Home » Bassin aux Nymphéas » Pendule

Pendule

Giverny, jardin d'eau

Depuis que les visiteurs l’ont déserté, le jardin d’eau de Monet poursuit son rêve intime.
La vie continue de battre à l’insu.
Le vent arrache les feuilles une à une, ça bruisse et ça souffle.
Les frondaisons plient et ploient.
Les bambous s’entrechoquent.
Les étoiles rouges des liquidambars, les lanières dorées des saules, les petites flèches des peupliers dégringolent de leurs cimes et finissent leur course, parfois, à la surface du bassin.
Elles hésitent un instant, comme étonnées d’être là, puis le vent s’en saisit à nouveau et les fait glisser, frêles esquifs, au ras de l’eau.
Il arrive qu’elles tournoient dans une chorégraphie inattendue, en artistiques patineuses.
Elles finissent par s’accrocher quelque part, dans des ports insoupçonnés où elles s’entassent par centaines.
A la limite entre l’air et l’eau, là où les nuages viennent se mirer en rose et gris, les rameaux du saule s’entêtent à dessiner des calligraphies secrètes.
Leur stylet griffe la surface qui aussitôt se referme, effaçant le message au fur et à mesure.
Tel un pendule, la pointe du saule passe et repasse.
Le regard se laisse happer par cette correspondance mystérieuse, questionner par l’indéchiffrable.
Devant cette cible mouvante, on oublie le temps.
Le pendule a gommé la pendule.


4 commentaires

  1. Tania dit :

    Très belle photo et le texte est en harmonie.
    Un moment hors du temps.

  2. Tilia dit :

    "Tel un pendule, la pointe du saule passe et repasse"
    Le pendule de Foucault, oscillant dans son cercle de la chapelle des Arts et Métiers, vient de se sur-imprimer dans mon esprit à l’image du saule qui fait des ronds dans l’eau. Science et poésie !…

    http://www.youtube.com/watch?v=3...

    Merci, Ariane, pour cette merveilleuse photo

  3. Muriel dit :

    Un beau texte poétique en accord parfait avec une bien belle photo en dégradé de gris, de noir,de blanc…un arrêt sur image du temps pour mieux se retrouver aux beaux jours!
    Dame Nature toute en beauté dans son intimité…

  4. Ariane dit :

    Tania, Tilia, Muriel, merci. Mais oui, le pendule de Foucault, c’est à lui que je pensais. Mais je l’avais vu au Panthéon. Je suis sûre que science et poésie ont beaucoup en commun. La poésie est faite de rythmes, de sons, la science s’intéresse au merveilleux du monde, elle fait appel à l’imaginaire…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives