Home » Maison de Monet » Le vert de Monet

Le vert de Monet

Le vert de Monet

 La couleur verte utilisée par la Fondation Monet pour les boiseries se dérobe à la photo. Elle pâlit et bleuit quand il y a du soleil, jaunit le soir, devient grisâtre tôt le matin. Sur cette photo-ci elle est assez proche de ce que l'oeil en perçoit, peut-être un poil plus chaude.  

Ce vert intrigue les visiteurs. Ils ont en mémoire les douces harmonies des tableaux de Monet et peinent à croire qu'il ait souhaité une couleur aussi crue pour sa maison et son jardin. C'est oublier que Monet aime aussi les contrastes, les tons francs, comme dans Terrasse à Sainte-Adresse, par exemple. 

Mais le pont ne paraît-il pas plus clair et bleuté sur les toiles de Monet ? C'est un fait.

Lors de la restauration des jardins, Gérald van der Kemp, le conservateur, a d'abord opté pour un ton inspiré par les tableaux où l'on voit le pont ou les volets de la maison. C'était plus un bleu-vert qu'un vert bleuté, tel qu'on peut l'observer sur les photos des années 1970 prises pendant les travaux de restauration et publiées dans la première brochure de  la Fondation Monet ou dans le livre de Stephen Shore. 

Le vert de Monet

Le Pont Japonais, Une visite à Giverny par Gérald van der Kemp, p 14  

Et puis un jour van der Kemp s'est dit que ça ne le faisait pas. Il a tout fait repeindre en vert franc. La raison de ce revirement se trouve dans le livre de souvenirs du beau-fils de Claude Monet, Jean-Pierre Hoschedé :

"Les volets qui étaient gris furent peints en vert, ainsi que l'extérieur des portes, y compris celle de la rue et bien entendu aussi, dès qu'il fut construit, le balcon qui court d'un bout à l'autre de la façade de la maison. (...) Ce vert franc et frais, éclatant même, s'appelle à Giverny "le vert Monet".   

Il est dommage que Jean-Pierre Hoschedé ne donne pas d'indication de date pour l'emploi de ce vert, mais on peut le comprendre. Quand on vit à un endroit, il est difficile de se souvenir précisément des dates où se produisent des changements. Les visiteurs ponctuels sont plus à même de donner une vision instantanée des lieux. Maurice Guillemot note ainsi en 1898 que

"les volets sont verts, mais d'un vert pâle, bleuté".   

Cela laisse à penser que Monet a d'abord employé le vert-bleuté pâle des ponts japonais peints en 1899, puis, quand il a fait repeindre quelques années plus tard, il a changé pour un vert plus franc.  Monet a pris le temps de la réflexion avant de choisir la couleur de son pont. Sur les tout premiers tableaux et les photos du pont à peine construit, il est encore en bois blanc.  


3 commentaires

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Commentaires récents

Catégories

Archives