Home » Tableau de Monet » Les Nymphéas de l’Orangerie

Les Nymphéas de l’Orangerie

Les Grandes Décorations de Monet, Musée de l'Orangerie
Plus grand, toujours plus grand : parvenu à la maturité de son art, à l’heure ou d’autres prennent leur retraite, Monet ose une oeuvre démesurée. Le projet n’est pas né de la veille. Dès 1897, à 57 ans, il envisage de créer une décoration de salon sur le thème des Nymphéas. Le critique Roger Marx rapporte ainsi ce que lui aurait dit Monet :

« Un moment, la tentation m’est venue d’employer à la décoration d’un salon ce thème des nymphéas : transporté le long des murs, enveloppant toutes les parois de son unité, il aurait procuré l’illusion d’un tout sans fin, d’une onde sans horizon et sans rivage ; les nerfs surmenés par le travail se seraient détendus là, selon l’exemple reposant de ces eaux stagnantes, et, à qui l’eût habitée, cette pièce aurait offert l’asile d’une méditation paisible au centre d’un aquarium fleuri. »

On voit que le stress préoccupait déjà beaucoup les contemporains de Monet ! Le projet reste en suspens quelques années encore. C’est surtout pendant la guerre de 1914-1918 que Monet, septuagénaire, se lance dans la création de ses grands panneaux.
Les Grandes Décorations installées depuis 1926 au musée de l’Orangerie s’étendent sur 91 mètres de long, par deux mètres de haut. Sachant qu’on a relevé 15 000 coups de pinceaux dans un tableau de pont japonais d’un mètre de côté, calculez l’acharnement nécessaire à parvenir au bout de cette oeuvre testamentaire…
« C’est au-delà de mes forces de vieillard », se plaint Monet. Et pourtant il peint, debout, dans l’atelier géant qu’il a fait construire tout exprès à Giverny. Il ne sait pas encore ce que vont devenir ses toiles : son ami Georges Clemenceau, président du Conseil, va le convaincre en 1918 d’en faire don à l’Etat.
Il peint, mais il y voit de moins en moins. Presque aveugle, la vision des couleurs affectée par la cataracte, il peint toujours, au risque de gâcher irrémédiablement des années d’effort. Ce n’est qu’en 1923 qu’il finit par se laisser convaincre par Clemenceau et subit une opération de l’oeil. Il met près d’un an à retrouver une vue satisfaisante.
Devant les panneaux qui s’étendent tout autour des deux salles ovales du musée de l’Orangerie, l’énigme de leur création par un vieil homme à la vision diminuée ne trouve pas de réponse. Mais si le visiteur se laisse hypnotiser par leur profondeur secrète, happer par la dissolution des formes, enchanter par cet hymne à la beauté du monde, il peut y approcher l’expérience voulue par Monet de ne faire qu’un avec un tout sans fin.


4 commentaires

  1. venezia1974 dit :

    très interressant cet article sur le successeur de William Turner

  2. Blague dit :

    Trêve de blagues 😉 Merci pour ce partage que va m’être très utile et bonne continuation pour cette nouvelle année ! A bientôt sur votre site 🙂

  3. jazzloup dit :

    Un billet bien émouvant. Et, lu après la journée de boulot, déstressant, au plus près du bonhomme Monet (pourtant hyper anxieux professionnel, lui !) Et décidément, je reviens à ce que je vous avais dit dans un commentaire précédent : pourquoi ne pas écrire un bouquin sur Monet ? Pourquoi ne pas rassembler tous ces billets, pointus, sentis… et en faire un livre, qui figurerait, sur les rayons de ma bibliothèque, aux côtés de ceux de Daniel, Marianne, Michel, enfin de ceux qu’on relit sans fin ? Oui… oui, le jardin… Mais celui qui l’a créé, vous en "causez" pas mal aussi.

  4. Ariane dit :

    C’est vraiment gentil à vous, mais… on verra plus tard pour un ouvrage sur Monet ! Pour l’instant je termine un livre sur Vernon, à paraître le mois prochain si tout va bien.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives