Home » Vivaces » Heracleum

Heracleum

Heracleum, GivernyL’heracleum aime voir le monde d’en haut : il culmine volontiers à 3 ou 4 mètres, loin au-dessus de la tête des gens. Vous le trouvez hautain ? Il attend de vous que vous vous teniez à une distance respectueuse. Obéissez, c’est dans votre intérêt. L’héracleum possède une arme sournoise dans ses feuilles, bien pire que les orties.
C’est surtout la sève qui est dangereuse. Si elle entre en contact avec votre peau, vous ne sentez rien du tout. Mais une toxine s’y est déposée, qui sera activée lorsque vous exposerez la zone touchée à la lumière.
La toxine détruit la mélanine présente dans la peau, qui nous protège des UV et permet de bronzer. Il s’en suit de douloureuses brûlures dont les cloques peuvent paraît-il atteindre la taille d’une pomme-de-terre. Cela prend des mois avant que la peau refabrique sa mélanine, on garde des traces pendant longtemps.
La Berce du Caucase a été introduite en France pour ses qualités ornementales, Monet en cultivait déjà. C’est la raison pour laquelle les jardiniers de Giverny l’entretiennent au bord du bassin, assez loin des visiteurs.
Elle se ressème un peu partout. Si jamais vous en avez dans votre jardin, dès que vous en apercevrez les premières petites feuilles au printemps, il vaudrait mieux ne pas vous apitoyer. Comme les Apaches sur le sentier de la guerre, aplatissez-la, aplanissez-la…


4 commentaires

  1. Dominique dit :

    Coincidence, je viens de terminer un roman où les héros à un moment marchent dans un champs de berce dont certaines les dépassent, et le roman en efffet se passe au Caucase …je suis maintenant capable de mettre une image sur ce nom
    je me sens toute savante d’un coup grâce à vous

  2. Aifelle dit :

    Puis-je vous conseiller la lecture du "salon des berces" de Gilles Clément ? Je me demandais justement qu’elles étaient ces plantes, je ne les ai pas reconnues, on ne voit qu’elles quand on passe devant.

  3. Ariane dit :

    Merci pour ce conseil ! Les berces inspirent les auteurs !

  4. passiflore dit :

    Elles commencent à faire l’objet de campagnes d’éradication, ici, en Belgique : elles colonisent certaines berges et supplantent la flore locale; En plus d’être dangereuses pour la peau!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives