Home » La pluie et le beau temps » Le vin du val de Seine

Le vin du val de Seine

Pressoir et tonneauxJe le dis pour ceux qui n’habitent pas la moitié nord de la France : il fait si chaud en Normandie en ce moment qu’on se croirait en été. Les petits matins sont frais, certes, pas plus de 3 ou 4 degrés au réveil, mais le soleil ne tarde pas à réchauffer l’atmosphère et l’après-midi, on cherche l’ombre, on se promène avec sa bouteille d’eau et même on prend des coups de soleil.
Chez Monet, cela fait presque drôle de voir les fleurs de la fraîcheur printanière s’épanouir sous ces chaleurs. Elles ont l’air de s’excuser d’être des tulipes plutôt que des dahlias, elles fleurissent à toute vitesse, comme pressées de laisser la place aux autres.
Il fait un temps éblouissant, le soleil brille de tous ses feux sur des floraisons qu’on a admirées plus d’une fois en grelottant sous des parapluies. Et c’est comme ça depuis l’ouverture le 1er avril. Trois semaines de temps radieux ! Voilà qui augurerait d’un bon millésime pour le vin de Giverny !
C’est à peine une plaisanterie. Il fut un temps où l’on cultivait de la vigne en Normandie, dans toute la vallée de la Seine.
Dans la région de Vernon et de Giverny, on l’appelait le cailloutin, allusion aux pentes des collines calcaires bourrées de cailloux où poussait la vigne.
Attention ! Je n’ai pas dit que le vin était fameux. Pourquoi s’obstiner à produire du vin quand on a toute les chances, sauf année exceptionnelle, qu’il devienne une piquette ? Probablement parce que c’était culturel depuis les Romains, d’une part, et qu’on avait besoin de vin pour dire la messe, d’autre part.
Jusqu’au début du 20ème siècle, on a donc vu les collines de Vernon, de Giverny et de Saint-Marcel couvertes de ceps. Toutes les vignes ont disparu depuis – après la crise du phylloxéra à la fin du 19ème siècle, on a été découragé d’en replanter – mais il en reste des traces : à la mairie de Vernon, une fresque au plafond de la salle des mariages évoque la viticulture ; dans le quartier de Bizy, on trouve une rue des Vignes, à Giverny, une rue du Pressoir.
D’accord, c’était peut-être un pressoir à pommes. Parce qu’on faisait aussi du cidre dans la région, et lui, il est si bon qu’on continue à en faire, et il récolte des médailles au Salon de l’Agriculture !
Je pensais à ces productions alcoolisées locales en découvrant la nouvelle décoration que la ville de Saint-Marcel a choisie pour ses ronds-points. Broyeur, pressoir et tonnelet, tout cela vous a un petit côté automnal et festif plutôt sympa bien qu’un peu décalé en cette saison… même exceptionnellement douce.


2 commentaires

  1. Michel ORIVEL dit :

    Pour compléter votre information, voici quelques détails supplémentaires:

    – on trouve des noms de rues attachées à l’activité viticole dans d’autres communes du Val de Seine (Saint-Pierre-d’Autils, Villez-sous-Bailleul)
    – je connais un agriculteur retraité de Saint-Pierre-de-Bailleul, qui m’a dit, qu’adolescent, juste avant la deuxième guerre mondiale, il faisait les vendanges. L’activité a donc perduré bien au-delà de la crise du début du vingtième siècle.
    – il reste quelques vignerons du côté de Gaillon;
    – dans un dictionnaire du XIXéme siècle, j’ai trouvé à Saint-Pierre-la-Garenne: "… activités agricoles: céréales, vin"
    Je pense qu’autant que le philloxéra et le climat, c’est le transport des vins du Sud de la France qui a tué cette activité au nord de la Loire.

    Je recherche toute information sur le cailloutin et l’activité viti/vinicole du Val de seine, car je souhaiterais écrire une nouvelle sur le sujet.

    Cordialement,

    Michel ORIVEL, artisan écrivain
    michelorivel.zeblog.com
    http://www.gitedebailly.com

  2. ALAIN dit :

    Bonjour,

    je possède une petite parcelle sur les coteaux de st pierre et suis à la recherche des vignes pour
    refaire le cailloutin à l’endroit où le faisait mon grand oncle.

    merci pour vos réponses

    am

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives