Home » Jardins » Les roses de Bagatelle

Les roses de Bagatelle

Quand on vient de Giverny, tout paraît démesuré à Bagatelle. Ce grand parc parisien couvre au total 24 hectares, contre 2 chez Claude Monet. C'est un peu comme si vous aviez l'habitude de faire vos courses au Monoprix et que vous vous retrouviez d'un seul coup dans un hypermarché. Vous avancez, un peu effaré d'avoir à parcourir de telles distances pour trouver ce que vous cherchez. 

L'avantage de cette grande superficie, c'est qu'il y a de la place, les visiteurs ne se marchent pas dessus. Le passage aux caisses est rapide, et ensuite on se promène à loisir dans les allées ; en s'écartant un peu on peut même se retrouver franchement seul.

Début juin, Bagatelle fêtait la rose. Le parc compte aussi des collections de pivoines, de clématites ou d'iris, mais c'est pour sa roseraie exceptionnelle qu'il est réputé. Elle ne date pas de l'origine du jardin, conçu au 18e siècle, mais de sa reprise par la ville de Paris en 1905. On n'est pas surpris d'y retrouver le nom de Jules Gravereaux. Le collectionneur passionné qui fonda la roseraie de l'Haÿ les Roses a donné quelque 1200 rosiers pour créer Bagatelle. Dans la roseraie classique, qui s'étend à elle seule sur près de deux hectares, le visiteur se promène parmi la bagatelle de 10 000 rosiers. 

C'est coloré, parfumé, et bien rangé. L'esprit de la collection se retrouve dans l'alignement rigoureux, l'étiquetage parfait et les pelouses impeccables. Il règne, derrière l'apparente folie de la nature qui invente tant de formes et de couleurs, une organisation tout humaine et secrètement rassurante. Pas de débordement ici. La main de l'homme conduit, dirige et contient. Tout est sous contrôle.


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives