Home » Maison de Monet » Les Japonais à Giverny

Les Japonais à Giverny

Kuniyoshi Utagawa, estampe dans la maison de Monet à Giverny Costume bleu marine et talkie-walkie : c’est la panoplie des gardiens de la maison de Claude Monet à Giverny. Postés à l’entrée de la maison, ils veillent à ce que chacun respecte le sens de la visite. On voudrait commencer par le plus beau, la salle à manger et la cuisine, à droite de l’entrée, ils vous aiguillent poliment mais fermement vers la gauche.
Conversation surprise ce matin entre deux gardiens :
– « Comment tu dis s’il vous plaît en japonais ?
– Kudasai.
– Koshira c’est quoi ?
– Par ici.
– Kudasai alors, tu es sûr ? Parce que c’est bien gentil mais si tu leur dis kudasai et qu’on dit pas comme ça, ils peuvent se dire ils pourraient être plus polis ! »
Voilà les questions qu’on se pose quand on est gardien à Giverny. Car les touristes venus du Japon sont nombreux. Il n’y a qu’eux pour s’arrêter longuement devant toutes les estampes, émerveillés de leur beauté et de leur profusion (je suppose !). Dans le jardin, ils flashent sur les azalées, sur des plantes étranges qu’on n’aurait pas remarquées sans eux.
J’aime les Japonais à Giverny. Ils arrivent le plus souvent en groupe. La plupart ne parlent pas un mot d’européen. On voudrait se parler mais on n’essaie même pas, on se sourit. C’est frustrant de ne pas pouvoir communiquer. J’aimerais tant savoir ce qu’ils pensent de ce japonisme à l’européenne, sauce 19e siècle. Sont-ils surpris ? Amusés ? Flattés ? Agacés ?
Ami lecteur japonais, je serais très honorée d’un commentaire de ta part dans ce modeste blog.
Sayonara !


7 commentaires

  1. Ariane dit :

    Kristin m’adresse ces précisions pour mes débuts en japonais et pour aider tous les gardiens de sites touristiques : « Please » is not a good word to try to translate.  It’s too complex. In Japan, the notion of « please » changes, depending on whether the person you are speaking to is your superior, your inferior, or more or less on a par with you-and it also changes, depending on the genders involved and how close the person is to you, etc., etc.  These social levels are very complex in Japan, and almost impossible for outsiders to learn. How you say « garden » or « gardens » in Japanese.  That’s easy.  « O-niwa . » That’s a polite woman’s way of saying « garden. »  A man would probably say, « Niwa. » (sticking « O » in front of anything is like an honorific –) A friend of mine who also used to live in Japan  sent this… it’s a very useful list of phrases. ENJOY!!!! Calling a group of tourists « okyakusama-tachi » is a good and polite  touch. It sort of translates as « honored guests. »  One person would  be « okyakusama. Please–kudasai–koo-dah-sigh (English pronunciation of the word  « sigh ») This way–Kochira–koh-chee-ra (actually an « ra » can sound like our  « da » because it’s midway between an « r » sound and an « l » sound,  which we can’t hear until we can distinguish between our sounds and  theirs) That way–Atchira (aht-chee-rah) Right–migi–mee-gee Left–hidari–hee-dah-ree (there’s that sound again–sort of like  « lee, » but with a tiny touch of a « d » in there–confused yet?) Please go to your right.  Migi ni itte kudasai.  (mee-gee nee  eetteh (hold « t » for double count) koo-dah-sah-ee_ Please go to your left.  Hidari ni itte kudasai. (as above) Please walk straight ahead.  Massugu ni itte kudasai.  (again, hold  the « s » sound for a double count and make it like mahs-soo-goo ni  itte kudasai) Please stay in this room.  Kono heya ni oitoite kudasai (he is  pronounced as « heh-yah » with a soft second h for both syllables and  oitoite is pretty much just the way it looks–oy-toy-teh) (« ni » is  like « knee ») Now. Ima (Ee-mah) Later. Ato de (ah-to, as in « toe » plus deh) Please follow that group.  Sono goruupu (drag out the « u » of  gorupppu) no ato de, itte kudasai. Attention, please.  Okyaku-sama-tachi, o-negai shimasu. (o-kyah-ku- sah-mah-tah-chee, oh-ne-gah-i-shi-mah-s) I don’t know if the house has an upstairs or a downstairs, but « up »  is « ue » (oo-eh) and « down » is « shita » (sh-tah).  Please go upstairs  is Ue ni itte kudasai and please go downstairs is Shita ni itte  kudasai. Don’t do/touch that or Don’t go there.  If you don’t want them to  do something, say, « Dame desu. »  (dah-meh des).  That translates as  « not good. » It’s a gentle way to request their cooperation, and  should work. No.  Iie (eeyeh) Yes.  Hai.  (hah-i) Thank you.  Doomo, arigatoo gozaimasu. (dough-moh, ah-ree-gah-toe  go-zah-ee-mah-s). You’re welcome.  Doo itashimashite.  (dough-ee-tah-shee-mahsh-teh) Please enjoy yourselves.  Tanoshinde kudasai.  (tah-no-sheen-deh  koo-da-sigh) I don’t understand.  Wakarimasen.  (wah-kah-ree-mah-sen) I understand.  Wakarimasu (wah-kah-ree-mahs) Please repeat what you said.  Moo ikkai itte kudasai.  (mooh as in  « mow the grass »-eekkah-i (hold the k)-eetteh (hold the t) koo-dah- sah-ee) Door.  Doa.  (dough-ah) If an emergency should happen and you need to get your people out  of the house quickly, say: Okyaku-sama-tachi, onegai shimasu.  Tadaima (tah-dah-ee-mah), soto  he (pronounced « eh » here) dete ( deh-teh) kudasai. Hayaku (hah-yah-koo),  hayaku, onegai shimasu.  Dete kudasai.  That  translates as « Attention.  Please go outside.  Quickly, quickly,  please.  Please go outside. » (Hayaku also meands « hurry up ») Calling a group of tourists « okyakusama-tachi » is a good and polite  touch. It sort of translates as « honored guests. »  One person would  be « okyakusama. » Hope this helps. Kristin

  2. Antoun Sehnaoui dit :

    Bonjour,
    je viens de découvrir votre blog récemment et je dois que j’aime bien votre style d’écriture. Je ne suis encore jamais visité Giverny. Mais cela me paraît fort intéressant.

    Antoun Sehnaoui

  3. Ariane dit :

    Bienvenue et bonne promenade virtuelle, Antoun !

  4. Julie dit :

    Giverny vaut vraiment le détour bien que ma dernière visite date un peu. J’en ai gardé d’excellents souvenirs;

    Julie Michault

  5. tseline dit :

    Bonjour Ariane,
    J’enseigne l’impressionnisme à une classe de Japonais, à Tokyo et en français.
    Vos billets sont d’une grande aide et vous en remercie énormément.
    Je les utilise notamment pour comparer la propriété et l’art de Monet à ceux du Japon, et j’ai la chance de recueillir les avis passionnants de mes élèves, dont en voici un que je mets en ligne à la suite de mon commentaire.
    Bien à vous

  6. Tomoko dit :

    Bonjour Ariane,

    Je m’appelle Tomoko Harunari.
    Je suis une Japonaise d’un certain âge qui étudie le français.

    En août dernier j’ai visité Giverny avec un groupe de Japonais.
    J’y ai passé une bonne journée.
    Malheusement nous étions un peu serrés dans la maison parce que c’était la saison de tourisme.
    A peine entrée dans cette maison, j’étais suprise car il y avait plus d’estampes japonaises que j’avais imaginé.
    J’étais très heureuse que Monet eût beaucoup aimé la culture japonaise.
    En plus j’étais très contente que le Japonisme eût été accepté par la France qui est le pays des rêves pour les Japonais.
    J’étais aussi étonnée de la créativité propre aux Japonais : mode d’emploi des couleurs et composition déformée.

    Comme le Japon est un pays insulaire et les Japonais sont un peuple homogène, nous pouvons nous comprendre sans parole.
    Donc nous sommes faibles en langue étrangère, et nous avons du mal à nous exprimer.
    Pour les Japonais, l’harmonie est très importante.
    Le sourire est une des courtoisies pour maintenir l’harmonie.
    Vous pourriez comprendre les Japonais ?
    La guide japonaise nous a bien expliqué Monet et sa vie, donc je n’ai pas parlé un mot d’européen.

    Je voudrais ajouter un dernier mot.
    Je ne pouvais pas trouver de grande influence japonaise dans le jardin de Monet.
    Je pense que ce jardin était en désordre selon le goût des Japonais.

    Un jour je voudrais revoir Giverny.
    A ce moment-là j’espère échanger quelques paroles avec vous en français.

    Tomoko Harunari

  7. Ariane dit :

    Merci Tseline et Tomoko de vos commentaires si intéressants ! Et bravo Tomoko pour la concordance des temps ! Mon fils qui est en 3e est justement en train de l’étudier pour le brevet. Votre bel imparfait du subjonctif l’a impressionné. Je vous souhaite de prendre beaucoup de plaisir à découvrir notre culture si différente de la japonaise, avec une bonne prof comme Tseline !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives