Home » Grimpantes » Dipladenia

Dipladenia

Dipladenia à GivernyDipladenia ou encore displadenia, comme on disait autrefois, ce n’est pas très facile à retenir mais cela sonne bien, quelque part à mi-chemin entre le diplodocus et le gardenia.
Il vaut mieux ignorer l’origine de ce nom de dipladenia qui serait tiré du grec diplos aden, double glande. Avouez que cela manque furieusement de poésie d’aller examiner cette plante dans ses parties intimes, l’ovaire en l’occurrence, pour lui attribuer un nom.
C’est fort joli, un dipladenia, avec ses feuilles luisantes qui rappellent celles des lauriers et ses fleurs en entonnoir rouges, roses ou blanches.
A Giverny un dipladenia monte la garde à l’entrée de la maison de Monet, planté dans l’un des gros pots chinois bleus où le peintre aimait faire pousser des belles frileuses.
Car autant le dire tout de suite, le dipladenia n’est pas de chez nous. Les auteurs ne sont pas tous d’accord sur son origine exacte, placée tantôt en Bolivie, tantôt au Brésil ou en Amérique centrale. Mais ils s’entendent à propos des exigences de la demoiselle, de la chaleur et de l’humidité.
Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, il est bien difficile de satisfaire de tels caprices à moins de disposer d’une véranda ou d’une serre. L’humidité, on n’en manque pas en Normandie, mais elle ne rime pas avec chaleur, et dans les maisons il fait bien trop sec.
Il faudrait habiter la Californie pour cultiver facilement les displadenias. Mais là-bas, il ne fait pas assez froid en hiver pour voir fleurir des tulipes au printemps. On ne peut pas tout avoir, et les bignones plus accommodantes ont bien du charme aussi.


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives