Home » Les jardins de Monet » Jardinier à Giverny

Jardinier à Giverny

vivace d'été, la salicaireEn me promenant dans les jardins de Monet à Giverny, je me suis arrêtée longuement devant la grande allée pour détailler les plantations. Sur la droite, les masses de couleur les plus importantes étaient données par une fleur que je ne connaissais pas. J’étais embêtée : comment faire pour en parler dans mon billet bi-hebdomadaire sur l’évolution de la grande allée ? J’ai attendu un peu, espérant rencontrer quelqu’un féru de botanique, mais les visiteurs présents ne pensaient qu’à se prendre en photo devant la perspective fleurie.
Je commençais le tour du bassin aux nymphéas quand un monsieur qui marchait devant moi a soudain enjambé la frêle barrière de bambou qui sépare les allées des massifs. J’étais stupéfaite d’un tel culot, jusqu’à ce que le monsieur se mette à parler à un jardinier occupé à l’entretien d’une plate-bande en lui donnant des ordres.
L’occasion était trop belle de demander des éclaircissements sur la fleur mystère au chef jardinier. Je lui décris la plante, son emplacement, et c’est à son tour d’être embêté : « Désolé, je ne vois pas de quelle fleur vous parlez : nous avons chacun notre secteur, je m’occupe du jardin d’eau. » Je remerciais déjà, un peu déçue, quand il a ajouté : » Je dois y passer, si je vous retrouve en revenant je vous dirai ce que c’est. »
Quelques minutes plus tard, qui vois-je arriver à ma rencontre, tournant autour du bassin dans le sens inverse de la visite ? Notre chef jardinier, qui me donne la clé de l’énigme de la fleur mystérieuse : il s’agit d’une vivace, la salicaire.
Je suis confondue de tant d’obligeance. Quelle passion anime cette poignée d’hommes qui réalisent jour après jour l’exploit de faire de ce lieu un jardin extraordinaire !
Leur passion se lit dans les massifs, composés avec une infinie recherche, puis entretenus avec sollicitude. Les jardiniers de Giverny sont des virtuoses à qui on a confié un Stradivarius : le domaine créé par Monet. Sur cet instrument enchanté, ils jouent d’infinies variations, avec la contrainte de garder un jardin merveilleusement fleuri tout au long des sept mois d’ouverture.
Non contents de réussir quotidiennement ce tour de force, ils restent sensibles à l’intérêt et à l’admiration des visiteurs. Je ne dis pas qu’il faut les accabler de questions et les empêcher de travailler. Mais que les jardiniers soient aimables, c’est aussi l’un des charmes de Giverny.


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives