Home » Les petites bêtes » Patineur de bassin

Patineur de bassin

Gerris, araignée d'eauA cause de ses pattes effilées, le Gerris est couramment appelé araignée d’eau. Des esprits plus observateurs ont remarqué qu’il n’avait que six pattes, et l’ont plus justement nommé patineur. Pour les anglophones, c’est un très romantique pond skater, un patineur de bassin.
En ce moment les Gerris vivent leur vie à la surface du bassin aux nymphéas de Claude Monet, et la plupart des visiteurs de Giverny ne leur prêtent pas la moindre attention.
Cependant, s’ils s’arrêtaient un instant pour contempler leur danse, ils auraient lieu d’être étonnés.
Car le Gerris semble défier les lois de la physique les plus évidentes, tout en s’appuyant sur d’autres, plus méconnues bien qu’elles fassent partie de nos expériences quotidiennes.
D’un mouvement brusque et saccadé qui rappelle vaguement celui de la brasse, le Gerris avance à la surface, et provoque à lui tout seul des ondes circulaires si nombreuses qu’elles en arrivent à troubler les reflets de l’étang.
Comme les oiseaux qui volent dans le ciel ou les mouches qui déambulent au plafond, le Gerris, l’air de rien, réalise sous nos yeux ébahis ce prodige dont nous sommes bien incapables, hommes de peu de foi que nous sommes : marcher sur l’eau.
C’est que, au royaume de la pesanteur, il ne joue pas dans la même cour que nous.
A notre échelle, il ne pèse rien. Mais à la sienne, il a un poids, bien sûr, assez lourd pour creuser la surface sous ses pattes, assez léger pour ne pas s’y enfoncer, grâce à la tension superficielle.
Ah ! qu’il nous est difficile de ressentir cette force de cohésion de l’eau, si fine, si légère ! Mais ses effets nous entourent. C’est elle qui arrondit les gouttes d’eau au lieu de les laisser s’étaler et se disperser partout, elle qui les retient accrochées sous la rambarde, elle qui permet de former des bulles de savon.
Les molécules d’eau, comme aimantées les unes aux autres, agissent à la manière d’un film à la surface du bassin. La faible pression exercée par le poids du Gerris ne suffit pas à percer le film.
Et cela n’a rien à voir avec le fait de flotter ou non. Pour subir la poussée d’Archimède, il faut être immergé dans le liquide. Le Gerris, avec ses pattes waterproof super-hydrophobes, en plus de marcher sur l’eau, il est fichu de garder les pieds au sec.


4 commentaires

  1. Sylvie dit :

    Gerris-Christ Superstar …

    Salut à toi, Ariane, et un grand merci pour ce moment de physique poétique !

  2. Ariane dit :

    Sylvie, je me suis demandée si tu faisais allusion à quelque prédicateur anglo-saxon, et cela m’a fait découvrir le lézard qui marche sur l’eau ! On n’arrête pas le progrès !

  3. Martin dit :

    C’est beau…
    Ariane, vous avez fait rêver un vieux grand-père.
    Merci

  4. Ariane dit :

    Votre message m’a fait rire. Bonne année 2011 !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives