Home » Balade en Normandie » Le chêne d’Allouville

Le chêne d’Allouville

Le chêne millénaire d'Allouville-BellefosseOn a déjà vu des chênes plus impressionnants. Plus grands, plus majestueux. Mais jamais de plus vieux ni de plus étranges. A Allouville-Bellefosse, en Seine-Maritime, le chêne qui se dresse à côté de l’église mêle son destin à celui des hommes depuis douze siècles.
Dans quelques jours le printemps va une nouvelle fois faire monter la sève dans les branches fatiguées, les feuilles s’ouvriront, témoignage de vie, puis l’arbre se mettra à fabriquer ses glands, pour la mille deux centième fois environ.
Ce qui lui donne son air bizarre et lui confère une certaine célébrité parmi les arbres étonnants de la planète, ce sont les bardeaux dont son tronc est couvert. Au fil des ans l’arbre a perdu son écorce. Il a fallu inventer une protection pour éviter l’agression des intempéries. Tout en haut du tronc mutilé par la foudre, un petit toit lui fait un drôle de chapeau.
Le chêne chenu a aussi droit à des cannes pour le tenir debout. De tous côtés des étais de métal viennent renforcer sa structure défaillante.
On sent dans ces bons soins une intention de préservation. Les êtres vivants qui ont plus de mille ans ne sont pas légion. Un arbre de cinq ou six siècles, comme le platane de Fervaques, c’est déjà beaucoup. Mais ce n’est pas la seule raison. Le chêne d’Allouville, comme d’autres, fait l’objet d’une dévotion mystique.
L’installation d’une chapelle et d’une chambre ermitale dans la cavité de son tronc date de 1696. C’est un curé de la paroisse nommé l’abbé du Détroit qui en a eu l’idée, un nom prédestiné : on accède à la petite chapelle mariale par une fente à peine assez large pour s’y glisser.
C’est une naissance à l’envers. Une fois vaincue la peur de rester coincé, quand on est dans les entrailles de l’arbre, on se sent étrangement bien. Le monde extérieur n’est plus. L’arbre enveloppe le pèlerin de son manteau protecteur. Il règne là un recueillement qui invite à la prière.
Un escalier fait le tour de l’arbre et mène à la petite chambre où vécut en ermite au début du 18e siècle le père du Cerceau, un jésuite lettré qui devait aimer, lui aussi, être encerclé par l’arbre.


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cher lecteur, ces textes et ces photos ne sont pas libres de droits.
Merci de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord.
Ariane.

Catégories

Archives