Home » La colonie américaine de Giverny » Lady in a Garden, Frieseke

Lady in a Garden, Frieseke

Lady in a Garden, FriesekeAu musée d’Art Américain de Giverny, j’ai acheté un poster. C’est la reproduction d’un tableau de Frieseke, Lady in a Garden, peint vers 1912. Je crois que la scène est prise dans un jardin de Giverny. La Lady a l’air de surgir des fleurs, on ne sait pas où finissent les rayures de sa robe et où commencent celles des tiges fleuries – peut-être des glaïeuls.
J’aime cette vision d’Eden. Le cadrage serré nous laisse cette illusion que le monde n’est qu’une profusion de fleurs où nous mouvoir. C’est un peu l’impression qu’on a, en été, dans le clos normand de Monet.
J’aime ces couleurs à la fois douces et gaies, ce fouillis tempéré par la rigueur des lignes. Je vais pouvoir me repaître de cette image. Mais quelque chose me déçoit. L’aspect lisse et terne du papier. En achetant le poster, j’ai capturé l’image, mais il manque la palpitation de la matière. Je vais entrer dans une grande familiarité avec cette oeuvre, et en même temps elle va m’échapper. C’est pour cela que la Joconde du Louvre déçoit tant de visiteurs.


5 commentaires

  1. richard Khaitzine dit :

    Merci pour votre excellent site.
    "Lady in the garden" est effectivement une superbe toile propice à susciter l’émotion. Concernant ce que vous dites de la Joconde, je suis entièrement d’accord, même si je lui ai consacrée un livre. La raison de ce paradoxe apparent?
    La Joconde s’adresse plus à l’esprit qu’à l’oeil. Il s’agit d’une allégorie de la lune: Mona ( racine de Mênê, en grec, Moon, en anglais, etc..)
    Lisa: élisabeth: étymologie: celle qui reçoit la lumière ou la clarté du Soleil. Ceci explique la couleur verdâtre (le sfumato) voilant la toile, puisque le vert est associé traditionnellement à l’astre des nuit ((voir le drapeau musulman).
    Il y a bien d’autres surprises dans cette toile, chaque élément formant l’allégorie comme le confirme l’étymologie de ce mot. Quant au sourire, il faut passer par le latin, langue populaire à l’époque/
    subridere de ridere s’écrivait avec un e bref ou long selon que l’on usait du latin populaire ou classique. Le sourire renvoie aux deux paysages ou deux voies hermétiques :terrestre ou brève et humide ou longue.
    Tout ceci peut sembler étonnant, mais il ne faut pas oublier le contexte historique. Da Vinci, comme d’autres peintres de l’époque furent les protégés de Laurent le Magnifique dont le mentor, monseigneur Alberti fut l’auteur du Songe de Poliphile, premier livre d’alchimie imprimé.
    La société florentine de l’époque était une société d’érudits et l’hermétisme faisait partie des arts libéraux.
    Ceci est un condensé de mon livre: La Joconde, histoire, énigme et secrets (éditions le Mercure Dauphinois)
    Bien Cordialement,
    Richard Khaitzine
    Membre de la Société des Gens de Lettres

  2. richard Khaitzine dit :

    Un petit bonjour en passant sur votre site…

    A propos des rues de l’arbre sec – à Paris, comme à Rouen -, ce nom provient d’une autre dénomination, du moins concernant Paris: "rue de l’arbre Sel" ce qui possédait une forte connotation alchimique, laquelle est confirmée par la présence d’une étrange fontaine ressemblant à la Fontaine Médicis. On y voit, sculptée dans la pierre, dégouliner une surprenante gelée, laquelle n’est autre que la "manne" de l’Ancien Testament, appelée aussi noos (l’esprit) par les grecs et Mercure universel dans les textes hermétiques.

    A propos de l’enseigne du lion d’or, ce calembour est justement mentionné dans "les Demeures philosophales" de Fulcanelli, lequel cite le livre d’Edouard Fournier consacré aux rues de Paris. Il mentionne également le cygne porteur d’une croix "Au signe de croix", et encore plus amusant un grand O suivi d’un k barré: au grand cabaret.
    Ces rébus ou charades furent les ancêtres de notre moderne bande dessinée et constituent l’un des maillons de ce que l’on nomme "la langue des oiseaux" ou cabale phonétique chère à André Breton.
    Sur tout ceci, vous pouez vous reporter à l’un de mes livres intitulé "La langue des Oiseaux" récemment republié en poche aux éditions Dervy,
    Bien cordialement
    Richard Khaitzine

  3. ariane leplumey dit :

    amoureuse de cette toile , ayant acheté cette affiche autrfois à Giverny mais elle se defraichi aimerais me la procurer . si vous avez un moyen .merci

  4. etienne dit :

    bjr
    aimerais acheter reproduction Frieseke "Lady in a garden" , achetée autrfois a Giverny
    mais maintenant un peu passée
    ou?
    d’avance merci
    etienne

  5. mcdonald dit :

    hey i so love the picture of the girl in the garden…
    heart warming to look at…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Commentaires récents

Catégories

Archives