Home » Excursion » Le pont de Mantes

Le pont de Mantes

Le vieux pont de Mantes-la-Jolie Quand on franchit la Seine de Mantes-la-Jolie à Limay, l’élégant pont de pierres qui subsiste presque intact sur un bras du fleuve attire le regard. Avec sa pittoresque petite maison à l’extrémité, il a un air familier : c’est le modèle d’un célèbre tableau de Corot conservé au Louvre, popularisé par la philatélie.
Le tableau se nomme Le pont de Mantes, mais pont de Limay serait plus juste. C’était l’autre partie du pont, entre l’île et Mantes-la-Jolie, qui s’appelait le pont de Mantes. Passons. Corot, dont on a déjà du mal à savoir s’il se prénommait Camille ou Jean-Baptiste, n’est pas entré dans ces subtilités.
Mantes-la-Jolie se trouve en Île de France à une cinquantaine de kilomètres de Paris, assez près pour que soit organisée depuis 1935 une marche nocturne Paris-Mantes qui réunit plus de trois mille sportifs le dernier dimanche de janvier. Le pont de Mantes, Camille Corot
Et Mantes se trouve bien loin de Nantes, en Bretagne, sur la Loire, à qui le tableau de Corot est parfois attribué, par contagion sans doute avec la fameuse chanson « Sur le pont de Nantes, un bal y est donné ». Mais Mantes n’est pas davantage Avignon, pas de bal donné sur le pont, pas de chanson et pas de tragédie, non.
C’est paisible, Corot, c’est pour ça qu’on l’aime. Pour cette lumière argentée qui enchante le paysage, pour ses arbres brumeux, fumeux, pour ses architectures solides et douces. Et pour ses petits personnages à bonnets rouges qui viennent donner de la vie au paysage, à la manière classique.
La photo n’est pas prise sous le même angle que le tableau. Le peintre devait se trouver en diagonale par rapport au pont, sur l’île aux Dames. On reconnaît tout de suite la curieuse maison du passeur. Le bâtiment du milieu, sans doute un moulin, a disparu. Le pont lui-même a été endommagé par le Génie français en 1940 et n’a pas été reconstruit.
Les arches paraissaient plus hautes quand Corot les a peintes. C’est que le niveau de la Seine, depuis qu’elle est aménagée, canalisée presque, a monté. On peut se figurer sous la surface les belles arches de pierre, ce qui donne une idée de la profondeur actuelle du fleuve, autour de cinq ou six mètres me semble-t-il. Difficile aujourd’hui d’imaginer que nos lointains ancêtres pouvaient, en été, trouver des endroits pour passer à gué.
Mais revenons au tableau. Corot a séjourné fréquemment à Mantes, et il aimait tellement ce paysage qu’il l’a peint plusieurs fois. Mais pourquoi s’installer sur l’île plutôt que sur la berge de Limay, où la vue sur le pont est plus dégagée ?
Mon hypothèse est que c’est à cause des arbres, justement. Le vrai sujet du tableau, si je peux hasarder cette interprétation, ce n’est pas le pont, ce sont les deux arbres au premier plan, en plein milieu de la composition. Regardez comme celui de droite, plus fin, moins massif que celui de gauche, ondule langoureusement.
On dirait un couple qui se rapproche de plus en plus, et on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a une histoire d’amour là-dessous, peut-être entre Corot et la tante d’un de ses amis d’enfance, une certaine Madame Osmond qui habitait Mantes et portait un prénom à faire rêver : Parfaite.


8 commentaires

  1. Bonjour et meilleurs voeux pour cette nouvelle année de lumière, espérons le!
    Je suis votre "blog" avec grand plaisir.
    Pourriez me dire la période où les iris sont en fleur à Giverny. Dans le sud la floraison est plus avancée, les miens pouvant commencer fin mars… je désirerai aller à Giverny durant cette période pour profiter des espèces plantées et de la profusion des colorations de cette plante que j’affectionne particulièrement grâce à Monet!
    Merci de votre disponibilité
    Martine de Sclos

  2. Ariane dit :

    Martine, bonne année à vous ! L’an dernier où le printemps était précoce les premiers iris se sont ouverts début mai à Giverny, la pleine floraison était mi-mai. Le 25 il n’en restait plus que quelques-uns. Tout va dépendre du printemps que nous aurons, pour l’instant l’hiver est si doux que la végétation pourrait démarrer tôt. Mais nous ne sommes qu’en janvier.

  3. Tania dit :

    Merci pour l’histoire du pont…de Corot.
    S’appeler "Parfaite", quelle horreur !

  4. Ariane dit :

    Tania, Parfaite, c’est un cauchemar, alors ?

  5. Andrea dit :

    Bonjour Ariane, et meilleurs voeux pour 2012 de ma part aussi 🙂 j’ai trouvé votre blog peu apres avoir visité Giverny et je le suis depuis … et merci pour ce tableau de Corot, qui est un de mes favoris… seulement dans le tableau il y a un autre pont derriere le premier, n’est-ce pas? en realité il me semble que le pont est tout seul…

  6. Ariane dit :

    Merci Andrea, bienvenue ! Oui, on aperçoit un bout d’arche au milieu, mais je ne connais pas assez l’histoire de ce pont pour vous renseigner. Si des historiens mantais passent par là…

  7. Sigismond dit :

    La photo étant prise dans le sens inverse du tableau de Corot, le pont que l’on voit sur le tableau est en aval de la Seine. Il s’agit donc sans doute tout simplement de l’ancêtre du pont utilisé actuellement.

  8. lior dit :

    joli blog ,belle histoire de Corot et Parfaite Anastasie Osmond ,50 ans " d’amitié" si bien caché peu connu du public ,voir le livre de Rodolphe Walter " Corot à Mantes" ,

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives