Home » Bassin aux Nymphéas (Page 2)

Category Archives: Bassin aux Nymphéas

Glycine

La glycine en fleurs au-dessus du pont japonais, c’est la carte postale de Giverny. La floraison dure assez longtemps, en mai, car le pont est orné de deux variétés différentes. L’une, de couleur mauve, porte des grappes assez rondes, l’autre de longues fleurs blanches.
La robustesse de la glycine est assez stupéfiante. Elle traverse allègrement les décennies, supporte l’absence de soins, l’abandon, l’excès d’humidité… rien ne la décourage.
Cinquante ans après la mort de Monet, il ne restait presque rien de son jardin, mais les glycines n’étaient pas mortes. Celle du pont, la blanche, a dû être coupée pendant la reconstruction de la passerelle. Elle est repartie de plus belle.
A l’autre bout de l’étang, la glycine mauve avait glissé dans le bassin. Elle a pu être repêchée et sauvée. De son tronc, il ne reste que l’écorce. Mais vaille que vaille, un siècle après sa plantation, elle survit toujours.

Le jardin japonais de Monet

Le jardin japonais de MonetLe jardin de Monet est-il un jardin japonais ? A l’évidence, la réponse est non. Le jardin japonais ignore la profusion de fleurs, la symétrie du clos normand, les allées bien visibles.

Mais de façon tout aussi évidente, et bien qu’il n’ait jamais quitté l’Europe, Monet s’est inspiré des jardins japonais. Rechercher les éléments japonisants qu’il a adoptés rend la visite de Giverny aussi amusante qu’un jeu de piste, à condition d’avoir un peu révisé les bases du jardin japonais auparavant.
Près de la maison, les pommiers et cerisiers du Japon ne se laissent pas ignorer ces derniers temps. Dans le clos, cherchez bien : vous remarquerez les iris et les pivoines, deux favoris des jardins japonais.

Mais c’est du côté du jardin d’eau que la ressemblance saute aux yeux. Vous franchissez le « pont japonais » – peint en vert, il est vrai, alors qu’il est traditionnellement rouge – vous passez sous la glycine, vous contournez les bambous, vous flânez le long de l’étang aux nymphéas, vous arrivez près des rhododendrons et des azalées : autant de fleurs et de plantes fétiches des jardins nippons. Ici plus de symétrie, mais une nature évoquée.
Le jardin japonais est un lieu de méditation. N’était-ce pas ce que faisait Monet quand il contemplait et peignait à l’infini ses nymphéas ?


Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Commentaires récents

Catégories

Archives