Home » Les jardins de Monet » L’ambre de novembre

L’ambre de novembre

Giverny en novembre

L’air sent les feuilles, les champignons et les premiers feux de bois.
Dans les jardins de Monet, une lumière atténuée enveloppe l’étang.
Les saules agitent des rameaux jaunes au dessus de l’eau, le hêtre joue des tons d’ocre et de rouille, les bambous paraissent plus dorés que jamais.
Mais rien ne brille. Pas d’éclat, pas de fanfare aux cuivres rutilants.
Le soleil hésite, pudique, à à se départir de son voile.
Novembre, entre l’ombre et l’ambre.


4 commentaires

  1. Corine dit :

    Bravo et merci pour ces superbes billets dans lesquels vous partagez si subtilement l’univers de Claude Monet et de Giverny.
    Surtout, n’hésitez pas à continuer, même si vos lecteurs qui sont sans doute nombreux à travers le monde, ne vous laissent pas souvent de commentaires.

  2. Ariane dit :

    Merci Corine pour en avoir pris la peine, merci pour votre gentillesse et vos encouragements. Parfois je suis happée par le travail, mais en ce moment j’ai un peu plus de temps pour écrire, et c’est doux de laisser les mots exister en silence pour d’autres personnes, plutôt que de les dire à celles que l’on a en face de soi. Bonne lecture, bonne visite…

  3. Tilia dit :

    "Pas d’éclat, pas de fanfare aux cuivres rutilants"
    Et pas énormément de champignons dans les bois, malgré la bonne odeur… à moins que que des lève-tôt soient passés avant nous !

  4. Ariane dit :

    Tilia, quelle déception ! J’espère que la promenade était agréable tout de même !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives