Home » L'automne à Giverny » L’automne à Giverny : le cotinus

L’automne à Giverny : le cotinus

Feuilles de cotinus rougies par l'automne à Giverny

Les feuilles des arbres ont bien des façons de mourir. Certaines deviennent aussi sèches que du papier, brunisssent et se recroquevillent,  se ratatinent, se roulent sur elles-mêmes comme pour prendre le moins de place possible. D'autres se laissent envahir par des taches. Ou des trous. Ou des pustules. Elles ont l'air d'avoir perdu la force de se défendre. Les parasites s'y installent en conquérants.  

Appareil photo à la main, je me laisse fasciner par la défaite des feuilles. Il n'en est pas deux d'identiques. Pendant leur vie déjà elles étaient dissemblables si l'on y prêtait attention. Elles se distinguent encore davantage à l'heure du glas, mordues, meurtries. 

Et puis, en franchissant le pont japonais de Giverny, j'ai été éblouie par les feuilles du cotinus. C'était en fin d'après-midi, par temps couvert. Dans cette lumière parcimonieuse qui éteignait toutes choses, le cotinus flamboyait.

Tout au long de l'année, les feuilles de l'arbre aux perruques n'ont rien d'exceptionnel. Ce sont les inflorescences brumeuses de la plante qui lui donnent son attrait. Mais qu'arrive l'automne, et tout change. Le cotinus se pare de teintes si lumineuses qu'il semble irradier, comme s'il avait des ampoules à l'intérieur des feuilles.

Si l'on veut bien être à l'écoute, la promenade dans un jardin ne cesse de nous parler de la vie. Les jardins sont l'intersection de la nature et de l'humain. C'est la nature aménagée à notre convenance pour en intensifier la beauté. Ils ont des choses à nous dire, tout autant que la nature sauvage.

Concernant le cotinus, j'ai eu beaucoup de joie à contempler sa lumière intérieure, bien au-delà du panache.  Et j'ai pensé que s'il nous est possible de choisir, c'est ainsi que j'aimerai, un jour, vivre la dernière saison de ma vie. 

       

    


4 commentaires

  1. Un arbre qui est beau à toutes saisons,mais encore plus à l’automne,quelle luminosité!!!
    Je ne vais plus les regarder de la même façon à la suite de ce billet….

  2. Toi qui aimes tant ce superbe jardin,merci de nous faire partager « tes coups de coeur ».
    Beau dimanche avec peut-être un petit rayon de soleil….

  3. Superbe ! J’ai planté un cotinus pourpre dans un bac sur la terrasse, pour cette couleur si intense en automne. Mais d’année en année, il se rabougrit, la pleine terre lui conviendrait certainement mieux.
    Bonne saison hivernale, Ariane, elle est à nos portes.

    • Oui au début quand les racines sont petites elles ont plein de terre autour, la plante est contente, mais avec les années elle s’aperçoit qu’elle est en pot, les racines ont de moins en moins de place et de nutriments, et ça se voit dans les feuilles… A moins de passer à la taille supérieure du pot il n’y a pas grand chose à faire hélas. Bel hiver à toi Tania !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives