Home » Eglise de Giverny » Restauration de l’église de Giverny

Restauration de l’église de Giverny

Restauration de l'église de GivernyC’est un géant de la peinture : un immense portrait en pied de Claude Monet orne la façade de l’église de Giverny.
Il a pour but de cacher les échafaudages qui vont rester en place un certain temps. Une restauration importante de l’édifice est en cours.
La première étape concerne la charpente et la couverture du clocher, qui subissait des infiltrations. Parti du sommet, le chantier va se poursuivre graduellement vers le bas avec la restauration des murs, et s’achèvera par l’intérieur d’ici deux ans.
Il s’agit d’effacer les outrages du temps, selon l’expression consacrée – la partie la plus ancienne approche des mille ans d’âge – on espère aussi mettre à jour des fresques révélées par sondages. Suspense !
Les travaux vont redonner tout son éclat à la petite église de campagne chère à Monet.
Le peintre entretenait de bonnes relations avec l’abbé Toussaint, ferré en botanique.
Toutes les cérémonies familiales ont eu lieu ici.
C’est là que Claude Monet est enterré, dans le grand caveau familial qui se trouve côté chevet, en compagnie des autres membres de la famille.


3 commentaires

  1. vv22 dit :

    Allez, j’y vais de mon petit commentaire: on peut ferrer l’alice (qui est un petit poisson italien, que nous traduirions en nos eaux normandes par anchois), on peut ferrer son âne bâté ou sa monture qu’elle fut de lunettes même. Une voie ferrée peut n’être qu’empierrée mais familièrement employer l’adjectif "ferré" quand le premier quidam s’attend à lire "féru", dame! voilà qui cloue le bec au pilori de qui croyait être féru sur les mots "ferré", "ferrer" & "ferret". Vous savez aussi la science de nouer les aiguillettes et délacer ces noeuds à ferrets à moins que vous ne vous affairiez à cacher quelque joyau de la couronne, ces fameux ferrets qui ne recélaient quelconque ferrure, je ne sais plus. J’irais relire l’épisode des rois mousquetaires pour me mettre au fait de la Question. Bravissimo.

  2. Ariane dit :

    Pour moi féru de, c’est qu’on aime ça, ferré en, c’est qu’on est calé sur la question. Il faut forcément être féru pour devenir ferré. Dites-moi si je me trompe ! Les ferrets, je n’ai jamais pu me représenter ce que c’est comme bijou, un vrai handicap pour apprécier Dumas. Bonne lecture !

  3. vv22 dit :

    Il me va falloir me mettre sous votre férule pour la lettre car effectivement, si le verbe "férir" exprime la passion (vérification faite dans mon dico éculé), ma tendance à glisser sur les sens dans les champs sémantiques des figurés se vérifie: je me figurais la personne férue comme connaissant son sujet et votre art de manier la nuance m’a mené à m’enferrer sur votre fine lame non mouchetée. Dorénavant emploierais-je être ferré en, ex. pêche à la mouche.
    Les ferrets, je me les figure comme des pierres, certes fort précieuses mais non montées et ferrées et peut être même mal taillées.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives