Home » A propos de l'auteur » Regagner ses pénates

Regagner ses pénates

fenetreJe suis rentrée au bercail. J’ai regagné mes pénates.
Il y a des mots qu’on n’a pas souvent l’occasion de placer dans la conversation. Dans quelle autre circonstance parler de bercail ou de pénates ? Voilà des noms vieillis qui survivent momifiés dans des expressions immuables, ces façons de parler qui sont le sel de la langue, qui élargissent et imagent le lexique, qui nous offrent des ressources prêtes à l’emploi pour exprimer ici une action bien courante et banale, celle de rentrer chez soi.
Retourner au bercail, la métaphore est mignonne qui fait de nous des brebis rejoignant leur bergerie. Cela sent bon la ruralité d’une France toute vouée naguère à l’élevage et à l’agriculture.
Pour les pénates, la référence est plus lointaine dans le passé. L’expression apparaît au 17ème siècle en pleine vogue de l’antiquité romaine. On se souvient alors que les pénates étaient des dieux domestiques protecteurs du foyer chez les anciens Romains. Par extension, le mot s’est appliqué ensuite au domicile.
Le Robert qualifie les deux expressions de plaisantes. Je ne sais pas si cela vous arrache un quart de sourire intérieur, leur humour d’origine s’est bien émoussé au cours des siècles.
S’il en reste quelque chose dans l’idée de retrouver ses pénates, cela tiendrait plutôt à des assonances dues au hasard. Derrière le mot du langage soutenu pénates s’en profilent deux autres qui font curieusement sens, peinard et savates. Ils résument jusque dans le relâchement du niveau de langue l’idée de détente qu’on associe au fait de rentrer à la maison.
A l’extérieur, nous étions dans un rôle social, nous contrôlions notre langage, nos actions. Nous portions des chaussures adaptées au travail ou à la marche. Après tant de contraintes, de tension, nous voilà heureux de nous laisser aller à l’abri des regards dans un environnement familier, de nous défaire des souliers qui serrent pour enfiler nos chaussons imprésentables mais si confortables.
Peinards, en savates.


5 commentaires

  1. MAP dit :

    Très intéressante analyse de mots : bercail et pénate et si on les mélangeait pour voir ! Cela donnerait : bercates et pénail ! Hi,hi,hi !
    En tout cas nous sommes contents de vous retrouver sur Giverny news !

  2. Jérôme dit :

    J’ai pris beaucoup de plaisir à lire votre petite leçon de sémantique. Merci.

  3. gilles dit :

    pénates,
    bercail,
    peinard en savates,
    peigne tes nattes,
    dit le mainate
    à la petite caille
    qui sourit sans hâte,
    de son bel émail
    ………………..

  4. Giz dit :

    Intéressant votre analyse. pénates nom que j’employais de temps à autres sachant que je retournais chez moi, mais jamais chercher la vraie définition

  5. Ariane dit :

    Giz, j’espère que votre absence de chez vous est le fait des vacances et qu’elle a été agréable. Bon retour dans vos pénates !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Commentaires récents

Catégories

Archives