Lucie Cousturier

Exposition Lucie Cousturier Vernon

Mettre en valeur les femmes artistes, c'est la mission que s'est donné, avec succès, le musée de Vernon. Cet été c'est une peintre injustement tombée dans l'oubli qui est à l'honneur : Lucie Cousturier.

Quelques grands musées ont prêté des toiles : Orsay, l'Annonciade à Saint-Tropez, le musée de Grenoble. Lucie Cousturier est même présente aux Etats-Unis au musée d'Indianapolis, mais la plupart de ses oeuvres sont en collections privées. Autant dire que c'est un jeu de piste de les localiser.

Etre caché des yeux du public, cela n'aide pas à la célébrité. Pour être apprécié il faut être vu. De son vivant Lucie Cousturier expose auprès des plus grands à Paris, Bruxelles, Berlin. Mais après son décès en 1925, celui de son mari puis de son fils, elle disparaît assez vite des cimaises, peut-être par manque de postérité pour susciter des expositions. 

Lucie Cousturier, née en 1876, est une artiste néo-impressionniste. Amie de Signac, elle adopte un divisionnisme "libre" pour certaines oeuvres aux tons subtils, comme celle de l'affiche. D'autres, aux couleurs vibrantes parfois crues, font penser au fauvisme. Ses contemporains ne tarissent pas d'éloges, que ce soit dans la presse ou dans les correspondances. Ils soulignent qu'elle peint vrai. Signac la juge merveilleusement douée. 

Lucie Cousturier et son mari Edmond sont de grands collectionneurs, les premiers propriétaires du chef-d'oeuvre de Seurat "Un dimanche à la Grande Jatte". Seurat, disparu à 32 ans, est bien l'exemple qu'on peut marquer durablement les esprits même avec peu de tableaux. Mais son Dimanche couvre le mur : deux mètres sur trois. Lucie Cousturier a peint environ 150 huiles, de dimensions modestes, entre 1900 et la Première Guerre mondiale, période pendant laquelle elle se consacre à la peinture. Puis elle se tourne plutôt vers l'écriture et l'aquarelle, qui lui sert à noter ses sensations.

Et c'est là que son destin sort de l'ordinaire. En 1916, à Fréjus, elle habite près du campement de tirailleurs sénégalais en attente d'être envoyés au front. Ils deviennent ses amis et ses élèves : elle leur apprend à lire et à écrire. Elle s'émerveille de l'intelligence de certains. Après la guerre, Lucie Cousturier part en mission en Afrique pour le compte du gouvernement français, étudier l'influence des mères sur l'éducation des enfants. Elle vit avec les indigènes, elle dénonce les dérives du colonialisme. Son rapport ne plaira pas, bien entendu.   

Lucie Cousturier écrit avec finesse et humanité. Elle publie plusieurs livres sur son expérience de Fréjus puis de l'Afrique. Elle est aussi une critique d'art très avisée, ainsi qu'une interlocutrice de grande valeur pour les peintres de l'époque, Signac, Cross, Luce, Roussel.  

C'est une femme qu'on adorerait avoir connue, intelligente et sensible. Elle devait être lumineuse, Lucie, tout comme sa palette.     

Le joli mois de juin

Juin à Giverny

 Un vert anis aussi rafraîchissant qu'un pastis, c'est celui de l'alchémille mollis, plantée abondamment à Giverny en guise de bordure. 

Juin est un mois gracieux dans les jardins de Claude Monet. Le printemps touche à sa fin, et pendant que les roses dégringolent de leurs supports les massifs rivalisent de fraîcheur. Coquelicots rouges, pavots roses et eremurus orange et jaunes donnent de l'éclat à des parterres où les fleurs d'été se préparent. Les lis d'un jour déploient leurs corolles charnues.

Un cocktail parfumé répond à celui des couleurs. En ce moment cela sent le chèvrefeuille, les roses et les lis.  

Les arceaux aux roses

Giverny la grande allée au temps des roses

 Les rosiers grimpants recouvrent les arceaux de la grande allée de Giverny. Ils sont en pleine floraison début juin. Vous aimez ? 

Giverny au point de croix

Giverny au point de croix

La maison de Monet en broderie, j'ai hâte de voir cela. Le château de Bizy va accueillir une exposition de point de croix la semaine prochaine, du 14 au 19 juin.

Le thème choisi par les brodeuses vernonnaises de l'association 2001 croix est on ne peut plus local, puisqu'elles ont relevé le défi de représenter les monuments de Giverny et Vernon. Il a fallu créer les grilles d'après des images, puis les broder. Le résultat promet d'être inédit et ravissant.

Si vous passez par là, n'hésitez pas, c'est l'occasion de revoir aussi le beau parc du château !     

Giverny au temps des iris

Giverny au temps des iris

 Les jardiniers de Giverny ont beaucoup travaillé sur les iris l'an dernier. Les visiteurs en bénéficient cette année avec une floraison spectaculaire, éclatante, qui donne à voir quantité d'iris extraordinaires, noirs, orange, à petits points et j'en passe.

La rangée d'iris réticulés blancs qui danse le long d'un très long massif de haut en bas du jardin me paraît une nouveauté.

Et les roses, les roses ! Elles commencent tout juste et déjà elles embaument, en compétition avec les pivoines. Côté couleurs, ce sont les juliennes qui donnent le ton avec leurs gros bouquets mauves. 

Cabane normande

Cabane de jardin en colombages

 Cette petite merveille se trouve dans le parc du château d'Acquigny, près d'Evreux : une cabane en colombages construite comme une maison normande,

(suite…)

Giverny au crépuscule

Coucher de soleil sur le jardin de fleurs de Monet à Giverny

 A l'occasion de la Nuit des Musées, le jardin de Monet était ouvert jusqu'au coucher du soleil hier soir, à plus de 21h. La lumière du crépuscule, très douce, apporte une ambiance très particulière au jardin.  

Muscari à toupet

 Muscari à toupet, jardin de Monet à Giverny

Cette intrigante beauté est le muscari comosum, un bulbe de printemps que l'on peut admirer en ce moment à Giverny. Si vous aimez randonner, vous l'avez peut-être croisé le long des chemins, car il est courant en France à l'état sauvage. 

Comosus signifie à touffe, référence à sa mèche à la Titeuf qui fait tout son attrait. Quoique... En Italie le bulbe de ce muscari se déguste mariné à l'huile d'olive. Pourquoi pas ? On mange bien l'ail et l'oignon, qui font de si belles fleurs.     

L’esprit du Japon à Giverny

Le jardin japonais de Monet

Claude Monet n'est jamais allé au Japon. Mais comme ses contemporains, il est tombé sous le charme du pays du Soleil-Levant. Il collectionnait les estampes japonaises, il a peint Camille dans un costume rouge à motif de samouraï avec des éventails sur le mur, sa maison débordait de meubles en faux (et parfois en vrai) bambou, son service de table s'appelait Japon, et ainsi de suite. Il n'est pas surprenant que l'on retrouve cette inspiration japonisante dans son jardin.

Qu'est-ce qui fait qu'un jardin évoque le Japon ?

(suite…)

Les jardiniers de Giverny

Les jardiniers de Giverny

Voici Jean-Marie Avisard, le nouveau chef-jardinier de Giverny. Il succède à Gilbert Vahé, officiellement à la retraite après deux années de passage de témoin. Tout le monde se réjouit de la nomination

(suite…)

Le Hameau à Giverny

Verger en fleurs dans le jardin du Hameau, Giverny

La maison voisine de celle de Claude Monet à Giverny s'appelle le Hameau. D'où vient ce nom ? Qu'est-ce qui le justifie ? Mystère. Il s'agit simplement d'une

(suite…)

L’éclat des tulipes

Massif de tulipes roses devant la maison rose de Monet à Giverny

 Quand le temps est maussade, les tulipes sont à la fête. Elles n'aiment rien tant que la fraîcheur et l'humidité incertaine des premières semaines de printemps,

(suite…)

Les cerisiers de Giverny sont en fleurs

 Les cerisiers de Giverny sont en fleurs

Pour les Japonais, aller observer les premières fleurs synonymes de l'arrivée du printemps est une coutume vieille de plusieurs siècles. On l'appelle Hanami.

Ce sont les fleurs de cerisiers du Japon qui marquent le mieux la fin de l'hiver. A Giverny

(suite…)

Monet et la Grande Guerre : blessés et privations

Monet et la Grande Guerre : blessés et privations

 Après Michel Clemenceau, c'est au tour de Pierre Renoir d'être blessé au début de la guerre, hélas grièvement : le fils du peintre perd l'usage de son avant-bras droit. 

Monet à Durand-Ruel, 9 octobre 1914
Je viens d'apprendre par G. Bernheim que Pierre Renoir avait aussi été blessé. J'espère que ce n'est pas trop grave. 

Ici nous allons bien malgré tant d'inquiétudes,

(suite…)

Vernon la nuit

Chateau des Tourelles de Vernon

Les nouveaux éclairages des monuments ont valu un prix à la ville de Vernon, le prix "Lumières". En ce moment les nuits sont violettes et orange au château des Tourelles et au vieux moulin,

(suite…)

Claude Monet et la Grande Guerre : les premiers jours

Claude Monet et la Grande Guerre : les premiers jours

Comment Claude Monet a-t-il traversé la guerre de 1914-1918 ? L'histoire de l'art se penche davantage sur la production des artistes que sur leur ressenti. Pour avoir une idée de l'impact de la Première Guerre mondiale sur Monet, il faut s'intéresser à ses lettres.

La guerre est déclarée le 3 août. Le 8, c'est un Monet très inquiet pour ses amis qui écrit à ses marchands Gaston et Josse Bernheim-Jeune :

(suite…)

Le papillon Robert-le-Diable

Papillon Robert-le-Diable, Giverny

Dès le mois de mars, on peut observer ce beau papillon dans les jardins, en particulier celui de Monet. C'est un Robert-le-Diable, également nommé

(suite…)

De la couleur dans le blanc

Myosotis sous la neige à Giverny, Eure

La neige a déjà disparu dans l'Eure. A Giverny, les fleurs ont à peine eu le temps de jouer à cache-cache dans le clos normand de Monet. Les voilà à nouveau dévoilées, qui se remettent de leurs émotions.

(suite…)

Giverny en mode féerie

Giverny en mode féerie

Le bassin de Claude Monet ce matin, plus impressionniste que jamais. La surface n'est pas gelée, les arbres et les bambous se reflètent dans l'étang. 

(suite…)

La Seine à Vernon

La Seine à Vernon
Il paraît que la crue de la Seine fait l'info jusqu'en Australie ! Peut-être parce que là-bas il fait très chaud et sec... Comme on peut le voir sur cette photo prise depuis le pont de Vernon, la crue de la Seine n'affecte pas énormément le quotidien de la plupart des Vernonnais.

(suite…)

Le testament de Michel Monet

Le musée Marmottan-Monet présentait, dans le cadre de l'exposition "Monet collectionneur" qui vient de s'achever, le testament olographe du fils du peintre et unique héritier Michel Monet. 

D'une écriture précise,

(suite…)

Une boutique 100 % terroir

 Boutique terroir de l'office de tourisme de Vernon

Voici la toute nouvelle boutique de l'office de tourisme de Vernon ! Elle est située dans la maison du Temps Jadis à côté de la collégiale. J'ai eu un coup de coeur pour l'aménagement style campagne et pour la sélection de produits locaux très qualitatifs et originaux. Elle donne envie de fureter et de tout essayer.

A côté des classiques jus de pommes, cidres et caramels, on trouve des gâteaux faits d'après une recette de Monet,

(suite…)

Lit et délit

détail de pilier de l'abbatiale Saint-Ouen de Rouen

 L'abbatiale Saint-Ouen de Rouen est un pur joyau, une merveille d'harmonie gothique. Les moines qui l'ont fait bâtir au 14e et 15e siècles disposaient d'une église romane imposante, aussi étendue que l'abbatiale actuelle. Mais quatre cents ans après sa construction, elle tombait en ruines. Peut-être même que les moines l'ont un peu aidée à s'écrouler, pour avoir l'opportunité de bâtir plus beau et plus haut :

(suite…)

Pierre tumulaire

 pierre tumulaire d'un architecte de l'abbaye de Saint Ouen à Rouen

Cet homme au visage carré a vécu au 14e siècle. Le dessin stylisé qui paraît surgi d'une bande dessinée nous le rend étonnament proche, presque familier.  Il est saisi en pleine action. Muni d'un compas, il trace le détail d'une rosace rayonnante. Voilà qui nous révèle sa profession : c'est l'un des architectes de l'abbatiale Saint-Ouen de Rouen.

(suite…)

Giverny ou les couleurs de l’hiver

Giverny Bassin de Monet en janvier

 Ni fleurs ni feuilles, et pourtant c'est si beau ! Voilà à quoi ressemble le jardin d'eau créé par Claude Monet à Giverny en ce début janvier. 

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Commentaires récents

Catégories

Archives