Home » Vie de Monet » Le mariage de Claude Monet et Alice Hoschedé

Le mariage de Claude Monet et Alice Hoschedé

L'église de Giverny, lieu du mariage de Claude Monet avec Alice Hoschedé Raingo « Ce n’est pas une noce, mais simplement un acte, une simple formalité ». Voilà en quels termes Monet parle de son mariage avec sa deuxième femme Alice. Le 16 juillet 1892, ils convolent à la mairie de Giverny, après s’être mariés à l’église le 10 juillet – aujourd’hui il faudrait passer devant le maire en premier.
Ils ne sont qu’eux deux accompagnés de leurs quatre témoins : Caillebotte, Helleu, Léon Monet, et Georges Pagny, un beau-frère d’Alice. Aucun de leurs enfants ni de leurs proches n’assiste à cette régularisation en catimini. Ils portent des vêtements de tous les jours, « vous savez mon peu de goût pour toutes les cérémonies », justifie Monet.
Une cérémonie, il s’en profile une, pourtant. Quatre jours plus tard, le 20 juillet : Suzanne, une des filles d’Alice, épouse Theodore Earl Butler, un jeune peintre de la colonie américaine de Giverny.
C’est cette union qui a précipité le mariage de Claude et d’Alice. « M. Monet a l’intention d’épouser maman, » explique Suzanne à son fiancé, afin qu’il puisse la « conduire à l’autel, et aussi pour que cela le mette plus à l’aise vis-à-vis de notre famille. »
On comprend aisément ces motivations là. L’ambiance avec la parentèle d’Alice, le clan Hoschedé Raingo, était peut-être assez fraîche du fait de l’ambiguïté d’une situation qui s’est éternisée. Alice vit avec Monet depuis 1878, tout en étant mariée avec Ernest Hoschedé.
La mort d’Ernest le 19 mars 1891 change la donne. Veuve, Alice peut épouser Monet, lui-même veuf de Camille, après un délai d’un an.
Mais pourquoi faire ce mariage si attendu en « grand secret… sans que personne le sache« , dixit Suzanne ? On dirait qu’il y a comme une honte à conclure enfin cette « union projetée depuis longtemps« , selon Monet. Comme si ce mariage tardif était un aveu de l’illégitimité dans laquelle ils vivaient jusque là.
Il n’est pas facile aujourd’hui d’imaginer les règles de morale et de bienséance du XIXème siècle. Ce couple qui les brave pour vivre ensemble sans être marié pendant quatorze ans a pourtant quelque chose d’étonnament moderne. Il faudrait donc employer un langage moderne pour parler d’Alice. Tout comme Camille, elle est la femme de Monet, tout simplement. Parler d’elle comme d’une liaison, ou d’une maîtresse, c’est faire preuve aujourd’hui de préjugés qui n’ont plus cours.


13 commentaires

  1. Bonjour,
    Sur votre blog j’ai lu avec beaucoup d’intérêt les articles consacrés à Alice Hoschedé
    Vous signalez l’existence de son petit fils Philippe Piguet
    Serait-il possible d’avoir ses coordonnées
    Avec mes remerciements
    Christian

  2. Bonjour,
    J’ai plusieurs lettres de Claude Monet et Alice Hoschedé que j’ai retrouvé en vidant la maison de ma grand mére habitant à Vétheuil

  3. Merci pour ce commentaire. Vous avez sauvé beaucoup de mon temps comme je suis en train de surfer sur le web à la recherche de quelques conseils supplémentaires et des didacticiels sur Claude Monet.

  4. Je .suis un particulier et un passionné de Claude Monet et des impressionnistes en général .Je me permets de vous contacter car j’ai hérité de plusieurs tableaux au travers de ma grand-mère paternel . Dans ces tableaux se trouve : Sisley , Pissaro, Boudin et très curieux tableau qui serait attribué à Claude Monet selon toutes les indications mentionnées au dos avec provenance Alice Hoschédé et Durand Ruel ? Ce tableau est un tableau d’une calèche sur la route de Vétheuil peint en Hiver en hiver 1879.Je viens de voir l’émission de Stéphane Berne sur Claude Monet et je découvre l’existence du petit fils d’Alice Hoschédé : Philippe Piguet , que je voudrai beaucoup contacter pour lui montrer ce tableau, pour en savoir plus sur son origine et son authenticité . Pourriez vous m’aider en me communiquant ses coordonnées .Un grand merci d’avance / Cordialement/ Renaud BRUN / Tél : 06 10 80 86 07

  5. Si vous souhaitez contacter M. Piguet, je préfère que vous vous tourniez vers son éditeur. Pour une authentification de votre tableau, je vous suggère de vous adresser à l’institut Wildenstein à Paris.

  6. Bonjour,
    en faisant des recherches généalogiques sur les aïeux de mon compagnon, je suis tombée sur l’acte de mariage de Monet, et je vous signale donc que Oscar Claude Monet et Angélique Emilie Alice Raingo se sont mariés le 16 juillet 1891 et non pas 1892 (source : archives d’état-civil de l’Eure, table décennale de Giverny, page 79)

    Amitiés

  7. (suite et rectificatif du message précédent)
    …autant pour moi, le mariage de Monet a bien eu lieu en 1892, la table décennale de l’état-civil de Giverny comportait une erreur (mais l’acte de mariage est bien daté de 92)
    Toutes mes excuses et merci pour votre site intéressant,

    Corinne

  8. Bonjour Ariane,

    Savez-vous dans quelle lettre ou quel article Monet parla de son mariage? Autrement dit, d’où proviennent les citations "ce n’est pas une noce.." Et "vous savez mon peu de goût…"
    Car je ne trouve que dans votre blog les dates des 2 cérémonies.

    Merci beaucoup et félicitations pour ce blog formidable
    Florence

  9. Florence, je crois que j’ai tiré ces citations tout simplement de la biographie de Monet par Daniel Wildenstein. On doit pouvoir les retrouver dans le catalogue raisonné première édition, mais il faut un peu de patience pour lire des dizaines de lettres avant de retrouver la bonne. Est-ce important pour vous, êtes-vous en train de travailler sur Monet ?

  10. Merci Ariane, je regarderai dans la biographie de Wildenstein. Comme vous-même, je suis toujours un peu en train de travailler sur Monet !
    Je vous souhaite un bel été dans le jardin de Giverny… Ou ailleurs si vous vous en éloignez
    Amicalement
    Florence

  11. Bonjour, peut-être saurez-vous me répondre, j'ai lu qu'Ernest Hoschedé était inhumé à Giverny, mais je ne trouve pas d'info plus précise, et il n'est pas mentionné sur les 4 caveaux de la famille Monet/Hoschedé. 

    ( Vernonnaise d'origine, et par ma mère, en famille avec près d'1/3 du cimetière de Giverny, mais pas les Monet, bien sûr )

    Merci pour votre site, très bien fait.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives