Home » Giverny » Le charme de Giverny

Le charme de Giverny

Giverny

A quelques centaines de mètres de la Fondation Monet où le printemps attire les visiteurs du monde entier, Giverny déroule des ruelles paisibles ignorées des touristes, qui ont gardé intact tout leur charme.
L’habitat reste un peu essaimé, en hameaux autrefois séparés par des champs ou des vergers, et il en demeure une impression d’espace. Dans nos agglomérations où chaque mètre carré est compté, on n’a plus l’habitude de cette place libre dévolue à la culture, au végétal.
A parcourir les ruelles et les sentes herbeuses du village, on est gagné par une douce quiétude. Le temps semble s’être arrêté parfois, et l’on ne serait pas surpris de voir surgir d’une de ces portes un personnage tel qu’on en observe sur les cartes postales anciennes.
Qu’y a-t-il sur cette photo que Monet n’y aurait pas vu ? Si peu de choses, me semble-t-il. L’antenne de télé, bien sûr, et puis, en y regardant bien, la petite tache jaune du champ de colza, dont la culture n’a été vraiment lancée en France que dans les années 1970. Tout le reste est intact, tout prêt à servir de décor pour un film en costumes.
Déambuler au hasard des rues est un bonheur que je ne saurais trop vous recommander si vous prévoyez de venir à Giverny. Tout est charmant et sans prétention, les glycines au-dessus des porches, les iris le long du trottoir, les chats qui vous guettent du haut des murets, les lilas, les pommiers en fleurs, les verrières d’anciens ateliers d’artistes qu’on aperçoit encore, les noms de maison dont certains sont en anglais, les barrières de bois, les roses, les murs de silex, les jolis rideaux, les haies d’aubépine, les coqs et les oiseaux qui chantent… C’est un village où l’on réapprend la flânerie, où l’on voit passer les saisons, un village qui évoque une certaine douceur de vivre.


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives