Bégonia vivace

Begonia grandis, begonia vivace

Quand on parle de bégonias, l'image qui nous vient est celle de fleurettes estivales et sensibles au froid. On n'a pas tellement l'habitude d'associer au bégonia l'idée d'une grande plante vivace.

Il en existe pourtant qui acceptent de passer l'hiver dehors. C'est ainsi que le bégonia grandis tranche dans la famille. Comme son nom l'indique, il atteint des hauteurs intéressantes, plus d'un mètre de haut à Giverny, et il fleurit très longtemps : de juillet jusqu'aux premières gelées, aux alentours de novembre. La partie aérienne de la plante se flétrit alors, tandis que la vie se retire sous terre.  

Devant la maison de Monet, sous le pommier du Japon, les bégonias grandis créent pendant tout l'été et l'automne une grande masse rose, associés à des balsamines et des fuchsias. Au printemps, en attendant que les bégonias sortent de terre, le massif est garni de tulipes blanches et de giroflées jaunes, bordées de pâquerettes doubles, et piqué ça et là de primevères candélabres. 

700 000 visiteurs chez Monet !

 Visiteurs sur le pont de Monet à GivernyCes huit personnes font partie des 696 556 visiteurs qui ont parcouru les allées des jardins de Monet en 2018. Ce chiffre hallucinant marque un bond en avant par rapport au précédent record, enregistré l'an dernier : 638 000 visiteurs. Rien de tel qu'une météo radieuse pour donner envie d'aller visiter un jardin. Et l'un de ceux qui font le plus rêver, c'est celui de Monet, grâce à l'ambiance hypnotique que ses tableaux ont fait connaître partout dans le monde.

"Qu'est-ce qu'il y a comme étrangers !" remarquent les Français, pas toujours habitués à fréquenter des lieux aussi touristiques. Et c'est vrai, nous sommes en minorité : seulement 46 % des visiteurs viennent de l'Hexagone.

Les visiteurs de proximité sont tout de même nombreux : 27 % des Français viennent du département 27, l'Eure, où se situe Giverny. 85 000 ! Je ne m'attendais pas à un tel chiffre. C'est nettement plus que tous les départements franciliens, situés juste à côté et tellement plus peuplés (20%).

La provenance des 54 % d'étrangers fait faire le tour du monde, de la Finlande à la Corée, de la Nouvelle-Zélande à l'Argentine. Les Etats-Unis fournissent à eux seuls 21 % des visiteurs étrangers de la Fondation Monet, soit davantage que l'Ile-de-France. Je n'aurais pas parié là-dessus non plus.   

Le style Monet

salle-à-manger jaune de Monet à Giverny

Claude Monet aimait la couleur à la folie. Les impressionnistes ont libéré la couleur dans la peinture. Monet l'a employée à profusion dans ses tableaux, mais aussi dans ses autres créations que sont le jardin et la maison de Giverny.  

Auriez-vous envie d'entrer dans une pièce rayonnante de jaune à chaque repas ? Un jaune cadré et mis en scène par le bleu des pièces voisines, par les portes-fenêtres donnant sur le jardin.

Du temps de Monet, ces portes-fenêtres étaient largement ouvertes dès les beaux jours. On avait ainsi l'impression de déjeuner presque en plein air. Les moineaux s'avançaient à l'intérieur pour picorer les miettes, de même que les petites poules japonaises offertes par Clemenceau. 

Du jaune, il y a bien de quoi vous mettre de bonne humeur, surtout si vous avez un solide coup de fourchette comme Monet, et la perspective d'un bon repas. Selon son beau-fils Jean-Pierre Hoschedé, Monet, quand il était de bonne humeur, aimait chanter. 

"Il entonnait le toréador de Carmen ou il s'écriait en chantant A table, à table, à table, mangeons ce pigeonneau qui ne saurait être bon s'il n'était mangé chaud.

Il chantait, il blaguait. Il imitait les voix des crieurs de rue, pour la plus grande joie des enfants. De l'entrain à revendre. Et puis, comme son chauffeur s'appelait Sylvain, une autre chanson lui venait en tête, celle de Juliette Borghèse :

Espoir charmant, Sylvain m'a dit "Je t'aime"
Et depuis lors tout me semble plus haut
Nos prés fleuris, nos bois et le ciel même
Semblent parés d'un éclat tout nouveau

Un peu plus loin dans la chanson, des paroles devaient résonner étrangement aux oreilles de  Monet et sa famille : 

J'entends déjà le commérage
Qui se fera dans le village
Et les cancans, les mots méchants
Qui vont courir à nos dépends.

Probable que Monet devait s'arrêter aux premiers couplets. 

Le vert de Monet

Le vert de Monet

 La couleur verte utilisée par la Fondation Monet pour les boiseries se dérobe à la photo. Elle pâlit et bleuit quand il y a du soleil, jaunit le soir, devient grisâtre tôt le matin. Sur cette photo-ci elle est assez proche de ce que l'oeil en perçoit, peut-être un poil plus chaude.  

Ce vert intrigue les visiteurs. Ils ont en mémoire les douces harmonies des tableaux de Monet et peinent à croire qu'il ait souhaité une couleur aussi crue pour sa maison et son jardin. C'est oublier que Monet aime aussi les contrastes, les tons francs, comme dans Terrasse à Sainte-Adresse, par exemple. 

Mais le pont ne paraît-il pas plus clair et bleuté sur les toiles de Monet ? C'est un fait.

Lors de la restauration des jardins, Gérald van der Kemp, le conservateur, a d'abord opté pour un ton inspiré par les tableaux où l'on voit le pont ou les volets de la maison. C'était plus un bleu-vert qu'un vert bleuté, tel qu'on peut l'observer sur les photos des années 1970 prises pendant les travaux de restauration et publiées dans la première brochure de  la Fondation Monet ou dans le livre de Stephen Shore. 

Le vert de Monet

Le Pont Japonais, Une visite à Giverny par Gérald van der Kemp, p 14  

Et puis un jour van der Kemp s'est dit que ça ne le faisait pas. Il a tout fait repeindre en vert franc. La raison de ce revirement se trouve dans le livre de souvenirs du beau-fils de Claude Monet, Jean-Pierre Hoschedé :

"Les volets qui étaient gris furent peints en vert, ainsi que l'extérieur des portes, y compris celle de la rue et bien entendu aussi, dès qu'il fut construit, le balcon qui court d'un bout à l'autre de la façade de la maison. (...) Ce vert franc et frais, éclatant même, s'appelle à Giverny "le vert Monet".   

Il est dommage que Jean-Pierre Hoschedé ne donne pas d'indication de date pour l'emploi de ce vert, mais on peut le comprendre. Quand on vit à un endroit, il est difficile de se souvenir précisément des dates où se produisent des changements. Les visiteurs ponctuels sont plus à même de donner une vision instantanée des lieux. Maurice Guillemot note ainsi en 1898 que

"les volets sont verts, mais d'un vert pâle, bleuté".   

Cela laisse à penser que Monet a d'abord employé le vert-bleuté pâle des ponts japonais peints en 1899, puis, quand il a fait repeindre quelques années plus tard, il a changé pour un vert plus franc.  Monet a pris le temps de la réflexion avant de choisir la couleur de son pont. Sur les tout premiers tableaux et les photos du pont à peine construit, il est encore en bois blanc.  

Pluie d’or et vagues de fleurs

Pluie d'or et vagues de fleurs

 Les petites feuilles dorées du gleditsia, les étoiles rouges des liquidambars, le vert des nénufars et le bleu du ciel : sur l'étang de Monet, l'automne fait de la peinture avec des couleurs franches.

Chaque année j'attends ce spectacle avec impatience. Mais si votre truc, c'est plutôt les nymphéas, il y en a encore une bonne vingtaine d'ouverts l'après-midi.

Le jardin de fleurs est plus que somptueux, magique.

Pluie d'or et vagues de fleurs

Tous les contemporains de Monet ont été frappés par la hauteur des fleurs cultivées à Giverny. En 1918, René Gimpel est ébloui :

 “Il faudrait un Maeterlinck pour décrire un tel jardin qui ne ressemble à aucun autre, d’abord parce qu’il est composé de fleurs très simples, puis, qu’elles s’élèvent toutes à des hauteurs inouïes. Je crois qu’aucune ne fleurit au-dessous d’un mètre…
… Certaines fleurs dont les unes sont blanches, les autres jaunes, ressemblent à de colossales marguerites et montent jusqu’à deux mètres. Ce n’est pas un champ mais une forêt vierge de fleurs… »     

Scaevola

Scaevola

Si vous deviez nommer cette fleurette, comment l'appelleriez-vous ?

La scaveola a la curieuse idée d'aligner ses pétales en demi corolles, à la façon d'un éventail, ce qui lui vaut le nom plus facile à retenir de fleur éventail.

Je l'ai remarquée pour la première fois cette année dans les jardins de Monet, par petites touches, en particulier dans les potées, tandis qu'on pouvait l'admirer depuis longtemps en masse au musée des impressionnismes.

Elle existe en mauve, rose et blanc. Mignonne, n'est-ce pas ?

La botanique selon Rousseau

lis dans le jardin d'eau de Claude Monet

L'oeuvre de Rousseau est si riche que sa contribution à l'étude des plantes passerait facilement inaperçue. Mais voilà ses Lettres sur la botanique rééditées à 2 euros en Folio. C'est l'occasion de réviser les bases de l'observation des fleurs en bénéficiant des lumières du grand philosophe.

Rousseau s'adresse à Madame Delessert. Elle a 24 ans, il est dans sa soixantième année. Marie-Catherine est la maman d'une petite Madelon à qui elle souhaite apprendre à connaître les fleurs. Dans sa première lettre, Rousseau, ravi de jouer les précepteurs, décrit le Lys, modèle des Liliacées.

Avant qu'il s'ouvre vous voyez à l'extrémité de la tige un bouton oblong verdâtre qui blanchit à mesure qu'il est prêt à s'épanouir ; et quand il est tout à fait ouvert, vous voyez son enveloppe blanche prendre la forme d'un vase divisé en plusieurs segments. Cette partie enveloppante et colorée qui est blanche dans le Lys s'appelle la corolle et non pas la fleur comme chez le vulgaire ; parce que la fleur est composée de plusieurs parties dont la corolle est seulement la principale.

La corolle du Lys n'est pas d'une seule pièce comme il est facile à voir. Quand elle se fane et tombe, elle tombe en six pièces bien séparées qui s'appellent des pétales. Ainsi la corolle du Lys est composée de six pétales.Toute corolle de fleur qui est ainsi de plusieurs pièces s'appelle corolle polypétale. Si la corolle n'était que d'une seule pièce, comme par exemple dans le Liseron appelé Clochette des champs, elle s'appellerait monopétale.

Après avoir décrit avec la même précision le pistil, le germe, le style, le stigmate, les étamines, le pollen et le péricarpe, Rousseau explique :

Les parties que je viens de vous nommer se trouvent également dans les fleurs de la plupart des autres plantes, mais à divers degrés de proportion, de situation ou de nombre. C'est par l'analogie de ces parties et par leurs diverses combinaisons que se marquent les diverses familles du règne végétal. Et ces analogies des parties des fleurs se lient avec d'autres analogies de parties de la plante qui semblent n'avoir aucun rapport à celles-là. Par exemple, ce nombre de six étamines, quelquefois seulement trois, de six pétales ou divisions de la corolle et cette forme triangulaire à trois loges du péricarpe détermine toute la famille des Liliacées ; et dans toute cette même famille qui est très nombreuse, les racines sont toutes des oignons ou bulbes plus ou moins marquées, et variées quant à leur figure et leur composition.   

Selon Rousseau, on peut reconnaître une Liliacée à ces caractéristiques supplémentaires :

Le calice qui accompagne presque toutes les autres fleurs manque à toutes les véritables Liliacées, comme la Tulipe, la Jacinthe, le Narcisse, la Tubéreuse, etc., et même l'Oignon, le Poireau, l'Ail, qui sont aussi de véritables Liliacées, quoiqu'elles paraissent for différentes au premier coup d'oeil. Vous verrez encore que dans toute cette même famille les tiges sont simples et peu rameuses, les feuilles entières et jamais découpées. 

Fleurettes violettes

Fleurettes violettes

 En été, les massifs de Giverny scintillent de milliers de petites fleurs plantées au pied des grandes. Les visiteurs des jardins de Monet admirent les énormes dahlias, les gigantesques tournesols. S'ils pensent à baisser les yeux, surprise ! un monde tout en finesse se dévoile.    

Des fleurettes d'une même gamme de couleur tapissent le sol. Plantées serrées et très mélangées, elles chatoient comme autant de touches de couleur.

Le tableau floral de ce coin de massif mêle le rose nervuré de mini zinnias au coeur d'or, les touffes moussues des agératums, les étoiles délicates des laurentias, les pompons vibrants des gomphrénas, les minuscules touches de bleu des browallias, les couronnes des petites verveines. Des statices et des sauges bicolores accentuent l'impression de touches de peinture.  Des pétunias, qui paraissent gros à côté de ces fleurettes minuscules, soulignent la petitesse de leurs voisines. 

Avez-vous déjà vu cette façon de planter ailleurs qu'à Giverny ?

Le dernier Monet et l’abstraction américaine

Le dernier Monet et l'abstraction américaine

 Il ne reste plus que quatre jours pour voir la passionnante exposition du musée de l'Orangerie à Paris, Nymphéas L'abstraction américaine et le dernier Monet.

A la fin de sa vie, Monet a la vue déformée par la cataracte. Ses tableaux de cette dernière période sont mis en parallèle avec des oeuvres d'artistes américains tels que Jackson Pollock, Mark Rothko, Barnett Newman, Clyfford Still, Helen Frankenthaler, Morris Louis, Philip Guston, Joan Mitchell, Mark Tobey, Sam Francis, Jean-Paul Riopelle et Ellsworth Kelly.  Le majestueux cycle des Grandes Décorations qui se trouve dans le même musée est évoqué lui aussi comme source d'inspiration de ces artistes abstraits.  

L'idée n'est pas nouvelle puisque le Museum of Modern Art de New York l'a mise en avant dans les années cinquante. Elle n'est pas non plus sortie d'un chapeau, puisque toute cette génération d'artistes reconnaît et même revendique l'influence décisive du Monet tardif sur leur art. Le dialogue entre le patriarche de Giverny et cette génération qui brise les codes n'en est pas moins fascinant.

L'accrochage met en lumière les multiples aspects de cette influence. Ainsi, Monet serait à l'origine de l'idée de all-over (toute la toile est recouverte d'éléments plus ou moins uniformes). 

Sur le plan de la touche et de la couleur, la parenté est encore plus frappante. Sur la photo ci-dessus, un pont japonais de Monet est encadré par une oeuvre de Jean-Paul Riopelle à gauche et de Joan Mitchell à droite. On les dirait habitées de la même énergie.   

Regarder les fleurs s’ouvrir

Capitule d'hydrangea
On pourrait, si l'on en avait la patience, prendre le temps d'observer les fleurs en vrai, dans les jardins. Pour une raison obscure, pourtant, nous ne leur accordons qu'un regard rapide.

En visite à Giverny, nous sommes occupés par mille pensées : "Quelle belle fleur comment s'appelle-t-elle il faut que je la prenne en photo elle est trop belle où sont passés les autres qu'est-ce qu'il fait chaud aujourd'hui quel monde c'est marrant son T-shirt"... Pour voir vraiment les fleurs il faut s'apaiser, se fondre dans leur rythme à elles. C'est plus spontané devant une photo.

Notre oeil aime les couleurs et les formes, elles sont son aliment. Devant une photo de fleurs il se délecte. Il se promène longuement, il enregistre enfin les détails.

Prenez cet hydrangéa par exemple, qui s'épanouit près du bassin aux Nymphéas de Claude Monet. Dans le jardin, j'avais été séduite par le contraste de son rose sur le feuillage vert, la grâce de ses fleurs périphériques, la légèreté de ses fleurs fertiles. Mais c'est en m'attardant sur la photo que j'ai remarqué ce petit point au milieu des pétales, comme un bouton dans un canapé Chesterfield. 

Encore quelques secondes et j'ai vu que certains étaient fermés et d'autres ouverts. Et puis j'ai remarqué que les fleurs du centre étaient identiques, parfois fermées, parfois largement ouvertes pour faire jaillir leurs étamines à la façon de pin-ups bombant le torse. 

A observer les différents stades de développement des fleurs, le passage du  temps devient tangible. On  sent un mouvement, pas assez rapide pour qu'on le perçoive à l'oeil nu, mais suffisamment pour que l'aspect de la fleur ait changé la prochaine fois qu'on s'arrêtera devant elle, ce soir, demain, la semaine prochaine.

Avec l'été, le temps s'allonge et s'étire comme un chat. Profitons-en ! Je vous souhaite de belles flâneries dans les jardins, à regarder les fleurs s'ouvrir.   

Des berges au point

Berge du bassin de Monet, Giverny

Du temps de Claude Monet, les berges de son bassin aux nymphéas étaient ornées de différents iris, de papyrus et autres plantes aquatiques. En haut, près du chemin, le peintre faisait pousser des pivoines arbustives, des rosiers, des hémérocalles ou des agapanthes.  

Les jardiniers d'aujourd'hui ont densifié les plantations des berges, avec l'idée d'embellir le bassin, d'empêcher qu'on tombe dans l'eau et peut-être aussi de masquer un peu les visiteurs. Les plantations d'été déclinent les tons de rose, de rouge et de blanc, qui vont si bien avec le vert des feuillages. 

Les hydrangeas sont en pleine floraison. Dans ce coin du jardin d'eau, ils tiennent compagnie à des phlox roses et fuchsia, dont le parfum diffuse parfois à plusieurs mètres. "Des phlox ! c'est donc ça ! " s'exclame une visiteuse ravie. "Je les connais par le Scrabble, mais je ne savais pas à quoi ils ressemblaient !"
Je n'avais jamais considéré les phlox sous leur potentiel scrabblique, mais maintenant qu'elle en parle, il est clair que c'est un mot qui vaut de l'or : 19 points en seulement cinq lettres, et plutôt facile à caser pour tenter le mot compte double, voire triple. 

Madame est une championne. Nous oublions les fleurs et discutons de son jeu favori - un jeu de points et non un jeu de lettres, dit-elle. Si vous avez l'intention de mettre à profit votre science botanique pour enfler votre score, attention quand même : bien peu de fleurs ont l'honneur des pages du petit Robert.

Si vous êtes embarassé d'un h, vous pouvez tenter hosta, ces feuilles bordées de blanc qui poussent au ras de l'eau et dressent en ce moment leurs longues hampes de fleurs bleu pâle. Mais je ne suis pas sûre qu'hydrangea (22 points) soit valide : Larousse propose à la place hortensia, son nom commun en français. 

Vernon en bleu blanc rouge

Vernon faisait la fête dimanche soir après la victoire des Bleus au mondial. D'habitude je fais plutôt des photos, mais là, le son, c'était quelque chose, donc voici une petite vidéo prise entre la mairie et l'église.

Le papillon flambé

Le papillon flambé

En ce moment le jardin de Monet est plein de petites piérides telles que vous en voyez une à droite sur la photo. Les lavandes en pleine floraison attirent également le flambé, beaucoup plus imposant : 8 cm d'envergure contre 6. 

Le guide Larousse affirme qu'il est répandu et généralement commun, mais Giverny est au nord de son domaine, il est rare d'en voir par ici. Ce que j'aime dans ce guide, c'est la justesse du propos. "Le flambé butine les fleurs, surtout de lavande, et à ce moment il est suffisamment occupé pour qu'on puisse l'approcher."   

Emmanuel et Brigitte Macron à Giverny

 Après avoir annoncé sa venue, puis l'avoir annulée, Emmanuel Macron est finalement venu à Giverny ce midi, accompagné de son épouse. La rue du village était surveillée par un certain nombre de messieurs à oreillettes, mais en l'absence du Premier ministre japonais, les deux musées étaient ouverts normalement, et le couple présidentiel a découvert tranquillement la belle expo du musée des impressionnismes sur l'influence du japonisme au 19e siècle. 

Emmanuel et Brigitte se sont ensuite rendus à la Fondation Monet. Leur dernière visite remontait à 25 ans selon leurs dires, Emmanuel devait donc avoir 15 ans. Ils ont parcouru la maison, le jardin de fleurs et le jardin d'eau, avant d'aller déjeuner au restaurant givernois le Jardin des Plumes.    

Tout compte fait c'est beaucoup plus cool de recevoir le président de la République qu'un chef d'Etat étranger. Giverny était toutefois moins fréquenté qu'à l'ordinaire, un certain nombre de groupes ayant déplacé leur visite. 

Giverny ouvert ce vendredi 13 juillet

Le président de la République avait annoncé sa venue à Giverny vendredi. Mais finalement il ne vient pas, le village vivra donc un vendredi normal cette semaine, avec tous les musées ouverts !

Le samedi 14 juillet sera un peu compliqué : le Tour de France passe à Vernon. Les cyclistes vont traverser le centre ville et emprunter le pont sur la Seine pour filer vers Les Andelys. Beaucoup de rues seront fermées dès 8h du matin. Les cyclistes sont attendus vers 12h45, la caravane deux heures avant. Le pont devrait être rendu à la circulation vers 14h.

Pour les personnes qui viendraient visiter Giverny en train, une seule navette partira de la rue du Parc et fera le détour par le pont suivant, à Bonnières. 

Pélargoniums roses et rouges

Géraniums roses et rouges devant la maison de Monet à Giverny

Devant la maison de Claude Monet, les massifs de pélargoniums font un tapis de couleurs éclatantes. L'effet est signé Monet : il associait les géraniums rouges et roses, une photo couleur l'atteste. 

(suite…)

Lambert Wilson lit Monet

 Cette petite pépite ne dure hélas qu'un minute quinze :  Lambert Wilson lit une lettre de Monet, ou plutôt il la joue. C'est fascinant de voir ce grand acteur s'emparer de ce texte écrit par le peintre. Il est Monet, dans toute sa réflexion, son assurance et son doute quant à sa peinture. 

Comme j'aurais aimé assister à la totalité de cette lecture ! Elle s'est tenue en 2017 en Suisse, à la Fondation Beyeler, près de Bâle, à l'occasion d'une exposition Monet qui célébrait les vingt ans du musée. 

(suite…)

Les vivaces de l’été

Vivaces d'été à Giverny

 A Giverny comme ailleurs, quand on interroge un jardinier sur une fleur, la première chose qu'il vous dit, c'est  si vous avez affaire à une vivace ou à une annuelle. Si vous ne jardinez pas, ce n'est pas forcément ce que vous auriez envie de savoir,

(suite…)

Lucie Cousturier

Exposition Lucie Cousturier Vernon

Mettre en valeur les femmes artistes, c'est la mission que s'est donné, avec succès, le musée de Vernon. Cet été c'est une peintre injustement tombée dans l'oubli qui est à l'honneur : Lucie Cousturier.

Quelques grands musées ont prêté des toiles : Orsay, l'Annonciade à Saint-Tropez, le musée de Grenoble. Lucie Cousturier est même présente aux Etats-Unis au musée d'Indianapolis, mais la plupart de ses oeuvres sont en collections privées. Autant dire que c'est un jeu de piste de les localiser.

Etre caché des yeux du public, cela n'aide pas à la célébrité.

(suite…)

Le joli mois de juin

Juin à Giverny

 Un vert anis aussi rafraîchissant qu'un pastis, c'est celui de l'alchémille mollis, plantée abondamment à Giverny en guise de bordure. 

Juin est un mois gracieux dans les jardins de Claude Monet. Le printemps touche à sa fin, et pendant que les roses dégringolent de leurs supports les massifs rivalisent de fraîcheur. Coquelicots rouges, pavots roses et eremurus orange et jaunes donnent de l'éclat à des parterres où les fleurs d'été se préparent. Les lis d'un jour déploient leurs corolles charnues.

Un cocktail parfumé répond à celui des couleurs. En ce moment cela sent le chèvrefeuille, les roses et les lis.  

Les arceaux aux roses

Giverny la grande allée au temps des roses

 Les rosiers grimpants recouvrent les arceaux de la grande allée de Giverny. Ils sont en pleine floraison début juin. Vous aimez ? 

Giverny au point de croix

Giverny au point de croix

La maison de Monet en broderie, j'ai hâte de voir cela. Le château de Bizy va accueillir une exposition de point de croix la semaine prochaine, du 14 au 19 juin.

Le thème choisi par les brodeuses vernonnaises de l'association 2001 croix est on ne peut plus local, puisqu'elles ont relevé le défi de représenter les monuments de Giverny et Vernon. Il a fallu créer les grilles d'après des images, puis les broder. Le résultat promet d'être inédit et ravissant.

Si vous passez par là, n'hésitez pas, c'est l'occasion de revoir aussi le beau parc du château !     

Giverny au temps des iris

Giverny au temps des iris

 Les jardiniers de Giverny ont beaucoup travaillé sur les iris l'an dernier. Les visiteurs en bénéficient cette année avec une floraison spectaculaire, éclatante, qui donne à voir quantité d'iris extraordinaires, noirs, orange, à petits points et j'en passe.

La rangée d'iris réticulés blancs qui danse le long d'un très long massif de haut en bas du jardin me paraît une nouveauté.

Et les roses, les roses ! Elles commencent tout juste et déjà elles embaument, en compétition avec les pivoines. Côté couleurs, ce sont les juliennes qui donnent le ton avec leurs gros bouquets mauves. 

Cabane normande

Cabane de jardin en colombages

 Cette petite merveille se trouve dans le parc du château d'Acquigny, près d'Evreux : une cabane en colombages construite comme une maison normande,

(suite…)

Giverny au crépuscule

Coucher de soleil sur le jardin de fleurs de Monet à Giverny

 A l'occasion de la Nuit des Musées, le jardin de Monet était ouvert jusqu'au coucher du soleil hier soir, à plus de 21h. La lumière du crépuscule, très douce, apporte une ambiance très particulière au jardin.  

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Commentaires récents

Catégories

Archives