Home » Giverny » Vivre à Giverny

Vivre à Giverny

rue Claude Monet, GivernyLes touristes affluent à Giverny. Ils seraient quelque 500 000 par an à venir visiter la maison et les jardins de Monet.
Vous habitez peut-être un endroit touristique ? Alors vous savez qu’on a vite fait de ressentir une fierté un peu bête à vivre dans un lieu recherché.
Une fierté un peu bête, parce qu’on n’a aucun mérite à cela. Les habitants de la Côte d’Azur sont-ils responsables du soleil et de la mer ? Les Chamoniards ont-ils une part à la majesté du Mont-Blanc ? Les Parisiens sont-ils pour quelque chose dans l’érection de la Tour Eiffel ou la collection de chefs d’oeuvre du Louvre ?
Les Givernois n’ont pas lieu de s’enorgueillir de l’intérêt des touristes pour leur village, ni plus ni moins intéressant que des dizaines d’autres villages des environs. Seule la puissance créatrice de Monet est à l’origine de cet engouement, et rien n’aurait pu en renaître sans la générosité des Américains.
A Giverny, on peut ressentir de la joie à vivre dans les magnifiques paysages de Monet, de l’agrément à visiter ses jardins à volonté. Mais Monet n’a fait que nous apprendre à voir. Partout où il a voyagé, il a peint des merveilles. De la vallée de la Creuse à Antibes, de la Hollande à l’Italie, de Londres à Belle-Ile en Mer.
Nous sommes de passage, tout juste légataires d’un patrimone architectural, culturel, paysager dont nous devons prendre soin du mieux que nous pouvons. Seule la création d’une beauté nouvelle autorise une légitime fierté.


3 commentaires

  1. Effectivement, nous ne sommes que des passeurs, des dépositaires, et, je l’espère, pas juste "Chez Ma Tante", dans les Monts de Piété (quel drôle de nom, un parfait travestissement). Il y a des années de cela, je travaillais dans un cabinet d’avocats parisiens qui s’occupait activement des avoirs américains à Giverny. Les villages-musées qui se multiplient en France n’ont pas que de belles crinolines. Il s’agit avant tout, pour un certain nombre d’intérêts financiers essentiellement internationaux, de développement, de justification d’emploi des capitaux disponibles comptablement, d’avantages fiscaux entre autres. Juste se poser la question : les villages concernés, et surtout leurs habitants, peuvent-ils réellement conserver leur âme, et leur pouvoir de décision, leur libre-arbitre, n’y a-t-il pas à un moment ou un autre quelqu’un, local ou international, qui passera à l’offensive, par volonté de pouvoir et de gain ? Et qui y perd, qui y gagne ? Monet n’est pas concerné financièrement, Monet will be more money, always, ever, in the eons of time, dans les siècles des siècles. Jusqu’à ce que nous oubliions sa beauté.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives