mettent à soupirer d’aise en disant « quel calme ! quel endroit merveilleux ! »
Je ne m’explique pas trop bien non plus ce phénomène ; je me retiens de leur dire, mais non, ce n’est pas là, attendez de voir le bassin ! J’imagine qu’il y a un effet de porte quand on débouche des bambous, même si on ne voit pas grand chose.

Mais finalement, la magie la plus exceptionnelle, c’est encore sur Monet qu’elle a opéré. Cette attraction irrésistible, cette aimantation qui l’a tenu au bord de son bassin pendant vingt ans, qui lui a fait reprendre les pinceaux alors qu’il ne peignait plus depuis longtemps suite à la mort de sa femme Alice, qui l’a poussé à reproduire à l’infini les mêmes paysages d’eau sur des centaines de mètres carrés de toiles, ces « éternels nymphéas » pour lesquels il a jeté dans la bataille ses dernières forces de vieillard… Si ce n’est pas de la magie, qu’est-ce que c’est ?

L’embarcadère aux roses

L'embarcadère aux roses, chez Monet à Giverny Voici l’embarcadère aux arceaux fleuris vu de la berge en face, presque de l’endroit où Monet l’a peint. L’effet est très différent : de nos jours, le fond du paysage est empli de grands arbres.
A l’époque de Monet, sur le tableau du musée de Phoenix, on n’aperçoit ni la peupleraie du fond, ni tous les arbres qui bordent aujourd’hui l’étang et qui ont eu le temps de parvenir à maturité.
Vu du pont japonais, le bassin ressemble aujourd’hui à une clairière en pleine forêt.

L’étang endormi

Giverny
Le bassin de Monet au petit matin, quand le soleil bas étire les ombres à la surface de l’eau.

Les nénuphars sortent de leurs songes, sous le ciel inversé les poissons glissent en silence.

Rien ne bruisse, rien ne s’ébroue que la lumière.

Entretien du bassin

Nympheas blancs dans l'étang de Monet L’entretien du bassin aux Nymphéas de Monet est une tâche quotidienne. Il faut constamment supprimer les herbes aquatiques qui flottent à la surface ainsi que les pollens de peupliers qui se déposent sur l’eau au début du printemps.
A l’époque de Monet, un jardinier était dévolu à l’entretien de l’étang. Parmi ses attributions figurait une tâche assez singulière : chaque matin, il devait laver les nymphéas.
Un contemporain a décrit cette occupation routinière du jardinier, qui circulait en barque entre les nénuphars et plongeait les boutons dans l’eau avant qu’ils ne s’ouvrent dans la matinée.
Monet n’aimait pas que quelque chose vienne s’interposer entre son motif et son oeil. La route qui longe le jardin d’eau n’a cessé de devenir de plus en plus passagère. Les véhicules à moteur soulevaient des nuages de poussière qui venait se déposer sur les fleurs aquatiques.
Avec la détermination qui lui était coutumière, Monet a résolu le problème. En proposant de régler la moitié de la dépense, il a obtenu du conseil municipal de Giverny de faire asphalter la portion de chaussée qui traverse sa propriété. C’est le jardinier du bassin qui a dû être content.

Les azalées du jardin d’eau

Le bassin aux Nymphéas de Monet en avrilTout est si beau en ce moment dans le jardin de Monet que j’ai bien du mal à choisir une photo.
Partout, les couleurs éclatent. Autour du bassin, les azalées sont en pleine floraison, dans un feu d’artifice de roses, d’oranges et de blanc qui tranchent sur les tonalités vertes des premiers feuillages.
Les azalées ont été choisies par Monet pour évoquer le Japon dans le jardin d’eau, en compagnie d’autres plantes exotiques telles que les bambous et les nénuphars, les fameux Nymphéas.

Automne à Giverny

Le bassin aux Nymphéas en automneL’automne vient de toucher de sa baguette magique le jardin de Monet à Giverny. Je crois qu’il arrive un peu plus tard que d’habitude, et que les quinze jours de retard pris en début de saison se sont répercutés tout au long de l’année.
Le liquidambar flamboie dans le soleil, la glycine se transforme en or. Dans l’air flotte une odeur acide de feuilles tombées.
C’est l’été indien, il fait doux l’après-midi, plus de vingt degrés. Par ce temps inespéré, se promener dans les jardins est un délice. Nous étions peu à en profiter aujourd’hui, et nous échangions des sourires complices d’avoir eu cette bonne idée.
Vite ! Si vous voulez venir cette année, dépêchez-vous ! La saison 2006 s’achève à Giverny. Les plus belles choses ont une fin, la Fondation Monet fermera mardi soir, le 31 octobre. Après, il faudra patienter jusqu’en avril, et le spectacle sera très différent.

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives