Home » Architecture » Pourquoi y a-t-il des monstres à l’extérieur des églises ?

Pourquoi y a-t-il des monstres à l’extérieur des églises ?

Détail du portail de la collégiale Saint Vulfran à AbbevilleCette mignonne petite bête qui escalade le portail de la collégiale Saint-Vulfran d’Abbeville vous rappelle quelqu’un ? Ne dirait-on pas Denver, le dernier dinosaure, héros des dessins animés de la télévision ?
D’un anachronisme à l’autre, on peut se demander où les sculpteurs du Moyen-Age sont allés chercher le modèle de ce monstre. Si l’on s’imagine un peu vite qu’ils n’avaient aucunes connaissances archéologiques, la ressemblance avec les dinos est assez troublante.
Que vient faire cette bête à cet endroit-là ? La question s’impose chaque fois que l’on regarde une église gothique de quelque importance, face à la multiplication des gargouilles et des monstres en tous genres.
L’explication la plus courante est qu’ils sont là comme des épouvantails, pour faire fuir les démons attirés par toutes les âmes réunies à l’intérieur de l’édifice.
Mais un tailleur de pierre vient de me donner une autre analyse qui m’a fait l’effet d’une révélation, tant elle semble évidente après coup : les gargouilles et autres monstres sont une matérialisation dans la pierre des démons en train de fuir de l’église, repoussés par la sainteté du lieu. Un peu comme si on pétrifiait des vampires battant en retraite parce qu’ils ont aperçu des gousses d’ail.
Transformés en gargouilles, voilà les monstres matés, cracheurs d’eau bienfaisante plutôt que de feu destructeur.


3 commentaires

  1. Certainement, il faut aussi noter que les gargouilles et autres monstres ou allégories se trouvant sur les murs des églises et cathédrales, sont aussi un moyen de lecture. au Moyen-âge quels autres moyens se présentaient aux ecclésiastiques pour faire transmettre une doctrine moralisatrice. En effet, montrer les démons sous une forme imagés et réelle mets les textes à la portée de tout croyant (rappelons que le taux d’alphabétisation du Moyen-âge était faible…)

  2. Ces gouttières sculptées usent beaucoup de la symbolique "l’eau du ciel lave l’église" – d’où le fait que ce soient des monstres qui crachent cette eau sale, et non les saints.

    à lire : l’article de bruno léandri dans "la grande encyclopédie du dérisoire" 🙂

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives