Home » Giverny » L’île aux orties

L’île aux orties

ile aux orties, Giverny Claude Monet était propriétaire d’un bout de terrain à l’île aux Orties, sur la commune de Giverny. C’est là, au confluent de l’Epte avec la Seine, qu’il a peint ses fameuses Matinées sur la Seine. Il possédait un hangar où il entreposait ses toiles et ses bateaux. Une aquarelle accrochée dans sa chambre le représente.
Voici ce que je peux vous proposer de mieux comme photo de l’île aux Orties, car l’endroit ne doit pas son nom au hasard. Cette zone humide en bordure de rivière est un petit bout de nature sauvage, où les orties atteignent deux mètres de haut, et où les arbres abattus par les dernières tempêtes pourrissent tranquillement, dans un chaos de troncs brisés. Pas très photogénique. A se demander comment Monet a pu décider de le peindre…
Je me suis avancée avec précaution sur ce sol incertain pour approcher du bord de l’eau. Le confluent lui-même est un peu décevant, peut-être parce que ce n’est pas la bonne saison, mais quand la végétation est vigoureuse le lieu doit être inaccessible. L’Epte arrive presque parallèle au fleuve et se jette dedans sans même que les flots de la Seine paraissent remarquer ce renfort.
Les deux cours d’eau sont invisibles sur la photo, la Seine passe en contrebas de la colline et l’Epte juste derrière les arbres.
Ce que l’on voit bien, en revanche, ce sont les boules de gui qui garnissent les branches de cet arbre, le long d’un champ où la prochaine récolte pousse déjà dru.
Cela me rappelle de jeunes visiteurs irlandais, en avril dernier, avant que les feuilles ne poussent aux arbres. « Qu’est-ce que c’est, ces machins ? » avaient-ils demandé. A l’annonce qu’il s’agissait de gui leurs yeux se sont mis à briller. « On viendra avec un camion et on va faire fortune ! » ont-ils rigolé. On dirait que le gui n’est pas si courant sur leur île.
Sur celle de Monet, il pousse aussi volontiers que les orties.


7 commentaires

  1. Aifelle dit :

    C’est un coin pour Gilles Clément .. la nature y fait ce qu’elle veut.

  2. Tania dit :

    Pas très photogénique? Le soleil et la brume en font un décor plein d’atmosphère.

  3. Ariane dit :

    L’effet magnifie la réalité.

  4. dekerdrel dit :

    Bonjour,
    Nous habitons Gasny depuis quelques temps.
    Nous avons appris qu’une île, nommée Ile aux orties existait et où Monet aimait peindre.
    Nous n’arrivons à la situer géographiquement.
    Est-ce-que vous connaissez ses géographiques ?
    Est-ce cette ile est en libre accès ? Comment fait-on pour y accéder ?
    Merci. Salutations.
    de KERDREL

  5. Ariane dit :

    L’île aux orties n’est plus une île, elle est rattachée à la berge maintenant. On y va en prenant le chemin derrière le moulin des Chennevières.

  6. Vernon d'antan dit :

    Il n’y a sûrement jamais eu d’île aux Orties à Giverny. Il s’agit probablement de l’île aux orties à Vernonnet. Elle se situait approximativement au niveau de l’île Corday à Vernon, à l’endroit des terrains de foot presque en face de la Collégiale. Elle figure déjà sur un plan de Vernon et Vernonnet du XVIIIe siècle. Jusqu’aux années 1930/40 de nombreux bras sillonnaient ce que l’on appelle désormais "Les Prés de Vernonnet", de Giverny jusqu’a "Ma Campagne". La majeure partie des tableaux que Monet a peint dans les bras, dont la série des "Matinés sur la Seine" le furent sur le territoire de Vernonnet, beaucoup plus jolie et varié à l’époque, que Giverny.
    Mais chut, ne le dite pas, la rhétorique marketing autour de Monet évite soigneusement de citer le faubourg de Vernonnet, inspirateur de Monet, autant que de Pierre Bonnard qui lui habitait sur son territoire.

  7. Ariane dit :

    Vernon d’antan, je vous reconnais bien là, ardent défenseur de notre faubourg de Vernonnet ! Vous jetez un peu vite aux orties l’île aux Orties de Monet ! Elle a bel et bien existé à Giverny, attestée par de nombreux documents, lettres de Monet, et certainement par le cadastre. Les anciens Givernois se la rappellent très bien, de même que le hangar que Monet y possédait.
    Concernant les Matinées sur la Seine, des contemporains de Monet décrivent comment il traversait les champs en face de chez lui pour se rendre au confluent de l’Epte, où ses tableaux commencés l’attendaient dans le hangar. Monet a effectivement peint à Vernonnet : la série des Collégiales de Vernon, le vieux moulin, mais pas les Matinées.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives