Home » Les jardins de Monet » Un oeil neuf

Un oeil neuf

giverny-20-avril-2012Il faut bien viser entre les averses ces derniers jours pour arriver à faire quelques photos du jardin de Monet en pleine floraison des tulipes. Malgré ce temps étrange, comme d’habitude, c’est un enchantement. Et déjà, on peut remarquer les premières modifications apportées par le nouveau chef-jardinier.
James Priest, qui a pris la suite de Gilbert Vahé l’an dernier, a décidé de débuter par les floraisons printanières. « Comme elles ne durent pas longtemps, ce n’est pas grave si on se trompe« .
Dans la plus grande partie du jardin, pour le profane rien ne paraît changé. En revanche, dans les massifs qui s’étirent du côté de la serre, la nouveauté saute aux yeux.
« C’était le côté le plus faible du jardin, j’ai donc commencé par là. »
Difficile de dire le contraire : ces massifs paraissaient longtemps vides et verts, et il fallait attendre mai pour qu’ils présentent un intérêt, au moment des pivoines et des iris.
Le pourquoi de la chose ? Il est assez étonnant. Le plan des floraisons du jardin, présidé par le premier conservateur et restaurateur de la propriété, Gérald van der Kemp, n’aurait jamais été terminé. Peut-être parce que, dans l’esprit de l’académicien, cette zone ouest était dévolue à la pépinière, et ne faisait pas vraiment partie du jardin à visiter. Ou parce qu’il habitait le deuxième atelier, et ne tenait pas à attirer les promeneurs sous ses fenêtres. Quelle qu’en soit la raison, l’habitude avait été prise de floraisons moins travaillées qu’ailleurs.
Giverny, 23 avril 2009 Tout l’intérêt d’un oeil neuf est de venir bousculer les habitudes. « Voilà dix ans que Gérald van der Kemp est mort ! » se justifie James Priest, qui sait qu’il marche sur des oeufs dès lors qu’il touche à l’oeuvre de ses prédécesseurs. L’héritage est imposant, énorme, qu’il s’agisse du génie créateur de Claude Monet, de l’énergie inspirée de Gérald van der Kemp, ou du talent artistique et technique de Gilbert Vahé, en poste depuis trente-cinq ans.
En récupérant ce jardin iconique, à la réputation planétaire, le premier souci du nouveau chef-jardinier est de le faire perdurer. Ensuite, de voir ce qui peut éventuellement être encore amélioré.
Pour y poser sa première touche, James Priest est reparti de la base : il a étudié les toiles de Monet, sa façon de juxtaposer les coups de pinceaux, de marier les couleurs. Giverny, côté ouestPuis il a choisi les variétés de fleurs dans les tons du couchant, en privilégiant trois sortes de grosses tulipes, pour plus d’impact visuel.
« J’ai organisé les massifs de façon à avoir une symétrie de chaque côté des allées, explique-t-il. On est contraint par les rangées d’iris, il n’y a pas beaucoup de place pour travailler les couleurs. »
Le résultat est convaincant, très Monet. Les bordures sont devenues chatoyantes, et, si elles sont plus simples que celles qu’on peut admirer ailleurs dans le jardin, elles sont faites pour être vues de loin.

Photos 1 : 20 avril 2012. Photo 2 : 23 avril 2009. Les tulipes jaunes n’ont pas été reconduites les années suivantes. Photo 3 : 25 avril 2012.


3 commentaires

  1. Tania dit :

    Le résultat est convaincant, bravo !
    (De Bruxelles aussi sous la pluie.)

  2. la bacchante dit :

    Justement entre deux averses, je suis passée hier.
    Je découvre votre blog via Tania du blog Textes et prétextes.

  3. Ariane dit :

    Bienvenue, la bacchante ! Tania, il tombe tellement d’eau qu’il ne manque plus qu’un peu de chaleur et ce serait la forêt tropicale, tout pousse avec énergie !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives