Home » Guide à Giverny » Volontaires

Volontaires

Papillon Mon amie Anne est bénévole dans un zoo américain. Aux États-Unis, bénévole se dit volunteer, un mot dynamique qui marque bien l’engagement des personnes à donner de leur temps et de leur énergie.
Parmi les bénévoles, certains deviennent docent, mot emprunté au vocabulaire de l’université pour désigner quelqu’un habilité à enseigner : les docents sont là pour renseigner les visiteurs. « Ils te donnent toujours beaucoup plus d’explications que tu ne souhaiterais en avoir ! » plaisante mon amie, docent elle-même. Au zoo, ils aident à protéger les animaux des humains. Dans la serre aux papillons, par exemple, ils vous rappellent gentiment de regarder aussi où vous mettez les pieds pour ne pas en écraser.
On trouve des docents aussi bien dans les cathédrales que dans les musées. Pour le visiteur, c’est très agréable : dès qu’une question lui vient à l’esprit, il y a toujours une personne à proximité pour le renseigner. Dès qu’il en a assez entendu, il remercie et s’en va. C’est la culture du zapping.
Pour les institutions, les avantages de s’appuyer sur le bénévolat sont multiples, à commencer par la réduction des coûts de gardiennage. En compensation, les bénévoles ont droit à des privilèges, gratuités et réductions. Mais je crois que beaucoup se contentent de la joie de voir du monde et de faire partager leur passion.
Une cliente états-unienne me demandait hier au téléphone s’il y aurait des docents dans la maison de Monet. Pas un seul, grâce à Dieu ! Ce système fait partie de la culture américaine, et par bonheur il n’a pas traversé l’Atlantique.
Je dis par bonheur, parce que j’aime mon métier, et que je suis heureuse de pouvoir gagner ma vie en l’exerçant. Vous apprécieriez de voir des armées de retraités se mettre à pratiquer le vôtre bénévolement ?
La France pense que c’est mieux de professionnaliser les acteurs du tourisme. Elle aime bien que les compétences soient validées officiellement par un examen. Elle a une certaine méfiance envers les bénévoles, et exige une carte professionnelle pour guider dans les musées et les monuments historiques.
Résultat, ce sont les visiteurs qui doivent faire preuve de volontarisme pour décider de suivre une visite guidée. S’ils font ce choix, c’est qu’ils ont un appétit de commentaires. Pas de risque d’indigestion d’explications.


6 commentaires

  1. Martine dit :

    Bonsoir, au hasard des voyages de blog en blog, je viens de franchir la porte du vôtre; Je le lirai tranquillement car j’ai une passion pour Monet, les jardins et Giverny que j’ai visité sous une légère bruine. J’ai compris sa peinture, que j »apprécie depuis de nombreuses années, en faisant des photos avec l’utilisation des reflets dans l’eau.
    Au plaisir de vous lire Martine de "Sclos"

  2. Esposito dit :

    Bonjour,

    Je partage votre analyse et j’espère que cette pratique ne traversera pas l’Atlantique.

    Je profite de ce message pour vous signaler la magnifique exposition Turner qui vient d’ouvrir au Grand Palais à Paris. C’est étonnant de découvrir le parcours de cet artiste dont les dernières oeuvres se rapprochent tant des dernières de Claude Monet. Je conseille aux passionnés de Monet de s’y rendre … notamment la dernière salle de l’exposition est un véritable "bouquet final".

    Et si vous, Ariane, avez l’occasion de venir sur Paris, j’organise tout de suite un groupe de 5 personnes afin de vous avoir comme "guide officiel".

    Au plaisir de convenir de la date,

    Cdt,

    E. Esposito.

  3. Ariane dit :

    Bienvenue Martine ! Avez-vous aimé la bruine sur le jardin de Monet ?
    M. Esposito : l’expo Turner doit être magnifique, j’ai beaucoup admiré ses Venises l’an dernier. Mais si vous voulez que je vous guide, il faudra venir en Normandie. Merci tout de même, c’est très gentil à vous.

  4. julie dit :

    bonjour, je me permet de vous écrire au sujet de votre photo de papillon car comme signale plus haut, il se trouve que celle-ci est protégée par les droits d’auteurs, mais il se trouve que j’ai trouvé une personne qui n’a pas respecter cela et se permet de prendre votre photo et de la signée à son nom, je vous est mis ci-joint le lien de cette personne.

  5. Ariane dit :

    Julie, merci de votre message et de votre vigilance. Je vais écrire à Audrey. Il ne manque hélas pas de personnes peu scrupuleuses sur le web, y compris des institutions qui devraient être exemplaires. La moindre des choses pour que la copie soit tolérable, dans un site non-marchand, est de créditer l’auteur et de mettre un lien vers le site d’origine. La faire passer pour sienne en la signant, c’est pitoyable.

  6. julie dit :

    bonjour, de rien cela est normal, oui je suis tout a fait d’accord, un simple lien et une pub pour l’auteur aurait été le moindre des respect. je trouve cela odieux en plus vous n’étiez pas la première a qui elle le faisait! merci de votre intervention vis a vis d’elle j’espère que cela lui servira de leçon!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives