Home » Photos anciennes » La ligne de chemin de fer à Giverny

La ligne de chemin de fer à Giverny

Gare de GivernyDe gauche à droite, la locomotive à vapeur stationnée devant la gare de Giverny, le pont sur l’Epte et le moulin

L’un des attraits de Giverny, qui a scellé son succès auprès des peintres impressionnistes, est d’avoir été accessible par le train.
La première ligne ferroviaire de France entre Paris à Rouen dessert Vernon dès 1843. Un quart de siècle plus tard, les grandes lignes établies, on s’occupe d’en construire des petites, tout un réseau de voies secondaires qui s’enfonce profondément dans la campagne.
Giverny est accessible en train dès le 15 juillet 1869, date de l’inauguration du tronçon Gisors – Gasny – Giverny – Vernonnet.
Puis un pont ferroviaire métallique est construit au-dessus de la Seine, à Vernon, et ouvert au trafic le 15 mai 1870. Il subsiste des traces de cette voie ferrée près de l’ancienne caserne, de part et d’autre de l’avenue de Rouen.
La guerre franco-prussienne freine à peine les travaux de construction de la ligne, qui s’étend jusqu’à Pacy-sur-Eure à partir du 1er mai 1873.

Quand Monet arrive à Giverny, exactement dix ans plus tard, il peut donc très facilement se rendre à Paris, à Rouen, à Dieppe, ce qu’il ne manquera pas de faire tout au long de son séjour dans le village.
Il pourrait tout aussi bien explorer les paysages verdoyants de la vallée d’Eure en vue de motifs à peindre. Mais apparemment cela ne l’a pas tenté, pour une raison inconnue.

Le déclin de la ligne ferroviaire Gisors-Pacy s’amorce quelques années après la mort du peintre. Le tronçon vers Pacy est fermé au trafic voyageur en 1939, et on ne peut plus prendre le train en gare de Giverny à partir du 1er mars 1940.
Le pont ferroviaire, détruit pendant la guerre, ne sera pas reconstruit. Des trains de marchandises circulent encore jusqu’au 1er juillet 1964 de Gasny à Vernonnet, et puis c’est vraiment fini. On démonte la voie en 1970. Elle deviendra une voie verte quelques années plus tard.

Source : comité d’usagers de l’Ouest francilien


4 commentaires

  1. Cher indigène, quel dommage que vous n’ayez pas crû bon de préciser d’où vous vient cette information ! Disposez-vous d’archives autres que celles compulsées par le passionné d’histoire ferroviaire qui a établi la chronologie ci-dessus ? Voilà qui n’aurait pas manqué d’intéresser les lecteurs amoureux des trains.

  2. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la ligne avait perdu ses rails qui avaient été envoyés par les Allemands en URSS.
    Le dernier train de voyageurs est passé au-delà de Gasny.
    Les Circulations spéciales
    Le dimanche 13 juin 1976, le Copef (
    Cercle Ouest Parisien d’Etudes Ferroviaires)organisa un voyage en autorail sur la ligne de Gisors à Gasny et de Gisors à Pont de l’Arche en X 4300 pour une découverte des vallées de l’Epte et de l’Andelle.

    Le samedi 12 Mai 1979 c’est au tour d’un autorail RGP (Rame de Grand Parcours) de venir sur la ligne pour un train spécial affrété par le Comité de défense de la vallée de l’Epte. Ainsi, plusieurs associations de défense des sites ont été créées. Parmi elles, « les Amis du Vexin Français » et « l’Association des Amis de Séraincourt ». 300 personnes se sont regroupées ce samedi matin pour découvrir à la vitesse de croisière de 20 km/heure cette vallée traversée par la rivière l’Epte.

    Lors du parcours retour, le lent cheminement de l’autorail a été interrompu à la petite halte de Dampsmenil-Aveny où, depuis plus de 30 années, on n’avait pas vu pareil événement.
    Tous les passagers sont descendus du train pour être accueillis par les représentants du Comité de défense de la vallée de l’Epte avec à leur tête leur président Raymond AMOUDRY et accompagné du maire de Montreuil sur Epte, Jacques CHEYLUS.
    Le Comité de défense fut créé pour s’élever contre l’ouverture d’une carrière d’exploitation de sable et gravillons qui avait pourtant achevé ses études d’implantation.

    Au nom de la défense de la nature et des nuisances qu’une telle exploitation était susceptible d’apporter, le Comité, bien épaulé par l’Association les Amis du Vexin Français, présidée par le sénateur Chauvin et l’Association des Amis de Séraincourt, présidée par M. Robert Mesnil, est parvenu à empêcher cette ouverture.

  3. Bonjour
    Étant un passionné de lancienne ligne ferroviaire de Gisors-Embranchement à Pacy-sur-Eure via Vernon, je recherche des personnes qui pourrait me renseigner sur l’histoire de cette ligne et du matériel ayant circulé sur celle-ci ainsi que des images d’archives et autres.
    J’en fait également une réalisation en modèle réduit.
    Et j’aurais une question : Que pensez-vous d’une réouverture entre Gisors et Gasny en trafic fret et train touristique ou préférez-vous la voie verte actuelle.
    Dans l’attente d’une ou plusieurs réponses
    cordialement 🙂

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives