Le manteau rouge

reflets d'arbres dénudés dans le bassin de Monet, reflet de visiteurs

La plupart du temps, les visiteurs de Giverny ne font pas attention à la façon dont la couleur de leur vêtement va s'harmoniser avec les jardins de Monet. Elle peut être discrète, et le promeneur se fondra dans le décor comme un caméléon. Ou bien elle peut trancher – et gâcher en toute innocence les photos de dizaines de co-promeneurs.  Le turquoise, par exemple, est l'une des couleurs qui paraissent les moins naturelles dans un jardin. Même le blanc ressort.

Je plaide coupable. Je ne suis pas toujours habillée couleur passe-muraille, ou plutôt passe-jardin, et à force de demeurer des heures et des jours dans les jardins de Monet je dois figurer incognito sur des milliers de photos, que je gâche un peu de ma présence. C'est Giverny : il faut en prendre son parti. 

Mais ce jour-là, cette personne en manteau rouge, quelle chance ! Je ne crois pas l'avoir fait exprès. Je ne sais même pas si je l'avais remarquée. Je devais être bien occupée à chercher la netteté du reflet de ces arbres encore nus, au tout début avril. 

Cette personne était là, parmi les premiers visiteurs de la saison, l'irruption de la vie humaine dans le jardin encore engourdi par l'hiver.

Pour cette petite flamme dans le coin de la photo, pour son manteau rouge et sa présence incognito ce matin-là, je voudrais lui dire merci. 

Objectivité

reflets-epte

On ne peut pas faire comme si on n'avait pas vu cet énorme pylône. Dans ce paysage idyllique du lever du jour au bord de l'Epte, il surgit comme un intrus. Il casse l'ambiance. 

Je ne peux pas l'ignorer, mais je peux décider de ne pas le cadrer si je ne peux pas l'encadrer.  Le laisser hors champ, debout dans son champ. Avancer d'un pas, zoomer un peu plus, tourner l'appareil, faire une photo verticale… 

(suite…)

Vernon-Giverny, gare impressionniste

Porte de la gare de Vernon ornée d'un portrait de Pissarro

Ce barbu au regard perçant qui orne la porte de la gare de Vernon a un air de famille avec Claude Monet. Il a été son contemporain et son ami, peintre lui aussi, et presque son voisin… Vous avez trouvé ? C'est Camille Pissarro, impressionniste et néo-impressionniste, qui s'installe à Eragny-sur-Epte près de Gisors quelques mois après l'arrivée de Monet à Giverny. Pissarro ne quittera plus le village situé à une trentaine de kilomètres de Giverny. 

Monet aussi a choisi les bords de l'Epte, mais à son confluent avec la Seine. Son portrait fait face à celui de Pissarro sur la porte de la gare.

Portrait de Claude Monet sur la porte de la gare de Vernon-Giverny

La gare SNCF de Vernon a été rebaptisée Vernon-Giverny l'an dernier afin de faciliter la tâche des visiteurs individuels en route vers les jardins de Monet. Des trains impressionnistes sérigraphiés les mettent dans l'ambiance dès le départ. Voici par exemple à son terminus en gare de Paris Saint-Lazare, une voiture aux couleurs des vaches d'Eugène Boudin, peintre pré-impressionniste normand dont on peut admirer les oeuvres au Havre ou à Honfleur :

train-impressionnisme

Les prés de Giverny

Eglise de Giverny vue depuis le Chemin du Roy

Un des aspects de Giverny les plus surprenants, c'est la présence de prés et de champs en plein milieu du village. On s'attendrait à un habitat groupé avec des maisons serrées autour de l'église, et l'on est tout étonné qu'il y ait tant d'endroits non bâtis.  

Cette disposition est héritée de l'histoire du village. Giverny se compose depuis toujours d'une succession de cinq hameaux séparés par des terres agricoles.  Ils s'échelonnent sur quatre kilomètres au pied de la colline, juste au-dessus des zones inondables. 

(suite…)

L’archange Saint-Michel terrassant le démon

Saint Michel, église saint-Taurin d'Evreux

Ce Saint Michel terrassant le démon se trouve à l'église Saint-Taurin d'Evreux. Daté du 17e siècle, il porte des cheveux bouclés, on croirait la perruque de Louis XIV. Il se présente en armure, avec épée et bouclier, vainqueur de l'ange déchu. La scène rappelle Saint Georges, qui lui aussi porte l'armure, mais les grandes ailes du combattant permettent une identification immédiate de l'archange Saint Michel, et saint Georges est plutôt figuré avec un dragon.

Certaines sculptures nous touchent par leur grâce infinie. D'autres, et c'est le cas ici, par la foi naïve de ceux qui les ont faites. On les regarde avec nos yeux du 21e siècle, des yeux embués d'une once de supériorité, nous qui vivons dans cette époque de technologie qui produit tant d'images. Qu'il est drôle, ce démon tout noir avec ses petites cornes, cloué à la terre par le pied de l'archange !

Or non, ce n'est pas drôle du tout.  La naïveté est une grâce qui donne accès au mystère. Cultivons la nôtre…

Migration vers WordPress

Giverny jardin d'eau 

Bienvenue dans la nouvelle présentation de Giverny News ! J'espère qu'elle vous plaira. Givernews.com est maintenant sous WordPress.

(suite…)

Chambre avec vue

Vue de la chambre de Monet

Mi-octobre, voici ce que l'on aperçoit depuis la chambre de Claude Monet dans sa maison de Giverny, un soir un peu trop frais pour laisser la fenêtre ouverte. C'est un moutonnement végétal dominé par la masse des grands arbres, les ifs devant la maison, les hêtres, frênes et peupliers du jardin d'eau au loin. Dans tout ce vert claque le jaune des hélianthes, encore accentué par le soleil couchant.

(suite…)

Silo

Silo dans le port de Rouen

Le port de Rouen peut se visiter en bateau, tout comme celui du Havre. Enfin, une petite partie du port, car il s'étend sur 120 kilomètres vers l'aval, de Rouen à Honfleur. Toute la basse Seine jusqu'à la mer est rythmée de terminaux. C'est un port fluvio-marin, qui s'arrête net au premier pont urbain de Rouen, le pont Guillaume le Conquérant.

(suite…)

Lever d’année

Aurore à Giverny

Pas besoin d'être ultra matinal en ce moment pour admirer le point du jour. Cela se passe vers 8h15 à peu près, à l'heure où demain les parents emmèneront leurs enfants à l'école.
Le charme des levers de soleil, c'est leur façon de donner dans le grandiose, dans la démesure. Cette débauche de couleurs, cette subtilité de nuances. L'irradiation de la lumière. On reste scotché, épaté par le message de l'univers : regarde comme je suis vaste et beau !

(suite…)

631 000 visiteurs en 2015

Arceau aux roses, jardin d'eau de Monet

Parmi toutes les choses inavouables qu'on a pensées au moment des attentats – ces pensées égocentriques à l'heure où il n'y a que la compassion qui vaille – il y avait celle-ci : heureusement que la saison est finie. Le 13 novembre, la Fondation Monet et le musée des impressionnismes Giverny étaient déjà entrés dans leurs cinq mois de fermeture.

(suite…)

Décembre dans le calendrier DuMont 2015 de Giverny

Bassin aux nymphéas gelé

DuMont, des mots et du Monet ! Mes doigts ont bien du mal à taper DuMont, il y a toujours un petit e qui vient se glisser pour transformer la maison d'édition allemande en fan du peintre givernois… Ce qui me fait invariablement penser à cette vieille pub pour Dubonnet qu'on voyait encore il y a quelques années dans le métro parisien. Est-ce qu'il reste encore des DU BON, DU BEAU (du bo ? ), DUBONNET quelque part entre les stations ? Et est-ce qu'on peut encore trouver et consommer, avec modération, du Dubonnet ?

(suite…)

Symphorine

Symphorine

Le nom de la symphorine évoque la symphonie. Toutes deux dérivent d'une racine grecque, sym, qui veut dire 'qui accompagne', 'ensemble'. Dans le cas de la symphonie, ce sont les sons qui sonnent ensemble. Pour ce qui est de l'arbuste, il s'agit de ses baies qui sont portées (phorein en grec) ensemble par la plante.

(suite…)

Confusion

Cerisier

Les températures ont enfin chuté, heureusement. Voici ce que le cerisier du Japon devant le 3e atelier de Monet était en train de faire à la faveur d'un automne trop doux, des fleurs alors même que ses feuilles d'automne n'avaient pas fini de tomber. Encore plus fort que ceux du parking.

(suite…)

L’orgue de Notre-Dame du Grand Andely

L'orgue de Notre-Dame du Grand-Andely

La commune des Andelys, qui compte 8000 habitants, a la chance de posséder deux grandes orgues classées Monuments Historiques. La ville avait autrefois deux paroisses, donc deux églises, Saint-Sauveur au Petit Andely et la collégiale Notre-Dame au Grand Andely. Chacune a gardé son instrument. Celui de Saint-Sauveur, presque inchangé depuis sa construction au 17e siècle, est d'une musicalité remarquable. Celui de la collégiale, un Cavaillé-Coll, a un buffet 16e de toute beauté.
Un site internet est dédié aux orgues des Andelys. On peut même y entendre de petits enregistrements de celui de Saint-Sauveur, sur lequel les plus grands organistes ont joué, de Maurice Duruflé à Marie-Claire Alain. Parce qu'il date de 1674, il permet d'apprécier les oeuvres baroques avec les sonorités de l'époque, telles qu'elles ont été composées.

Les allégories du buffet de l'orgue de Notre-Dame du Grand-Andely

Mais au moment où Robert Ingout construit l'orgue de Saint-Sauveur, le buffet de celui de Notre-Dame est déjà en place depuis un siècle. L'année de construction est gravée en plein milieu (en bas à droite de la photo). La date de 1573 est reprise en clin d'oeil à côté, dans le tableau de chiffres de la "Géométrie". Je mets des guillemets, car le titulaire de l'orgue Fabien Desseaux a établi que

les panneaux s’inspirent d’un cycle d’allégories du graveur Etienne Delaune, édité à Paris en 1569. Ces panneaux sont dans un certain désordre et ne correspondent pas systématiquement à l’allégorie qui leur est attribuée.

C'est ballot. Mais il est vrai que chaque allégorie joue d'un instrument, ce qui ne facilite pas son identification. Cette Géométrie serait plutôt l'Arithmétique.
Peu importe. Qu'il s'agisse de la Dialectique, de la Phisique (sic), de la Gramatique ou de l'Astronomie, ces figures d'une grande finesse d'exécution sont plaisantes à regarder. L'artiste a pris prétexte de l'allégorie pour dévoiler des jambes, des seins, pour montrer des nombrils en transparence. C'est un répertoire étonnament profane pour une église, encore bien dans le goût de la Renaissance. Il s'inscrit dans un débat entre jansénistes et jésuites, les premiers prônant de s'en tenir à la Bible, les seconds suggérant que l'Antiquité annonce le Christ.

Chassé !

Sanglier sautant un mur de clôture à Vernon

C'est assez saisissant de voir un sanglier débouler dans votre jardin. Après coup je suis contente de ne pas avoir été dehors à ce moment-là, mais en train de bloguer tranquillement devant la fenêtre. Il est entré par l'allée, comme le livreur d'UPS, et j'ai vu ses défenses, son groin aux narines ouvertes, son poil rèche et cet air bossu qu'ils ont, l'échine courbée vers le sol. Même si l'on n'en croise pas tous les jours, les sangliers sont faciles à reconnaître. Merci Uderzo.

(suite…)

Un automne tout doux

Giverny, massif de pensées et merle

De mémoire de merle, on n'avait jamais vu ça. Tout le clos normand est déjà replanté à Giverny. En un mois, grâce à une météo très douce et sèche, les jardiniers ont fini de dépouiller les massifs des fleurs de l'année 2015. Puis ils ont préparé le sol et mis en terre les bulbes et les bisannuelles pour 2016.

(suite…)

Bidens

Bidens aurea Hannay's Lemon drop

Il reste encore quelques fleurs dans les rues de Giverny, alors même que la nature éteint peu à peu ses couleurs. Dans le très joli petit jardin de la boutique Emilio Robba, entretenu par les jardiniers de la Fondation Monet, ce Bidens lumineux nargue décembre qui vient.

(suite…)

Giverny 365 Photos

Calendrier perpetuel sur chevalet 365 photos de Giverny

J'ai le grand plaisir de vous présenter le calendrier perpétuel "Giverny 365 Photos".
J'espère qu'il vous plaira. J'ai mis tout mon coeur à sélectionner mes plus belles photos des jardins de Claude Monet et de sa maison pour rendre hommage à ce lieu merveilleux.

(suite…)

L’automne des cerisiers

Cerisiers fleurs en automne

L’automne a été si doux que certaines plantes s’embrouillent.
Sur le parking du musée des impressionnismes Giverny, quelques cerisiers-fleurs se croient au printemps.
Les voici qui ouvrent leurs bourgeons sur de jolies petites fleurs roses.
Peut-être qu’ils rêvent d’être en Australie, où la saison marche vers la lumière de l’été…

Retourner à la poussière

Exposition Lionel Sabatté à Vernon

Le musée de Vernon présente jusqu'au 14 février 2016 une exposition d'art contemporain très dérangeante autour de l'oeuvre de Lionel Sabbaté. "Echafaudages d'une caresse", le titre est doux, le thème aussi, puisqu'il s'agit d'animaux. Le jeune artiste réalise des cygnes, des oiseaux, des papillons, des loups… L'expo a tout à fait sa place au musée de Vernon, spécialisé dans l'art animalier.
Alors qu'est-ce qui perturbe, qui fait frémir, qui rend la vue de ces oeuvres insoutenable ?

(suite…)

La face cachée de la maison de Vétheuil

Maison Claude Monet à Vétheuil

Après de longues années de fermeture, la maison que Claude Monet a habitée à Vétheuil s'ouvre à nouveau à l'air et à la lumière. Des particuliers, Claire et Pascal Gardie, viennent d'en faire l'acquisition.

(suite…)

Novembre dans le calendrier DuMont 2015 de Giverny

Novembre dans le calendrier DuMont de Giverny 2015 - Bassin de Monet à Giverny

Des rayons d’or dardés sur l’eau qui dort…
C’est le bassin aux Nymphéas de Monet début novembre, peu avant le coucher du soleil.

Vendredi

Feuille rouge

Une semaine depuis les massacres. On a tous du mal avec les évènements de ces derniers jours. On fait comme on peut. Comment faire entrer cela dans notre vision du monde ? C'est du domaine de l'impensable. Et pourtant, c'est.
Je suis touchée par la gentillesse et la compassion des gens, ailleurs sur la planète. Certains des visiteurs de Giverny m'écrivent d'Australie, des Etats-Unis ou du Pays de Galles pour partager leur émotion et leurs prières.

(suite…)

Place nette

Depuis la fermeture de la Fondation Monet il y a dix jours, les jardiniers de Giverny s'emploient à faire place nette. Il ne reste déjà presque rien des massifs du clos normand. Les annuelles ont été arrachées, les vivaces taillées, et petit à petit toutes les plates-bandes sont bêchées, amendées au biopost, et prêtes à être replantées.

(suite…)

Giverny selon Stephen Shore

The Gardens at Giverny, A View of Monet's World by Stephen Shore, ed. Aperture

The Gardens at Giverny, A View of Monet's World by Stephen Shore, ed. Aperture

L'exposition qui vient de s'achever au musée des impressionnismes Giverny a permis de redécouvrir le travail de Stephen Shore. A la demande du Metropolitan Museum of New York, ce photographe américain était venu faire des photos de Giverny au moment de la restauration du jardin de Claude Monet en septembre 1977 et peu après sa réouverture en 1981 et 82. Cette campagne photographique avait fait l'objet d'un livre, l'un des tous premiers sur le jardin.

(suite…)

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives