Home » Tableaux de Monet commentés » Les déchargeurs de charbon

Les déchargeurs de charbon

Les charbonniers ou Les déchargeurs de charbon, Claude Monet, 1875, huile sur toile 54 x 66cm, Paris musée d'Orsay Les charbonniers ou Les déchargeurs de charbon, Claude Monet, 1875, huile sur toile 54 x 66cm, Paris musée d’Orsay

Cette toile a déjà deux titres, les Charbonniers ou les Déchargeurs de charbon. On aurait pu lui en inventer un troisième : les Coltineurs. C’est en effet le nom que l’on donnait aux dockers et aux débardeurs, chargés de se coltiner les cargaisons sur le dos. Dur métier.
En cette fin de 19e siècle, on ne sait plus se passer du charbon, l’énergie principale de la révolution industrielle. Les usines, dont Claude Monet a figuré les cheminées fumantes à l’arrière-plan, le dévorent. Le charbon est extrait dans le Nord de la France, ou importé de Belgique, d’Allemagne et de Grande-Bretagne. Il est transporté par péniches le long des rivières et des canaux. Des montagnes de charbon font route vers la région parisienne.

Arrivé à bon port, il faut le décharger. Le plus souvent, pas de grues : on est en 1875, et le recours à la force musculaire reste très courant. Les déchargeurs posent sur leur épaule un panier conique empli de charbon, marchent en équilibre sur des planches qui relient la barge au quai, et vont vider les paniers dans des charrettes qui conduiront le combustible jusqu’aux usines. Au retour, les charbonniers posent le panier renversé sur leur tête, par dessus leur chapeau. Ils détendent leurs bras et leurs épaules pendant un instant.

Par le thème traité, cette toile est tout à fait unique dans l’oeuvre de Monet, au point qu’on pourrait douter qu’elle est de lui, le peintre des paysages riants et des loisirs bourgeois. Quelle mouche l’a piqué de faire dans la peinture sociale ? Veut-il dénoncer la condition ouvrière, à la manière de son ami Zola ?
Les couleurs mornes du tableau, sa construction fermée semblent mettre en avant la pénibilité du travail. Les hommes, réduits à l’état de bêtes de somme, cheminent comme des fourmis. Ils marchent en cadence, tous du même pas. Pas d’échappatoire : l’arche du pont écrase l’horizon, la barge bloque l’accès au fleuve.
Le motif présente des similitudes avec certaines estampes japonaises que Monet collectionne avec passion depuis plusieurs années déjà. Dans les paysages d’Hiroshige ou d’Hokusai, on retrouve des portefaix ployant sous le fardeau, franchissant des passerelles ou des ponts.

Pourtant, à bien y regarder, il n’est pas certain que Monet se soit laissé émouvoir. La scène est prise au pont routier d’Asnières, tout près du pont ferroviaire emprunté fréquemment par Monet pour se rendre d’Argenteuil, où il réside à l’époque, jusqu’à Paris, un petit trajet de onze kilomètres.
Il est probable que Monet a été frappé par les silhouettes sombres des charbonniers se détachant dans le contre-jour. Par la monumentalité de la scène. Les ponts sont un de ses motifs favoris, dès Argenteuil, un goût qu’il gardera longtemps puisqu’il représentera 45 fois la passerelle de son jardin d’eau. L’arche des Charbonniers évoque d’ailleurs la courbure des ponts japonais des Bassins aux Nymphéas.

Monet reste avant tout le peintre de la lumière. Il est permis de croire qu’il n’a vu dans le motif du port d’Asnières qu’un jeu d’éclairage intéressant, hors de toute considération sociale. Sinon, pourquoi cet unique tableau ? Il porte le numéro de catalogue 364. Dès le suivant, le « Coin d’appartement » qui se trouve lui aussi au musée d’Orsay, Monet délaisse la peinture sociale et revient à de paisibles scènes d’intérieur, tout empreintes d’harmonie familiale.


9 commentaires

  1. Thérèse dit :

    Vous avez une bien jolie façon de vous exprimer.

  2. Ariane dit :

    Merci Thérèse, et merci de votre visite !

  3. lasourceauxbois dit :

    Un billet passionnant pour un fait de peinture unique particulièrement intrigant. Mais je vous rejoins, c’est sans aucun doute plus le fait d’un esthète que d’une conscience sociale (qui je l’espère devait quand même habiter le peintre!)

  4. yvelinoise dit :

    En contrepoint ou en écho, "Le coltineur de charbon" d’Henri Gervex :
    http://www.culture.gouv.fr/Wave/...

    Là le sujet ne porte pas à interrogation, c’est le travailleur qui est mis en avant,
    il n’est plus une ombre comme dans le tableau de Monet.

  5. Ariane dit :

    Et on voit mieux les paniers très particuliers qui servaient à porter le charbon.

  6. Garance dit :

    Votre blog est très beau ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire vos articles sur l’oeuvre de Monet.
    Seulement, êtes vous sure que ce tableau soit la seule "peinture sociale" de Monet ?
    Merci d’avance de votre réponse.

  7. Ariane dit :

    Garance, merci pour votre commentaire. Il ne me vient à l’esprit aucun autre tableau de Monet qu’on pourrait qualifier de peinture sociale. Monet peint plutôt les loisirs bourgeois, quand il y a des personnages qui animent ses toiles, ce qui n’est pas si fréquent. Parfois, des scènes de bords de mer, mais pas pour dénoncer les dures conditions de travail des pêcheurs, plutôt comme un paysage, un spectacle.

  8. Sam dit :

    very interesting ! thank you so much !

  9. Jean dit :

    Très bonne analyse de cet oeuvre, merci beaucoup de prendre du temps à faire cela .

    Jean

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives