Home » Les petites bêtes » Le temps des grenouilles

Le temps des grenouilles

Il a suffit d’une seule journée un peu douce, et tout est changé.
Le jardin de Monet que j’ai quitté hier s’est métamorphosé, j’ai l’impression de l’avoir laissé pendant une semaine.
D’un coup d’un seul, le hêtre pourpre a ouvert ses bourgeons.
Les petites feuilles tendres sont là, fragiles, au bout des rameaux, vertes encore.
Dans les massifs, de nouvelles fleurs apparaissent partout, les premiers rhododendrons, les premiers oeillets du poète.
Scilles et camassias bleuissent de toutes parts.
Le muguet est juste parfait.
Une seule journée à la température printanière, c’est ce qu’attendaient les grenouilles.
Elles se mettent à chanter leurs amours, si fort qu’on les entend depuis le haut du jardin, devant la maison de Monet.
Les visiteurs sont souvent surpris de leurs coassements qui ressemblent au cri du canard.
Les grenouilles ont leur solarium de prédilection du côté des azalées, et cette année ce sont de gros bestiaux presque noirs avec une rayure verte sur le dos.
Tous ces jours où nous nous imaginions sous nos parapluies que les grenouilles étaient à la fête, elles avaient déserté leur tertre, le soleil les a fait revenir.


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives